Publié le 3 Décembre 2021

Parasha Mikets du samedi 4 décembre 2021

Le Roi d’Israël.

 

 

La parasha Miquets qui veut dire : « En fin de compte », où « Au bout d’un certain temps ».

 

La question est: Au bout de combien de temps on va enfin comprendre qui est le MESSIE? Qui est le Roi d’Israël?

 

Combien  de temps nous faut-il pour comprendre que la vérité est devant nous?

Tellement près de nous et tellement facile à saisir, qu’on n’y a pas cru?

 

Les frères de Joseph n’ont pas cru à Joseph, ils n’ont pas cru ? où n’ont t-ils pas voulu croire?

La vérité fait-elle si mal à entendre?

Faut-il être dans une situation mauvaise pour plier le genou devant le Roi d’Israël?

 

Combien d’années perdues, de pleurs, de problèmes, de prison, de deuil, de maladies pour voir la vérité en face?

 

La vie passe vite, on a eu des convictions, de l‘ambition, des rêves, de l’espoir et voilà le temps qui passe, espérant qu’il se passe un truc de fou pour croire que le Roi d’Israël est là.

On a cru faire des choses bien, faire des bons choix, mais au fond où en somme nous en fin de compte.

 

 

-Joseph, ce personnage biblique qui eut un destin troublé car personne ne voulaient croire en lui.

Joseph insignifiant, mais pourtant rempli de la sagesse de Dieu, destiné a servir ses frères, mais ses frères n’en voulait pas.

Ils auraient préféré un grand homme de Dieu, une imposante personnalité, une stature de Roi, un religieux en habits de prestige.

 

Joseph avait une cape indigo bleu violet que son père lui avait donné symbole d’une prédisposition spirituelle, mais ses frères  et même la femme de Potiphar la lui avait volé, espéraient -ils tous un coup d’éclat pour  voir si Joseph avait des grands pouvoir pour se sortir de là. Voulaient-ils le mettre à l’épreuve pour voir si vraiment c’était un prophète missioné de Dieu.

 

Là est la question?

On voudrait toujours voir des miracles, des trucs de fous, pour savoir si on est  dans la vérité ou pas?

On voudrait savoir si les personnes que l’ont suit spirituellement font des trucs de ouf pour être rassuré .

 

 

Et bien la réponse est non!

 

La vérité se dévoile dans l’humilité.

 

Mathieu 12:15,19.

 

Mais Yeshoua, l'ayant su, s'éloigna de ce lieu. Une grande foule le suivit. Il guérit tous les malades, et il leur recommanda sévèrement de ne pas le faire connaître, afin que s'accomplît ce qui avait été annoncé par Esaïe, le prophète:

 

Voici mon serviteur que j'ai choisi, Mon bien-aimé en qui mon âme a pris plaisir. Je mettrai mon Esprit sur lui, Et il annoncera la justice aux nations.

 

Il ne contestera point, il ne criera point, Et personne n'entendra sa voix dans les rues.

 

 

Mathieu 12: 38,42.

Alors quelques-uns des scribes et des pharisiens prirent la parole, et dirent: Maître, nous voudrions te voir faire un miracle. Il leur répondit: Une génération méchante et adultère demande un miracle; il ne lui sera donné d'autre miracle que celui du prophète Jonas. Car, de même que Jonas fut trois jours et trois nuits dans le ventre d'un grand poisson, de même le Fils de l'homme sera trois jours et trois nuits dans le sein de la terre. Les hommes de Ninive se lèveront, au jour du jugement, avec cette génération et la condamneront, parce qu'ils se repentirent à la prédication de Jonas; et voici, il y a ici plus +  que Jonas. La reine du Midi se lèvera, au jour du jugement, avec cette génération et la condamnera, parce qu'elle vint des extrémités de la terre pour entendre la sagesse de Salomon, et voici, il y a ici plus + que Salomon.

 

 

 

Yeshoua ne leur donnera pas ce qu’ils attendent car leurs demandent de miracle n’est qu’un désir de spectacle et pas un désir de  croire en Lui.

 

 

Mathieu:27:42

Il a sauvé les autres, et il ne peut se sauver lui-même! S'il est roi d'Israël, qu'il descende du bois de crucifixion, et nous croirons en lui.

 

 

Et voici le texte de référence de notre parasha:

Genèse:42: 15,18.

 

Voici comment vous serez éprouvés. Par la vie de Pharaon! vous ne sortirez point d'ici que votre jeune frère ne soit venu. Envoyez l'un de vous pour chercher votre frère; et vous, restez prisonniers. Vos paroles seront éprouvées, et je saurai si la vérité est chez vous; sinon, par la vie de Pharaon! vous êtes des espions. Et il les mit ensemble trois jours en prison.

 

Le troisième jour, Joseph leur dit: Faites ceci, et vous vivrez. Je crains Dieu!

 

 

La haftarah rejoint le texte:

1  Rois 3: 16, à 28.

 

Alors deux femmes prostituées vinrent chez le roi, et se présentèrent devant lui. L'une des femmes dit: Pardon! mon seigneur, moi et cette femme nous demeurions dans la même maison, et je suis accouchée près d'elle dans la maison. Trois jours après, cette femme est aussi accouchée. Nous habitions ensemble, aucun étranger n'était avec nous dans la maison, il n'y avait que nous deux. Le fils de cette femme est mort pendant la nuit, parce qu'elle s'était couchée sur lui. Elle s'est levée au milieu de la nuit, elle a pris mon fils à mes côtés tandis que ta servante dormait, et elle l'a couché dans son sein; et son fils qui était mort, elle l'a couché dans mon sein. Le matin, je me suis levée pour allaiter mon fils; et voici, il était mort. Je l'ai regardé attentivement le matin; et voici, ce n'était pas mon fils que j'avais enfanté. L'autre femme dit: Au contraire! c'est mon fils qui est vivant, et c'est ton fils qui est mort. Mais la première répliqua: Nullement! C'est ton fils qui est mort, et c'est mon fils qui est vivant. C'est ainsi qu'elles parlèrent devant le roi.

 

Le roi dit: L'une dit: C'est mon fils qui est vivant, et c'est ton fils qui est mort; et l'autre dit: Nullement! c'est ton fils qui est mort, et c'est mon fils qui est vivant. Puis il ajouta: Apportez-moi une épée. On apporta une épée devant le roi. Et le roi dit: Coupez en deux l'enfant qui vit, et donnez-en la moitié à l'une et la moitié à l'autre. Alors la femme dont le fils était vivant sentit ses entrailles s'émouvoir pour son fils, et elle dit au roi: Ah! mon seigneur, donnez-lui l'enfant qui vit, et ne le faites point mourir. Mais l'autre dit: Il ne sera ni à moi ni à toi; coupez-le! Et le roi, prenant la parole, dit: Donnez à la première l'enfant qui vit, et ne le faites point mourir. C'est elle qui est sa mère. Tout Israël apprit le jugement que le roi avait prononcé. Et l'on craignit le roi, car on vit que la sagesse de Dieu était en lui pour le diriger dans ses jugements.

 

 

 

 

Cette histoire qui en fin de compte n’a eu qu’un seul but leur donné  la preuve de la sagesse de Salomon  par la parole qu’il a dit et non par le miracle,  car il aurait put ressuscité l’enfant mort et là il y aurait eu un grand miracle, mais non, Dieu voulait montrer que c’est la sagesse qui définit l’homme de Dieu.

 

 

Le texte de notre parasha se résume  par:

 

Nous tous qui sommes des croyants en Dieu,  avons nous cru à Yeshoua comme le fils de Dieu l’envoyé, le Messie.

 

Yeshoua c’est pas par les miracles qu’il a voulut se faire connaître mais c’est par sa sagesse et son amour.

Et s’est seulement comme cela que l’on découvre la vérité. Simplement en acceptant qu’il un homme créé par Dieu rempli du souffle de l’Esprit rempli par: l’amour, la joie, la paix, la patience, la bonté, la bienveillance, la foi, la douceur, la maîtrise de soi.

 

Car c’est à cela que l’on reconnaît le fils de l’homme.

 

Car le fils de l’homme c’est Yeshoua qui se reflète par nous en nous. Car le Messie ne se montre pas de façon imagée comme un ange ou un être céleste.

 

-Non la révélation; c’est de comprendre que le Messie se révèle en nous,  rempli de Lui, comme une hanoukia qui s’allume et qui par sa lumière nous renouvelle, et nous change, de l’individu banal que nous sommes, nous devenons meilleure.

 

 

 

 

 

 

 

Nous sommes Shabbat Hanouka et là c’est un miracle caché car c’est  cette fête qui illumine notre temple intérieur par les neuf lampes qui chaque soir progressent, chaque lampe représente la sagesse de Yeshoua la sagesse qui illumine notre être.

Chaque allumage;

C’est l’amour, la joie, la paix, la patience, la bonté, la bienveillance, la foi, la douceur, la maîtrise de soi.

 

Chaque soir devant la hanoukia recevoir le souffle de Dieu qui nous fait avancer dans la vie. Nous rempli de Yeshoua.

 

Et cette vision des choses nous fait comprendre Que c’est là que la vérité est caché en nous elle ne fait pas des grands miracle qui en mettent plein la vue à tout le monde.

 

Le miracle c’est la vie de Yeshoua qui croisse en nous et nous qui diminuons de notre être mauvais

 

Jean 3: 30

Il faut qu'il croisse, et que je diminue, dira Jean.

 

 

 

-La preuve du Messie c’est en ses disciples qui se manifestent, par nos actes premièrement spirituelles, par le shabbat et les fêtes et par notre comportement mettant en avant les fruits de l’Esprit.

 

-Joseph fut reconnu sage Pharaon le fit habiller de fin lin et lui remit un collier d’or à son coup.

 

Proverbe 1:9.

Car c'est une couronne de grâce pour ta tête,

Et une parure pour ton cou.

Car ce seront des grâces enfilées ensemble autour de ta tête, et des colliers autour de ton cou.

 

-Un collier comme une couronne.

 

La reconnaissance qu’il fut l’homme de Dieu, reconnu, comme un Roi d’Israël, accomplissant la volonté de Dieu.

 

 

-Actes 13:22,23.

 

J'ai trouvé David, fils d'Isaï, homme selon mon coeur, qui accomplira toutes mes volontés. C'est de la postérité de David que Dieu, selon sa promesse, a suscité à Israël un Sauveur, qui est Yeshoua.

 

 

Michée 5: 2,à 4

 

Et toi, Bethlehem, Ephrata, Petite entre les milliers de Juda, De toi sortira pour moi, celui qui dominera sur Israël, Et dont l'origine remonte aux temps anciens, Aux jours de l'éternité.

 

C'est pourquoi il les livrera Jusqu'au temps où enfantera celle qui doit enfanter, Et le reste de ses frères Reviendra auprès des enfants d'Israël.

 

Il se présentera, et il gouvernera avec la force de l’Eternel. Avec la majesté du nom de l'Eternel, son Dieu: Et ils auront une demeure assurée, Car il sera glorifié jusqu'aux extrémités de la terre.

 

 

Mathieu 2:6.

 

Et toi, Bethlehem, terre de Juda, Tu n'es certes pas la moindre entre les principales villes de Juda, Car de toi sortira un chef Qui paîtra Israël, mon peuple.

 

 

 

Jean :1: 49,50.

 

Nathanaël répondit et lui dit: Rabbi, tu es le Fils de Dieu, tu es le roi d'Israël. Yeshoua lui répondit: Parce que je t'ai dit que je t'ai vu sous le figuier, tu crois; tu verras de plus grandes choses que celles-ci.

 

 

 

 

Croyons que Yeshoua est le Messie. Qu’il est le Roi d’Israël  le fils de Dieu.

 

Que cette fête de Hanouka soit pour nous même et pour le monde les lumières qui changent nos vies et qui changent ce monde perdu.

Que ces lumières soient en nous le reflet de L’âme de Yeshoua qui vit en nous, en accomplissant la volonté de Dieu. Que nos lampes soient des lumières qui éclairent les autres qui cherchent la vrai lumière.

 

Car plus il y aura des personnes rempli d’amour dans ce monde, moins la haine et la violence n’auront de pouvoir.  Car au bout d’un certain temps nous seront des lumières pour le monde, et toutes ses lumières ensemble formerons la royauté de Yeshoua.

 

Car au bout du compte c’est l’Amour qui triomphera et Yeshoua sera reconnu le Roi d’Israël.

 

 

Le dernier allumage se termine lundi soir 6 décembre.

 

L.B

 

Shabbat shalom de Hanouka.

 

 

Lecture de la parasha: Genèse: Chapitre 41 verset

1 à chapitre 44 Verset 17.

Lecture de la haftarah: 1 Rois: Chapitre 3 verset

15 à chapitre 4 verset 1.

 

Lecture messianique: Actes: Chapitre 7 verset 9 à 16.

 

Voir les commentaires

Rédigé par Lydia.B

Repost0

Publié le 28 Novembre 2021

Hanouka 2021

Hanouka.

 

Hanouka est une commémoration perpétuelle qui renouvelle la pensée que tout peut changer, en un instant, un miracle peut s’accomplir et changer notre vie. Une nouvelle vision de la foi.

Une situation bloquée peut se défaire, une longue maladie peut se guérir car c’est la lumière qui change le mal en bien.

La lumière qui était au commencement et qui a tout créé a aussi le pouvoir de recréé un corps malade où une situation compliquée car la lumière c’est Yeshoua.

 

Et celui qui croit verra la gloire de Dieu agir en lui et autour de lui.

 

Cette fête est comme un départ, semblable à une course de relais, avec une seule flamme de la lumière de la menorah à 9 branches  va allumer les autres lumières.

Et comme par une seule lumière, elle va passer le relais et allumer une autre âme et ainsi de suite.

 

La Menorah à 9 branches appelée Hanoukia  à pour habitude ( si c’est possible ) de se placer devant une fenêtre.

Comme pour dire à ceux du dehors, regardez ici dans cette maison il y à la lumière de Dieu.

 

Ici  l’Esprit de Dieu y réside.

 

Cette fête aux racines Juives était commémorée quand Yeshoua était encore résidant dans ce monde. A Jérusalem il allait au temple pour la fête de Hanouka.

 

 Jean 10: 22;30.

 

-On célébrait à Jérusalem la fête de Hanouka (la Dédicace). C'était l'hiver. Et Yeshoua se promenait dans le temple, sous le portique de Salomon. Les religieux l'entourèrent, et lui dirent: Jusques à quand tiendras-tu notre esprit en suspens? Si tu es le Messie, dis-le nous franchement. Yeshoua leur répondit: Je vous l'ai dit, et vous ne croyez pas. Les oeuvres que je fais au nom de mon Père rendent témoignage de moi. Mais vous ne croyez pas, parce que vous n'êtes pas de mes brebis. Mes brebis entendent ma voix; je les connais, et elles me suivent. Je leur donne la vie éternelle; et elles ne périront jamais, et personne ne les ravira de ma main. Mon Père, qui me les a données, est plus grand que tous; et personne ne peut les ravir de la main de mon Père. Moi et le Père nous sommes un.

 

 

Car Dieu, a dit: La lumière brillera du sein des ténèbres! a fait briller la lumière dans nos coeurs pour faire resplendir la connaissance de la gloire de Dieu sur la face du Messie.

 

 

Pour commémorer Hanouka il faut procéder de cette façon.

 

Donc ce soir Dimanche 28 novembre on allume une bougie ou fiole d’huile cette première flamme est appelée shamash c’est-à-dire qu’elle sert à allumer les autres bougies.

Donc on commence par allumer ce shamash puis avec cette flamme on allume une autre bougie ce premier soir il y a donc deux flammes qui brillent, puis demain soir on commence par allumer le shamash, qui va servir à allumer deux bougies, il y a donc 3 flammes qui brillent, puis le troisième soir on recommence on allume le shamash et avec le shamash on allume trois autres flammes et ainsi de suite durant Huit jours. Le dernier soir la Hanoukia doit être toute éclairée.

 

Durant tous ses allumages on réalise que Dieu est venu éclairer notre vie et que maintenant nos lumières doivent éclairer les autres, c’est le moment aussi de demander des miracles car le moment est propice.

 

 

Cette fête est suivie de festivités joyeuses et pour la tradition le plus est de manger des beignets et de faire tourner les petites toupies. Car nos actions sont comme des gestes prophétiques, nous annonçons que notre lumière soit diffuse sur ce monde, et que Yeshoua soit reconnu le Messie l’Envoyé de Dieu pour nous sauver.

 

Ont ne fait pas le pain ni le vin pour cette commémoration.

 

 

 

 

Prières devant l’allumage de chaque soir;

 

 

Prières devant la Hanoukia. 1, 2 et 4 tous les soirs le 3  en plus seulement le  premier soir.

 

 

 

 

 

 

1

BAROU’H ATA ADO-NAÏ ÉLO-HÉNOU MÉLÈ’H HAOLAM ACHÈR KIDÉCHANOU BÉMITSVOTAV VÉTSIVANOU LÉHADLIK NÈR ‘HANOUCCA.

Béni sois-Tu, Eternel notre Dieu, Roi de l’Univers qui nous as sanctifiés par Ses Commandements et nous as ordonné d’allumer les lumières de ‘Hanouka.

 

2

BAROU’H ATA ADO-NAÏ ÉLO-HÉNOU MÉLÈ’H HAOLAM CHÉASSA NISSIME LAAVOTÉNOU BAYAMIME HAHÈME BIZMANE HAZÉ.

Béni sois-Tu, Eternel notre Dieu, Roi de l’Univers qui a fait des miracles pour nos pères en ces jours-là, en ce temps-ci.

 

 

Le premier soir que le 3.

 

3.

 

BAROU’H ATA ADO-NAÏ ÉLO-HÉNOU MÉLÈ’H HAOLAM CHÉHÉ’HÉ-YANOU VEKIYÉMANOU VEHIGUIANOU LIZMANE HAZÉH.

Béni sois-Tu, Eternel notre Dieu, Roi de l’Univers qui nous a maintenus en vie, nous a préservés et nous a permis d’atteindre ce moment-ci.

 

 4.

Après chaque allumage on récite

Nous allumons ces lumières pour commémorer, les miracles et les merveilles que Tu as accomplis pour nos ancêtres, en ces jours-là, en ce temps-ci, par l’intermédiaire de Tes saints Cohanim. Pendant les huit jours de ‘Hanouka, ces lumières sont sacrées et nous n’avons pas le droit d’en faire un quelconque usage, mais uniquement de les regarder pour remercier et rendre grâce à Ton grand Nom pour Tes miracles, pour Tes merveilles et pour Tes délivrances.

 

 

Je souhaite à tous une bonne fête de Hanouka que nos lumières éclairent le monde par le rayonnement de Yeshoua.

 

L.B

 

 

Les lectures conseillé sont zacharie2:14,4 à 7. Jean: 10:22 à 39.

Voir les commentaires

Rédigé par Lydia.B

Repost0

Publié le 26 Novembre 2021

Parasha Vayéchev du samedi 27 novembre 2021 et Hanouka.

Le salut vient des Juifs.

 

Cette semaine c’est la parasha Vayéchev qui nous enseigne, mais elle se complète avec la fête de  Hanouka qui commence dimanche soir 28 novembre 2021 par le premier allumage de la menorah à 9 branche appelé Hanoukia, allumage qui durera 8 jours.

 

La parasha s’ouvre sur Joseph.

Joseph symbole du prédestiné. Cette lecture mentionne aussi Juda symbole de l’élu.

 

Joseph préfiguration de Yeshoua vendu par ses frères, ils lui ôtèrent le manteau indigo, ce jeune prédestiné pour accomplir une mission.

La prédestination donnée pour les nations en Yeshoua. Prédestination conçu en Adam le premier homme qui contient toutes les âmes.  Prédestiné à être sauvé.

 

 

Juda est un élu qui doit perpétué  le Nom par le sang c’est la lignée messianique, la transmission, le petit reste d’Israël.

 

-L’histoire de Juda: Il doit marier son premier fils Er  à Thamar, mais il meurent faute de désobéissance envers Dieu, du coup il propose à son deuxième fils Onan de se marier avec sa belle soeur, mais lui aussi ne veut pas concevoir avec elle, il meurt aussi.

 

(-Le texte précise que Juda dit à son deuxième fils qu’il doit absolument constituer une postérité selon qu’il sont soumis à la loi du Levira sous peine de mort. Cette loi qui est sur eux selon que Dieu a décidé.

 

La loi du Lévira veut dire: « Frère du mari », afin de perpétuer le Nom par le sang.

dans la lignée messianique  le Levira est important.)

 

Comme l’affaire échoua, mais que la lignée doit continuer ce qui arriva quoique non conventionnel arriva. Juda croyant allé voir une prostituée coucha avec Thamar qui fut déguisé. De cette union naquit des jumeaux  Pereç et zerah dont l’un seul Pereç perpétua la lignée messianique. Car il enfanta Esrom qui enfanta Aram ………. jusqu’à David qui fut Roi ainsi que son fils Salomon qui enfanta Roboam …….  pour finir avec le lien familial  de Myriam et Joseph d’ou naquit Yeshoua du Nom et du sang.

 

Et de Yeshoua la chose change; pour tous ceux qui étaient prédestinés, ils deviennent alors les élus.

 

Paul le juif dira au sujet des juifs:

 

Ephésiens: 1: 3,4

 

Béni soit Dieu, le Père de notre Seigneur Yeshoua, qui nous a bénis de toutes sortes de bénédictions spirituelles dans les lieux célestes dans le Messie! En lui Dieu nous a élus avant la fondation du monde, pour que nous soyons saints et irrépréhensibles devant lui,

 

 

Et  c’est en Yeshoua que la prédestination s’accomplit par son adoption.

 

 

 

5 à 11.

Nous ayant prédestinés dans son amour à être ses enfants d'adoption par Yeshoua le Messie, selon le bon plaisir de sa volonté, 6la louange de la gloire de sa grâce qu'il nous a accordée en son bien-aimé. 7En lui nous avons la rédemption par son sang, la rémission des péchés, selon la richesse de sa grâce, 8que Dieu a répandue abondamment sur nous par toute espèce de sagesse et d'intelligence, 9nous faisant connaître le mystère de sa volonté, selon le bienveillant dessein qu'il avait formé en lui-même, 10pour le mettre à exécution lorsque les temps seraient accomplis, de réunir toutes choses en Christ, celles qui sont dans les cieux et celles qui sont sur la terre. 11En lui nous sommes aussi devenus héritiers, ayant été prédestinés suivant la résolution de celui qui opère toutes choses d'après le conseil de sa volonté,

 

 

-Car nous sommes la postérité de Jacob mais cette postérité étant établie en douze tribus,  c’est en Juda que se perpétue la lignée juive messianique  selon le bon vouloir de Dieu. Car tous  ne sont pas des juifs.

Mais nous sommes tous prédestinés à être sauvés.

 

Quoi que l’histoire a rendu incertain qui est juif et qui ne l’est pas.  Ce qui est sûr c’est que le juif élu c’est en Yeshoua qu’il est élu.

 

Dans cette rivalité persiste le droit d’ être le parfait dignitaire du Messie.

L’important étant de savoir où l’on va et pas d’où l’on vient.

Car la persistance à vouloir s’approprier la vérité sous couvert de la religion ne force que cette dualité.

 

 

Cette rivalité judéo chrétienne n’a fait qu’éloigner les croyants des uns des autres.

 

Si chacun détient une vérité juive de la Torah alors que les chrétiens ont reçu le messie, il convient maintenant de comprendre que ces deux vérités mises ensemble sont l’événement le plus grand que Dieu nous ait donné de connaître et de comprendre.

-Juifs et nations prédestinés pour être sauvés par Yeshoua, car Il est la seule vérité !

 

Depuis toujours cette confrontation n’a fait que diviser les juifs des nations, et cette division continue et chacun y va de  ses convictions.

 

 

 

 

L’histoire de Barrabas témoigne de l’antisémitisme naissant.

Bibliquement le retracement des faits laisse à penser que c’est les juifs qui ont voulu tuer le Messie.

Mais force est de constater que Pilate ayant consulté les autorités religieuses  pour savoir qui il devait libérer  entre Barrabas ou Yeshoua.

Les religieux on voté de libérer Barrabas.

 

Mais toute la question est de quelles autorités religieuses s’agissait- il ?

Juives où Romaines?

 

Car si c’était les juifs, jamais ils n’auraient condamné un juif, car la loi l’interdit.

Seules les autorités religieuses  romaines  condamnés à mort.

 

Selon le grand sage juif Maïmonide:

Les juifs ne prononcent pas  la peine de mort,  étant toujours accusé par les Chrétiens sur la compréhension  de la loi. Voulant toujours accuser les juifs d’avoir tué ce Juif (Yeshoua).

 

 

 

-Les experts traitant des sujets bibliques  maintiennent que les écrits bibliques s’évertuent à dissimuler la vérité sur le sujet, minimisant siècle après siècles par un procédé  littéraire laissant à  penser que c’est les juifs qui ont voulu la mort du Messie.

 

Jusqu’aux  dernières expertises  qui confirment que l’autorité religieuse qui  décida de la mort de Yeshoua n’est pas Juive.

Donc c’est depuis l’origine des faits que la persécution juive à délibérément exclu les juifs des assemblées de Yeshoua.

 

 

Les historiens ont conclu que c’est l’aristocratie romaine et non les juifs qui ont condamné Yeshoua.

 

-Cette histoire de rivalité  n’a de but que la séparation entre juifs et chrétiens.

Alors que tout le but d’un croyant c’est d’être dans l’unité entre la Torah et Yeshoua qui n’est qu’un.

 

Et malgré cette divergence il est quand même une lignée celle de Juda qui persiste à survivre en passant au-dessus de toute cette confusion de religion.

 

Car le croyant qu’il soit juif où pas, sa seule raison d’être est de passer outre les raisonnements religieux des communautés fermées mais de connaître et vivre selon la volonté de Dieu. Et la volonté de Dieu c’est de faire vivre Yeshoua qui vit en nous par une alimentation continue que diffuse la Torah.

 

Car ceux dans la Torah sans Messie sont pauvres et ceux dans le Messie sans la Torah sont dans la famine.

 

Le salut vient des juifs car le Messie c’est Yeshoua, dont il est écrit sur le bois de son sacrifice « Roi des Juifs ».

 

 

Et comme chaque histoire non résolue, elle se perpétue dans le conformisme de chacun.

 

Mais celui qui cherche la vérité, trouve en son coeur la réponse.

 

 

 

Et ce qui vient donne une réponse!

 

 

Voilà nous approchons les fêtes de fin d’années et d’un côté les juifs avec Hanouka et les chrétiens des nations emprisonnés se sont condamnés avec ce Noël qui n’est qu’une invention des autorités religieuses chrétiennes.

 

Comme par un sentiment de supériorité et d’antisémitisme créant un événement ressemblant à Hanouka, mais sortie de leurs propres illusions afin que la séparation entre juifs et chrétiens s’accentuent de plus en plus.

 

Hanouka c’est une commémoration d’un événement relatant le fait qu’une famille juive cherchant dans les ruines du temple les vestiges du passé glorieux, ont trouvé l’un des vases contenant  l’huile qui alimenté la flamme de la menorah.

 

 

-Quelle extraordinaire merveille que de trouver la lumière ensevelie dans nos décombres, de siècles, de confusions.

 

Hanouka c’est la révélation de la plus grande vérité que le ciel nous ait donnée

 

La lumière de Yeshoua dans notre temple, la révélation de la Torah qui c’est fait Chair en Yeshoua, la Torah qui renvoie cette lumière devant nos yeux comme une évidence que le peuple juif et les chrétiens unis c’est plus qu’une lumière réunis sur le monde c’est comme un éclatement capable de démolir le mal, et ses mensonges et en faire sortir le jaillissement et l’intensité de la radiation du Messie Yeshoua.

 

Hanouka en est l’exemple!

Cette fameuse fiole d’huile fut rallumée le 25 du mois hébraïque, mais n’étant jamais à date fixe, car basé sur un calcul lunaire.

 

La copie falsifiée de religieux romains ont décidé d’une fête de lumière le 25 décembre. La plus grande des  décisions anti-messie. Une copie grotesque, une moquerie pour les non croyants

 

Les érudits, les historiens, les experts sont formels, le 25 décembre ne correspond pas à l’événement de la naissance de Yeshoua, mais correspond à des événements de commémorations de fêtes des entités relevant de la superstition et la magie.

 

 

 

Cette année Dieu nous donne de faire le choix de l’unité entre les juifs et les croyants de la lignée messianique tous unis pour Hanouka.

L’unité dans la vérité de la lumière qui dès le commencement nous a prédestiné à devenir des élus par le temple que nous devons former tous unis.

 

La fête de Hanouka commémore les retrouvailles de la Torah c’est la plus haute symbolique qui puisse nous être donnée.

Retrouver la Torah enfouie en nous c’est la vérité absolue c’est recevoir le Messie Yeshoua le plus haut degré spirituel que nous puissions comprendre, sur ces 9 lumières qui nous éclairent.

 

Après avoir lutté contre le culte de jésus sans identité juive, culte gréco romain. Et renoncer à célébrer cet anniversaire d’un dieu étranger selon les croyances païennes.

 

 

Hanouka c’est le miracle, de retrouver cette lignée messianique qui nous porte depuis le commencement, et dont notre âme se languit de retrouver les étincelles de lumières.

 

Les retrouvailles en célébrant cette fête juive avec Ce Juif Yeshoua qui est venu nous donner le salut  dont nous étions prédestinés pour l’éternité.

 

Shabbat shalom

 

 

Parasha Vayéchev: 9 : du samedi 12 décembre 2020.

Lecture de la parasha: Genèse: Chapitre 37 verset 1 à chapitre 40 verset 23.

Lecture de la haftarah: Amos: Chapitre 2 verset 6 à chapitre 3 verset 8.

Lecture messianique: Actes: Chapitre 7 verset 9 à 16.

 

 

 

 

Suite de Hanouka dimanche (si possible).

L.B

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Voir les commentaires

Rédigé par Lydia.B

Repost0

Publié le 21 Novembre 2021

Rédigé par Lydia.B

Repost0

Publié le 19 Novembre 2021

Parasha Vaychlah du samedi 20 novembre 202#1.

C’est clair comme de l’eau de roche.

 

 

 

La parasha Vaychlah  commence par:  Jacob envoya des messagers en avant vers Esaü son frère, pour lui dire :

Ainsi parle ton serviteur Jacob: J’ai séjourné chez Laban et prolongé mon séjour jusqu’à présent. J’ai acquis boeufs et ânes, menu bétail , esclaves mâles et femelles; je l’envoie annoncer à mon seigneur, pour obtenir  faveur à ses yeux.

 

-Mais il faut revenir en arrière dans les derniers versets de la parasha précédente: qui termine par:

 

« Jacob poursuivit son chemin; et des anges de Dieu le rencontrèrent. En les voyant, Jacob dit: C'est le camp de Dieu! Et il donna à ce lieu le nom de Mahanaïm. »

 

On voit ici que Jacob est constamment guidé par des messagers célestes qui lui parlent en songe ou en réalité, pour lui dire ce qu’il doit faire.

 

Le verset ne dit pas ce que lui dit l’ange mais Jacob appela cet endroit « Mahanaïm ».

Et c’est là toute l’interpellation.

Mahanaïm veut dire » deux camps ».

 

- Et donc on repart avec notre parasha Vaychlah et voila que Jacob sait qu’il doit séparer tous ses biens ainsi que sa famille en deux camps.

 

-Jacob est entièrement guidé  par Dieu, il prie et Dieu lui répond.

 

_Puis il va supplier Dieu d'intervenir!

Jacob dit: Dieu de mon père Abraham, Dieu de mon père Isaac, Eternel, qui m'a dit: Retourne dans ton pays et dans ton lieu de naissance, et je te ferai du bien! Je suis trop petit pour toutes les grâces et pour toute la fidélité dont tu as usé envers ton serviteur; car j'ai passé ce Jourdain avec mon bâton, et maintenant je forme deux camps. Délivre-moi, je te prie, de la main de mon frère, de la main d'Esaü! car je crains qu'il ne vienne, et qu'il ne me frappe, avec la mère et les enfants. Et toi, tu as dit: Je te ferai du bien, et je rendrai ta postérité comme le sable de la mer, si abondant qu'on ne saurait le compter.

 

 

Il eut l'idée d'envoyer des cadeaux à son frère et se dirigea vers le Gué de Jabbok pour y faire passer sa famille et lui-même.

 

Cette idée lui fut inspirée par Dieu.

-Il se leva la même nuit, prit ses deux femmes, ses deux servantes, et ses onze enfants, et passa « le Gué de Jabbok. » .

 

Il les prit, leur fit passer le torrent, et le fit passer à tout ce qui lui appartenait.

 

 

A  ce moment-là une lutte entre l’âme d’Esaü et l’âme de Jacob, va changer l’avenir.

 

 

Car aucune réconciliation ne peut se faire si il n’y a pas de pardon.

 

« Jabbok » en guematria hébraïque est : 112.

 

« Cette eau de  Jabbok » en gematria ATBASH c’est-à-dire en miroir donne « MASHIAH = 112 ».

 

Le Gué de Jabbok  est un lieu de rencontre avec celui qui a pris tous nos péchés et nos pardons.

 

Le Gué de Jabbok est un endroit de passage à pied.

 

Les Gué quelques y soient sont des passages naturels au milieu des cours d'eau, comme un affaissement de la terre qui fait qu'il n'y a pas de profondeur d'eau, on peut y passer en ayant de l'eau que jusqu'aux chevilles.

Cette symbolique nous ramène bien évidemment au pardon.

 

 

 

D’ores et déjà on comprend ce que préfigure ce petit cours d’eau: « Le pardon ».

 

-« Jabbok » veut dire; celui qui se vide;

 

 

Jacob demande pardon à l’âme de son frère et demande pardon à Dieu ainsi qu’il pardonne aussi que son frère ait voulu le tuer.

 

Jean 13:5.

Ensuite il ( Yeshoua) versa de l'eau dans un bassin, et il se mit à laver les pieds des disciples, et à les essuyer avec le linge dont il était ceint.

 

Sur le lavage des pieds dira Yeshoua:

-Celui qui est lavé n'a besoin que de se laver les pieds pour être entièrement pur; et vous êtes purs, mais non pas tous.

Le lavage des pieds c’est  se pardonner constamment les uns les autres de  nos offenses, nos plaintes, nos discordes. Car Yeshoua nous a purifié les mains et tout le corps mais lorsque nous marchons dans le camps de la colère, de la médisance, de la moquerie, de l’insulte,  etc…nous péchons envers les autres, si quelqu’un nous a offensé par ses critiques nous devons absolument pardonner afin que l’âme de la personne ne nous attaque plus.

 

Des fois on peut rester coincer dans un problème faute de pardon. Car Dieu a dit: Si vous ne vous pardonnez pas les uns les autres moi je ne vous pardonnerez pas aussi, sous entendu qu’il ne nous pardonne qu’à la condition que nous pardonnons et que nous demandions pardon.

 

C’est pourquoi « Jabbok »  est un petit cours d’eau, bas juste pour laver les pieds  comme Mashiah Yeshoua nous l’a enseigné.

 

 

 

 

 

 

Jacob et Esaü avaient noué de la haine l'un envers l'autre, les quatre femmes Rachel, Léa, Bilha, Zilpa avaient beaucoup de jalousies entre elles et les enfants aussi avaient entretenu une certaine jalousie.

En passant par le Gué de Jabbok, le verset nous instruit sur la repentance qu'ils ont fait les uns vis-à-vis des autres.

Car l'amertume, et les ressentiments qui ruminent ne pourront pas laisser agir Dieu pour intervenir favorablement pour stopper Esaü animé de haine.

 

 

 

Le Pardon spirituel devant Dieu au Gué de Jabbok, c’est le pardon de réparation de ce qui est spirituel , car l’âme est de Dieu. et c’est en comprenant cela que l’on, comprend pourquoi Jacob dira « J’ai combattu avec Dieu et qu’il nommera ce lieu Peniel.

Il y a donc le pardon charnel qui se fait devant la personne et le pardon spirituel qui se fait devant Dieu.

 

 

 

 

Le pardon apporte la paix le shalom pour que Yeshoua puisse aller au combat lui-même pour nous protéger du mal.

 

Le pardon c'est la force qui agit puissamment dans ce monde.

Mais pour aller plus loin si on reprend le texte Yeshoua, se leva de table, ôta ses vêtements, et prit un linge, dont il se ceignit.

 

Yeshoua se ceignit.  « Ceindre » veut dire: se préparer au combat,  lutter, lier.

Ceindre c’est aussi: ligoter, attacher, sangler, lier.

 

Jacob nous instruit qu’il a lié tous les esprits mauvais, tout ce qui l’a opposé à son frère. Par le pardon!

Il a lié ses forces pour les contraindre à les rendre inertes.

La force de Jacob c’est cette lutte  et le pardon car l’ange lui dira  après le combat: « Ton nom sera Israël ».

 

« Israël » qui veut dire: Celui qui a résisté face aux pouvoirs. Celui qui a gagné devant les forces. Celui qui a le dessus, l’avantage. Triomphe; Il sera le prince de Dieu.

 

Jacob s’est repenti devant Dieu d’avoir mal agi.

 

Jacob cherche toujours l’avis de Dieu.

 

 

 

Aussi la parasha:

Jacob sait que son sort dépend de son état spirituel.

Il sait que son frère Esaü est son pire ennemi, il sait que son destin est entre les mains de son frère.

 

 

-Ce texte se réfère à la lettre hébraïque « Ayin, ע »  .

Cette lettre hébraïque se définit comme un oeil qui regarde vers l’intérieur.

La lettre Ayin c’est l’oeil de Dieu où aussi la source de Dieu.

Jacob cherche ses réponses en lui là où Dieu va lui répondre.

 

-La valeur de cette lettre est 70  qui veut dire: Nécessité de changer de regard sur une situation.

La puissance du Ayin c’est le symbole de la révélation, la vision. Chercher la réponse en Dieu.

 

 

 

Et de plus  encore la lettre lui révèle ce pardon par Yeshoua.

 

Car sa valeur de  70 dévoile le mystère : « Le vin de la coupe ». 

C’est le nombre de l’avènement universel,  le vin sera le sang de Yeshoua. Le vin de la coupe  du pardon sera versé par le sang du sauveur.

 

 

Cette parasha au travers de cette lettre décrit le pardon que nous donne Yeshoua, par le pardon Il nous donne accès à la liberté.

Ayin c’est Yeshoua qui comme un guide nous enseigne ce que l’on doit faire.

Ayin apporte la vision  nécessaire pour sortir d’une situation bloqué,

Ayin c’est l’escorte de Yeshoua qui marche devant nous, si nous faisons ce qu’il faut.

Ayin c’est le pardon.

 

Sans pardon Dieu n’agit pas.

 

 

Le pardon fait s’écrouler les murs, fait tomber l’orgueil et les mauvaises ambitions, les têtes tombent  et les fausses idées tombent aussi.

Penser que c’est que l’autre qui a tort, se remettre en question c’est commencer le pardon.

 

 

 

Jacob lutte avec Esaü il aura sa hanche déplacée qui le fera boiter ce symbole nous rappelle que nous  devons être humble car c’est par orgueil qu’on ne pardonne pas, c’est par orgueil qu’on pense qu’on a toujours raison.

 

Jacob est resté boiteux comme Paul de Tarse parce qu’il avait d’excellente révélation de Dieu afin qu’il ne s’enorgueillisse pas.

 

 

2 Corinthiens:12: 7,à 9.

 

Et pour que je ne sois pas enflé d'orgueil, à cause de l'excellence de ces révélations, il m'a été mis une écharde dans la chair, un ange de Satan pour me souffleter et m'empêcher de m'enorgueillir. 8Trois fois j'ai prié le Seigneur de l'éloigner de moi, 9et il m'a dit: Ma grâce te suffit, car ma puissance s'accomplit dans la faiblesse. Je me glorifierai donc bien plus volontiers de mes faiblesses, afin que la puissance du Messie repose sur moi.

 

 

_Yeshoua c’est l’eau du rocher, c’est l’eau de la source qui purifie et qui pardonne.

 

Comme Jacob allons au Gué de Jabbok , allons pardonner afin que Dieu nous pardonne aussi. Et que nous puissions être appelés Israël devant Dieu.

Israël celui qui fait partie du peuple de Dieu.

 

 

Se pardonner les uns les autres c’est prier les uns pour les autres. Car finalement nous sommes comme un seul être réunis par l’amour de Yeshoua.

 

Nous comprenons que le problème de l’un c’est aussi notre problème. Son combat c’est mon combat car nous formons tous l’unique ÂME celle du Messie Yeshoua qui nous a rassemblé, pour former son royaume .

 

C’est par l’unité et par l’amour que nous sommes unis tous reliés les uns aux autres.

Tout l’univers est contenu en un seul être Yeshoua.

Et si nous ne pardonnons pas nous ne pouvons pas être uni à cette immense âme qui est Yeshoua.

 

C’est en quelque sorte la priorité des priorités dans la vie du croyant.

Car le commandement c’est d’aimer Dieu et de s’aimer les uns les autres, étant donné que l’autre a aussi l’âme de de Dieu, et je suis donc aussi lié à son âme.

 

Ne pas pardonner c’est ordonné la division et un royaume ne se divise pas .

 

-Marc 3:

Yeshoua les appela, et leur dit sous forme de paraboles: Comment Satan peut-il chasser Satan? 24Si un royaume est divisé contre lui-même, ce royaume ne peut subsister; 25et si une maison est divisée contre elle-même, cette maison ne peut subsister. 26Si donc Satan se révolte contre lui-même, il est divisé, et il ne peut subsister, mais c'en est fait de lui. 27Personne ne peut entrer dans la maison d'un homme fort et piller ses biens, sans avoir auparavant lié cet homme fort; alors il pillera sa maison.

Je vous le dis en vérité, tous les péchés seront pardonnés aux fils des hommes,

 

-Comprendre que l’autre fait partie de nous dans l’union de l’âme  de Dieu aide a tout pardonner.

 

Tel est la règle d’or:

 

-Traites les autres comme tu voudrais être traité.

Pardonnes aux autres comme tu voudrais être pardonné.

 

תתייחס לאחרים כפי שהיית רוצה שיתייחסו אליך

 

Que cette parasha soit pour nous un guide qui nous apprend le pardon. Et nous enseigne le pardon au delà de son immense pouvoir.

 

 

 

L.B

 

 

Shabbat shalom

 

Lecture de la parasha: Genèse: Chapitre 32 verset 4 (3) à chapitre 36 verset 43.

Lecture de la haftarah: Osée :11: 7 à 12: 12 et Obadia: 1: 1 à 21.

Lecture messianique: 1 Corinthiens 5: 1 à 13. Et Apocalypse: 7: 1 à 12.

 

  

 

 

 

 

 

Voir les commentaires

Rédigé par Lydia.B

Repost0

Publié le 14 Novembre 2021

Rédigé par Lydia.B

Repost0

Publié le 12 Novembre 2021

Parasha Vayétsé du samedi 13 novembre 2021

Des murs de pierre.

 

 

La parasha Vayétsé vient ici comme une épée de justice.

 

L’histoire de Jacob qui tomba amoureux de Rachel, mais qui dut d’abord être avec sa soeur l’aîné Léa comme l’avait décidé leur père Laban

 

Jacob a dû travailler 20 années à son service sans salaire.

Les soeurs se méprisent aux sujets des enfants.

 

 

Ce bref résumé pour pointer  l’essentiel de ce commentaire.

 

Jacob fut premièrement trompé par Laban lui laissant croire qu’il pouvait se marier avec celle qu’il aimait Rachel.

Le soir du mariage, ce Laban ordonna à sa fille Léa de se cacher dans le lit de Jacob pour lui faire croire que c’était Rachel.

 

Du coup Léa subit le déshonneur d’être donné par son père et déshonoré par Jacob ce qui s’ensuit que Jacob fut abusé de cette supercherie de la part de son beau-père. Et que certainement Rachel devait se lamenter dans son coin.

 

-Léa fut très malheureuse d’être celle qui n’était pas aimée, pas considérée.

Mais Dieu lui donna 7 enfants.

 

-De son côté Rachel pleure d’être stérile et  devient l’ennemi de sa soeur.

Mais Dieu lui donna 2 fils.

 

-Jacob était arnaqué pour son travail de berger.

Mais Dieu l’enrichit.

 

-Dans cette parasha Dieu veut nous montrer qu’il est Dieu qui fait Justice  « Adonaï Tsidkenu ».

 

-Léa la malheureuse appela son premier fils « Ruben », car dit-elle, Dieu lui ma fait justice de mon humiliation.

Elle appela son deuxième fils Siméon, car Dieu lui fit justice,  Dieu entendit son dédain, son rejet qu’elle vécut.

Elle appela son troisième fils Levy, car Dieu l’a entendu soupirer du manque d’amour de son mari Dieu lui fit justice et il s’attacha à elle. Elle eut Juda, Dieu lui à fait une grâce puis elle eut Issachar ce fut là une grande récompense. Puis elle eut une fille, Dina.

 

Rachel se lamentait d’être stérile, Dieu l’entendit et lui rendit justice,  elle eut un fils qu’elle appela Joseph car dit-elle Dieu a effacé ma honte.  Puis elle eut un autre fils Benjamin  qu’elle eut dans la douleur  « Ben Oni » fils de la douleur, mais Jacob le nomma:  « fils de ma droite » Benjamin.

 

Jacob qui fut exploité dans son histoire de salaire, Dieu l’entendit et il lui donna une stratégie pour avoir plus de brebis et ainsi récupérer ce qu’il n’avait pas eu.

 

Laban voulut  poursuivre Jacob mais Dieu le stoppa pour rendre justice  à Jacob.

 

 

Dieu est un Dieu de justice, Il rend justice à tous les innocents qui se font maltraités.

 

 

-Cette parasha est un temps pour guérir car c’est un temps propice à la justice de Dieu.

Tous ceux qui ont été dédaigné, rejeté, méprisé, trompé, volé, arnaqué, violé, maltraité, moqué, mal aimé, mal jugé, menacé, abusé, exploité, trompé……

 

 

 

-Toutes ces souffrances d’abus de faiblesses, d’abus de pouvoir, d’abus d’autorité, sont comme des prisons, des blockaus, des murailles; des donjons où on peut rester enfermer à vie.

 

 

Toutes personnes qui à subit du mal volontaire où involontaire toutes personnes qui a pleuré à cause de la méchanceté de quelqu’un ….

Dieu veut rendre justice !

 

 

-La souffrance cause des traumatismes de toutes sortes , des déséquilibres qui impact la vie de tous les jours et de ceux qui nous entourent.

Les douleurs conscientes où inconscientes vont s’installer dans un coin de notre âme pour essayer de les cacher, mais il suffit d’un petit problème et voilà que le traumatisme ressort,  ou en maladie psychosomatique où somatique.

 

La douleur d’un trauma c’est comme un mur que l’on élève pour nous protéger de la dépression où du mal à l’âme.

 

Et pour preuve, voilà une magnifique  révélation.

 

Dans cette histoire de Jacob, Rachel et Léa on voit que tous ces malheurs sont causés par Laban le père de Léa et Rachel.

 

Laban « Lavan » en hébreu veut dire Blanc.

-Mais lavan se traduit exactement  par: « Faire des briques ». Dans les transcriptions hébraïques on retrouve le mot lavan pour mentionner « faire des briques ».

Exemple dans Exode 5:6,7 quand les esclaves hébreux sous pharaon devaient construire des briques il est écrit:

 

Et ce jour même, Pharaon donna cet ordre aux inspecteurs du peuple et aux commissaires: Vous ne donnerez plus comme auparavant de la paille au peuple pour faire «  lavan »!  (des briques).

 

On constate que  ce que nous révèle ce verset : Les esclaves subissant humiliations , maltraitance, fabriquaient des briques, des murs comme des barricades de souffrance, des forteresses de souffrance, des carapaces de souffrances.

 

Et quand le mur enferme la souffrance c’est la personne qui s’enferme dans son désespoir.

 

Dieu rétabli les injustices!

Cet enseignement de parasha  vient nous libérer des maux de l’âme.

Dieu rend justice,  donne la guérison et la paix  et les récompenses.

 

 

 

Cette parasha merveilleuse  qui révèle les briques que nous, nous fabriquons.

 

Nous voyons maintenant que Jacob a utilisé une pierre pour mettre derrière sa tête pour aller dormir.

La pierre est un minéral que Dieu à fait, la pierre est solide contrairement à la brique qui se casse se peut se détruire.

 

 

Dans notre parasha il y a mention de plusieurs pierres.

 

1 La pierre de Jacob pour dormir.

2 La pierre pour dresser l’autel.

3 La pierre pour ouvrir et fermer le puits.

4 La pierre du serment entre Jacob et Laban.

5 Les pierres témoins limites entre Jacob et Laban.

 

 

 

 

La pierre se dit en hébreux « Eben »."pierre" possède une forte symbolique de transmission de la tradition de « père en fils ».

 

Le simple mot: Eben (אָבֶן) porte en lui cette notion:

אָבֶ  AB: c'est le Père , בֶן, BN: c'est le Fils, אָבֶ 

De Père en Fils.

 

Toute la transmission du père passe par le fils.

 

 

Car le fils Yeshoua c’est notre Justice.

 

 

-Cette parasha c’est en générale ce que l’on appelle la parasha de l’échelle de Jacob.

 

Jacob a fuit sa maison, il est maintenant tout seul, déprimé, découragé, un peu perdu.

Il s’endort la tête sur une pierre et fait un rêve!

 

II voit une grande échelle montant jusqu'au ciel et des messagers de Dieu qui descendent et qui montent sans cesse. Tout en haut, l’Eternel qui lui promet aide et assistance partout où il ira et s'engage à le ramener dans ce pays qu'il lui a accordé.

 

Ce passage révèle que Jacob était déprimé, il cherche l’aide de Dieu pour calmer ses peurs.

 

L’échelle de Jacob c’est Yeshoua. Il est le lien qui fait monter nos prières jusqu’au Père.

 

Yeshoua est en nous et sans cesse nos prières montent et descendent.

Nos prières sont  comme des gémissements de notre âme qui dans sa souffrance émet des vibrations que Dieu reçoit.

 

Chaque mot que notre bouche élève durant la prière, est reçu dans les mains de notre Sauveur.

Chaque larmes qu’émets ces vibrations implorent la justice de Dieu. Implore de l’aide.

Si on en arrive là encore après des années de langueurs d’âme c’est que peut être on a pas pardonner.

 

 

Le Rabbin Harold S Kushner dit:

 

« Le pardon n'est pas une question de disculper les gens qui vous ont fait du mal. Ils ne méritent peut-être pas l'exonération. Le pardon signifie nettoyer votre âme de l'amertume de « ce qui aurait pu être »,et « ce qui n'aurait pas dû arriver.

Quelqu'un a défini le pardon comme  abandonner tout espoir d'avoir eu un meilleur passé. Ce qui est passé est passé et il y a peu à gagner à s'y attarder. Il n'y a peut-être pas de personnes plus tristes que les hommes et les femmes qui ont un grief contre le monde à cause de quelque chose qui s'est passé il y a des années et qui ont laissé cette mémoire aigrir leur vie ”.

 

 

 

Tout commence comme si on allait au puits de ses profondeurs, discuter avec Yeshoua pour lui faire part de nos souffrances et par notre pardon. La Justice de Dieu va commencer à opérer le miracle de la justice ; les guérisons, la paix, les miracles peuvent être libérés de nos maisons de briques.

Car Yeshoua va descendre chacun des barreaux de l’échelle, car lui seul peut avoir accès à la profondeur de notre âme en détresse.

Dans nos prisons de briques; IL va détruire une à une les briques du passé et faire jaillir sa lumière dans notre couloir de la mort.

 

 

Et c’est dans la haftarah de Osée que nous comprenons cela et qui nous donne le plus beau verset qui rend hommage au Messie Yeshoua.

Osée 14: 2 où 3 (selon version).

 

Apportez avec vous des paroles(prières). Et revenez à l'Eternel. Dites-lui: Pardonne toutes les iniquités, Et reçois-nous favorablement! Nous  voulons remplacer les  taureaux (sacrifices), par l'hommage de nos lèvres.(Prières).

 

Ce verset confirme que c’est Yeshoua qui a remplacé les sacrifices des animaux.

Nos prières sont comme des liens qui montent et qui descendent vers Lui.

 

 

Mais nous savons que ces korbanot ont été remplacés par nos prières car par un seul sacrifice du Messie Yeshoua.

Ces versets qui sont lié à Yeshoua et font références à une lettre de l’alphabet hébraïque qui est la lettre « QOF » qui est la 19 ème lettres de l’alphabet  hébraïque.

 

« QOF»   

 

Cette lettre QOF  va nous dévoiler ce qu’elle cache.

Le  QOF veut dire: « La lumière dans l’obscurité » où « Le soleil dans la nuit ».

A travers cette lettre tirée de l’hébreux se traduit la délivrance, elle exprime les profondeurs impénétrables là où seul Yeshoua peut aller.

Les profondeurs de notre être. Là ou nos instinct les plus bas emprisonnent nos valeurs de « kedousha » sainteté.

 

-Elle exprime les circonstances les plus noires et difficiles de notre vie.

Cette lettre vient nous dire que c’est la lumière qui vient purifier toutes les zones sales de notre être et peuvent être rendu pur si nous croyons que Yeshoua est le fils de Dieu.

 

QOF est lié à Yeshoua le MESSIE. Il vient dans cette nuit noire révéler la lumière, Il vient sortir les sombres desseins de notre vécu car l’ennemi à travailler à ensevelir nos souffrances  afin qu’on les oublies et qu’elles ne parviennent pas à notre conscience pour qu’on ne puisse pas pardonner et être guéri.

 

Yeshoua est la puissance qui libère dans ces ténèbres.

Efface les cicatrices du mal,  et place sa lumière là où il y avait la noirceur.

Au plus profond de notre corps de chair, Il fait remonter la résurrection Il est le Sauveur.

La lettre QOF dans la tradition hébraïque est liée à un sens négatif qui apporte le positif.

 

 

Et en guematria la lettre QOF a pour valeur 100.

 

Et le chiffre 1OO c’est ce qui nous relie à Dieu. C’est  le symbole de la prière.

Donc ce qui confirme encore que c’est nos prières qui font agir la puissance de Yeshoua.

 

Yeshoua c’est un mur de séparation entre nous et les persécuteurs. C’est ce qu’a fait Jacob;

 

-46Jacob dit à ses frères: Ramassez des pierres. Ils prirent des pierres, et firent un un amas de pierre.

Que cet  amas de pierre serve aujourd'hui de témoignage entre moi et toi! C'est pourquoi on lui a donné le nom de Galed. ( temoin) 49On l'appelle aussi Mitspa l’Eternel observe, surveille .

 

Une séparation entre le passé et l’avenir, Dieu en sera témoin!

 

 

 

 

 

 

L'Eternel fait justice et droit à tous ceux à qui l'on fait du tort.

La lecture des psaumes c’est comme des prières qui montent et qui libèrent.

 

 

 

Psaume 69:14,21;

Mais moi je t'adresse ma prière, Eternel! C'est le moment favorable, ô Dieu, par ta grande bonté: réponds-moi en m'accordant ton fidèle secours!

15 Retire-moi de la boue, et que je n'enfonce plus, que je sois délivré de mes ennemis et de l'eau profonde! 16 Que le courant ne m'emporte plus, que le gouffre ne m'engloutisse pas et que la tombe ne se referme pas sur moi!

17 Réponds-moi, Eternel, car ta bonté est immense! Dans tes grandes compassions, tourne les regards vers moi 18 et ne cache pas ton visage à ton serviteur! Je suis dans la détresse: réponds-moi vite! 19 Approche-toi de moi, rachète-moi, libère-moi, à cause de mes ennemis!

20 Tu sais qu'on m'insulte, qu'on me déshonore, qu'on me couvre de honte; tous mes adversaires sont devant toi. 21 L'insulte me brise le coeur, et je suis anéanti; j'attends de la pitié, mais il n'y en a pas, des consolateurs, et je n'en trouve aucun

 

Psaume 123

 

Je lève mes yeux vers toi, Qui sièges dans les cieux.

 

2Voici, comme les yeux des serviteurs sont fixés sur la main de leurs maîtres, Et les yeux de la servante sur la main de sa maîtresse, Ainsi nos yeux se tournent vers l'Eternel, notre Dieu, Jusqu'à ce qu'il ait pitié de nous.

 

3Aie pitié de nous, Eternel, aie pitié de nous! Car nous sommes assez rassasiés de mépris;

 

4Notre âme est assez rassasiée Des moqueries des orgueilleux, du mépris des hautains.

 

 

 

Mathieu 11: 28.)

 

Yeshoua a dit:

 

Venez à moi, vous tous qui êtes fatigués et chargés, et je vous donnerai du repos. Prenez mon joug sur vous et recevez mes instructions, car je suis doux et humble de coeur; et vous trouverez du repos pour vos âmes.

 

 

-Que Dieu soit témoin en ce jour que toutes les souffrances enfouies au plus profond de moi soient libérées par Yeshoua. Car j’ai pardonné et Il m’a délivré.

 

Je suis libre, car mon Sacrifice c’est Yeshoua. Sur le bois, Il a pris ma honte, mon humiliation, ma peur, mon rejet, toutes mes souffrances. Gloire à  Yeshoua qui me guérit.

 

 

L.B

Shabbat shalom

 

 


Lecture de la parasha:

Genèse : Chapitre 28 verset 10 à chapitre 32 verset 3 (2).

Lecture de la haftarah: Osée: Chapitre 11 verset 7 à Ch 12 verset 12 (11).Et plus 12:13(12) à 14:10(9).

Lecture messianique: Jean : Chapitre 1 verset 43 à 51. 

 

 

 

Voir les commentaires

Rédigé par Lydia.B

Repost0

Publié le 7 Novembre 2021

Rédigé par Lydia.B

Repost0

Publié le 5 Novembre 2021

Parasha Toldot du samedi 6 novembre 2021.

C’est la lumière qui fait briller le diamant.

 

 

La parasha Toledot c’est l’histoire d’Isaac.

Cette parasha est comme un diamant brut aux multiples facettes, mais qui cache tout son éclat derrière ses ombres.

 

 

-Pour libérer la beauté de cette pierre précieuse, il convient de transformer la matière sombre en lumière. C’est-à-dire dévoilé le divin qui est en nous.

 

Notre âme est comme un diamant brut dans ce monde qui même dans son exil peut toujours se réparer, même tombée dans les profondeurs sombres d’un puits, elle gardera toute sa valeur, dès qu’elle sera remontée à la surface.

 

-Aller chercher le meilleur de nous au fond de nos sombres puits remplis de scories.

Proverbes: 25:4


Ote de l'argent les scories, Et il en sortira un vase pour le fondeur.

 

Proverbes 24: 3 à 4.

 

C'est par la sagesse qu'une maison s’élève. Et par l'intelligence qu'elle s'affermit;

 

C'est par la science que les chambres se remplissent de tous les biens précieux et agréables.

 

 

-L’exil commence par croire que le créateur existe séparé de nous, plutôt qu’en nous.

Nous sommes habitués a chercher le créateur dans le ciel, dans les écritures pour y voir  ce qui s’y passe ou comprendre. Alors  que c’est en nous même qu’Il réside.

-Chercher en nous pour voir ce qui s’y passe?

 

  • La naissance d’Esaü et Jacob nous donne de comprendre un relief de notre personnalité.

Esaü et Jacob son jumeau!

Il y a les jumeaux dizygotes et les jumeaux monozygotes.

Les dizygotes se forment par deux ovules, les jumeaux peuvent donc être différents..

Les monozygotes se forment par une seule ovule et se séparent en deux embryons, et sont souvent très semblables .

-Dans le cas des dizygotes deux ovules dans une seule  poche, le premier filament se place à l’arrière, du coup le second se place devant. Ce qui fait qu’à l’accouchement c’est le second qui sort en premier.

Quoi qu’ils se déplacent durant la grossesse, mais garde leurs places respectives.

 

Dans le cas d’Esaü et Jacob on comprend qu’ils sont dizygotes, très différents et que lors de l’accouchement Jacob tient le talon de son frère.

 

Là donc le premier est celui qui est sorti en deuxième c’est donc Jacob le premier. Ce qui ne fut pas visible naturellement le fut quand Esaü fit un serment avec son frère pour un plat de lentille.

Et si même ce serment  fut établi sans témoin.  Il s’est accompli par la parole de Rebecca, et la bénédiction  fut sur Jacob.

 

-Dans le ventre de leur mère, les jumeaux contestés, s’opposés.

Le combat de la chair et de l’esprit.

 

Romains: 7: 5…9,à,12

Car, lorsque nous étions dans la chair, les passions des péchés provoquées par la loi agissaient dans nos membres, de sorte que nous portions des fruits pour la mort…

 

 

Pour moi, étant autrefois sans loi, je vivais; mais quand le commandement vint, le péché reprit vie, et moi je mourus. 10Ainsi, le commandement qui conduit à la vie se trouva pour moi conduire à la mort. 11Car le péché saisissant l'occasion, me séduisit par le commandement, et par lui me fit mourir. 12La loi donc est sainte, et le commandement est saint, juste et bon.

 

 

 

-Car nous sommes nés dans la chair et sans foi ni loi et quand nous avons trouvé le chemin du pardon par Yeshoua la Torah a pris vie et le péché nous a accusé de ne pas suivre la loi de Yeshoua. Notre combat intérieur a commencé les contestations et les oppositions se sont acharné à notre Esprit renouvellement ressuscité en Yeshoua.

Et c’est parce que l’on a su faire la guerre à nos envies passées, nous avons fait taire la chair.

 

Comme les puits d’Isaac qui produisit de la contestation et de l’opposition.

 

Mais ça va encore plus loin que ça.

 

Notre premier né  n’est il pas le souffle de Dieu la Shekinah qui est caché en nous, comme une lumière cachée par l’obscurité.

L’obscurité c’est le manque de lumière. Le manque de Yeshoua.

 

La Shekinah; La présence de Dieu,  L’esprit de Yeshoua qui est resté voilée,  enfermée, endormie, jusqu’à  son réveil, comme par un élan d’amour et de foi envers Dieu.

 

Cantique des cantiques 1:5;

Je suis noire, mais je suis belle, filles de Jérusalem, Comme les tentes de Kédar, comme les pavillons de Salomon.

 

Ce cantique exprime que la beauté est sombre, quand elle est encore cachée.

 

Les tentes de Kedar.

Kedar signifie premier né du premier souffle.

 

-Au fond des tentes de Kédar se cache la beauté.

 

Ma chair conteste et s’oppose à Dieu, ou c’est Dieu qui s’oppose à ma noirceur.  La lutte pour que la lumière de Dieu rayonne dans tout mon être.

Que ce premier né qui est Yeshoua en moi le souffle du Divin par un serment reprend ses droits en moi.

 

Le premier né Jacob caché par l’ombre d’Esaü.

 

 

Allons livrer bataille, allons contester, contre ce qui  fait la guerre à l’âme.

 

 

 

Ils creusèrent un nouveau puits et là Dieu se révéla .

Isaac érigea un autel. Un lieu de rencontre.

 

 

Jacob vit dans les tentes, il cherche Dieu, il veut faire ressortir la présence de Dieu qui est en lui, qui vit en lui.

Esaü vit pour lui.

Jacob vit pour combattre contre sa chair Esaü, et sa lutte durera toute sa vie .

Même s’il y eut apaisement car la force et la sagesse de Jacob ont réussi à calmer la haine de son frère, son égo.

Comme Jacob nous sommes continuellement vigilant envers notre Esaü qui tente toujours de venir nous tirer vers le bas.

 

L’autre facette de ce Diamant qui fait jaillir sa lumière, c’est Yeshoua qui resplendit et c’est là que le vrai combat commence car là le péché vient revendiquer ses droits.

 

La loi de Yeshoua c’est l'épée de l'Esprit, qui est la parole de Dieu.

La loi de l’Esprit de Yeshoua.

 

Hébreux 1:à, 9.

 

Après avoir autrefois, à plusieurs reprises et de plusieurs manières, parlé à nos pères par les prophètes, Dieu, 2dans ces derniers temps, nous a parlé par le Fils, qu'il a établi héritier de toutes choses, par lequel il a aussi créé le monde, 3et qui, étant le reflet de sa gloire et l'empreinte de sa personne, et soutenant toutes choses par sa parole puissante, a fait la purification des péchés et s'est assis à la droite de la majesté divine dans les lieux très hauts, 4devenu d'autant supérieur aux anges qu'il a hérité d'un nom plus excellent que le leur.

 

5Car auquel des anges Dieu a-t-il jamais dit: Tu es mon Fils, Je t'ai engendré aujourd'hui? Et encore: Je serai pour lui un père, et il sera pour moi un fils?

 

6Et lorsqu'il introduit de nouveau dans le monde le premier-né, il dit: Que tous les anges de Dieu l'adorent!

 

7De plus, il dit des anges: Celui qui fait de ses anges des vents, Et de ses serviteurs une flamme de feu.

 

8Mais il a dit au Fils: Ton trône, ô Dieu, est éternel; Le sceptre de ton règne est un sceptre d'équité;

 

9Tu as aimé la justice, et tu as haï l'iniquité; C'est pourquoi, ô Dieu, ton Dieu t'a oint D'une huile de joie au-dessus de tes égaux.

 

 

 

-La loi du Oint de l’Eternel le Messie de Dieu
-Le Messie, l’Oint en hébreux exprime; substance grasse, oindre de l’huile.

 

Tu as aimé la justice, et tu as haï l'iniquité; C'est pourquoi, ô Dieu, ton Dieu t'a oint D'une huile de joie au-dessus de tes égaux.

 

 

Ainsi aimons la justice de Dieu, rejetons l’iniquité sans loi d’Esaü. Ainsi nous aurons fait le bon combat de la vie.

 

 

Le facettage ou polissage qui rend toutes les facettes du diamant brillante, c’est la présence de l’Esprit Saint.

La loi de Yeshoua c’est son sacrifice qui revit en nous, c’est le façonnage de Dieu qui fait resplendir la gloire de Dieu en nous .

 

Et voici une autre facette de ce diamant là où la brillance est pure.

 

Comme Sarah et Rebecca elles sont belles, elles reflètent l’Esprit de Dieu sa présence.

 

Elle sont la gloire de Dieu.

Abraham et Isaac  se sont présenter devant Pharaon ou Abimelek en présentant leur femme comme âme soeur. Ici symbole de la Shekinah la présence de Dieu.

 

C’est par cette beauté qu’ils voient qu’Abraham et Isaac sont des hommes de Dieu.

 

C’est parce qu’Abraham et Isaac ont exposés leur femme leur rayonnement de Dieu parce qu’ils les ont exposés devant ces rois le mal s’est tue, et on fait un pacte d’accord un pacte d’arrêt des hostilités. Abraham et Isaac furent bénis plus que bénis

 

Quand notre âme reflète l’Esprit de Yeshoua que tout notre être sombre comprend qu’il est dominé par Dieu, plus aucune malédiction ne peut nous atteindre, mais en plus nous pouvons être béni.

 

 

 

 

 

Car la loi ne peut plus nous accuser, car le péché a été crucifié et nous somme donc mort à la loi du péché car la malédiction de la loi c’est Yeshoua qui la cloué au poteau.

 

 

Car l’Esprit de Yeshoua est en nous c’est la lumière qui fait briller notre âme comme un diamant.

 

 

Nous devons bien comprendre qu’aucune malédiction en rapport de la loi qui fut le sacrifice des animaux dans le temple n’a plus pour nous sujet de contestation ni d’opposition car nous avons réveiller l’amour endormie qui a levé le voile de l’ombre afin que la lumière divine rayonne sur notre âme.

 

 

Quoi que le mal nous accuse ne jamais oublié qu’il ni plus de condamnation pour nous qui avons l’Esprit de Yeshoua comme ainé ayant retrouvé son droit d’aînesse et son droit à la bénédiction.

 

 

Romains 8: 1,5

Il n'y a donc maintenant aucune condamnation pour ceux qui sont en Yeshoua le Messie. 2En effet, la loi de l'esprit de vie en Yeshoua le Messie m'a affranchi de la loi du péché et de la mort. 3Car chose impossible à la loi, parce que la chair la rendait sans force, -Dieu a condamné le péché dans la chair, en envoyant, à cause du péché, son propre Fils dans une chair semblable à celle du péché, 4et cela afin que la justice de la loi fût accomplie en nous, qui marchons, non selon la chair, mais selon l'esprit. 5Ceux, en effet, qui vivent selon la chair, s'affectionnent aux choses de la chair, tandis que ceux qui vivent selon l'esprit s'affectionnent aux choses de l’esprit.

 

Il est bon de se le rappeler et même de le dire !

 

Il n’y à donc aucune condamnation car je suis en Yeshoua et l’Esprit de vie  en Yeshoua m’a affranchi de la loi du péché.

 

L’Esprit de Yeshoua brille en moi et mon âme lui appartient, afin que toutes les bénédictions du ciel et de la terre me reviennent.

 

 

 

Shabbat shalom

L.B

 

 

 

Lecture de la parasha: Genèse: Chapitre 25 verset 19 à chapitre 28 verset 9.

Lecture de la haftarah: Malachie: Chapitre 1 verset 1 à chapitre 2 verset 7.

Lecture messianique: Romains: Chapitre 9 verset 6 à16. 

 

-

 

 

 

Voir les commentaires

Rédigé par Lydia.B

Repost0

Publié le 31 Octobre 2021

Rédigé par Lydia.B

Repost0