Publié le 15 Mars 2022

Pourim 2022.

Pourim 2022.

 

 

Pourim commence mercredi soir 16 mars 2022  et termine jeudi dans la soirée.

 

Fait historique.

 

Il y a environ plus de 2370 ans, le peuple juif commençait à perdre espoir affaibli dans leur foi. Le Temple de Jérusalem avait été détruit, depuis presque 70 ans, les Juifs étaient dispersés sur des terres étrangères. C’est à ce moment que l’ennemi se leva pour mettre en œuvre ses plans. Cette fois, c’était Hamman. Descendant de la tribu d’Amalek, il avait conçu le projet de résoudre la “question des croyants” pour toujours en les exterminant, hommes, femmes et enfants, dans le monde entier, en un seul jour.

 

 

 

Pourim commémore une grande victoire pour le peuple de Dieu ce jour ce distingue comme un jour de rappel très important.

 

Pourim c’est la victoire contre tout ce qui nous empêche d’être heureux.

 

Pourim c’est la force de la foi!

Pourim c’est la célébration de la victoire contre Hamman.

 

 

Hamman c’est la personnification de  la sournoiserie, celui qui attaque les faibles.

Dans le désert quand le peuple était sorti d ‘Egypte, c’est tous ceux qui étaient à la traîne, les gens fatigués, affaiblis, en difficultés qui se sont fait attaquer par Amalek.

 

Et c’est en cela que Pourim est important; c’est qu’en Dieu ont est fort. Car si par moment dans la vie on peut-être en état de faiblesse, c’est Yeshoua qui vient nous redonner la force de continuer.

 

Ce souvenir vient nous rappeler que nous sommes forts, malgré que le diable veut nous faire croire que l’on est faible et dans les moments difficiles nous faire croire que Dieu n’est pas là pour nous secourir.

 

 

Pourim c’est comme un étendard qu’on brandit pour confirmer que nous sommes forts en celui qui nous fortifie.

 

2  Corinthiens: 12:9.

 

Ma grâce te suffit, car ma puissance s'accomplit dans la faiblesse. Je me glorifierai donc bien plus volontiers de mes faiblesses, afin que la puissance de Christ repose sur moi.

 

 

Daniel 10:19.

Puis il me dit: Ne crains rien, homme bien-aimé, que la paix soit avec toi! courage, courage! Et comme il me parlait, je repris des forces, et je dis: Que mon seigneur parle, car tu m'as fortifié.

 

 

Alors en ce temps compliqué nous avons besoin de nous montrer courageux, en se rappelant que pourim nous ramène au souvenir que nous avons toujours la Victoire.

Et en cette semaine nous continuerons sur ce thème avec la parasha Tsav.

 

Pour fêter Pourim on prend le temps d’organiser cette petite fête.  On peut faire un jeune avant la fête. Et pour marquer le coup ont confectionnent les traditionnels gâteaux en forme de triangle qui honorent cette fête par cette pâtisserie qu’on appelle « Les oreilles d’Amman ». (Pâte sablée étalé, avec un verre faire des ronds remplir d’une cuillère de confiture ou chocolat refermer un peu la pâte en formant trois petites pinces  cuire doucement au four). 

 

On peut se déguiser.

 

On lie le livre d’Esther en entier et lorsque l’on tombe durant la lecture sur « Hamman » on doit faire du bruit taper des pieds où bien avec un objet qui fait du bruit.

 

Si cela semble désuet, n’oublions pas que notre cerveau retient les actes qui sont festifs, amusants. Et que pour les enfants qui nous voient, ils se rappelleront toujours du souvenir de cette fête qui lutte contre le mal.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Bonne fête de Pourim, bonne fête de la résistance, bonne victoire.

 

L.B

 

 

 

 

Voir les commentaires

Rédigé par Lydia.B

Repost0

Publié le 13 Mars 2022

Rédigé par Lydia.B

Repost0

Publié le 11 Mars 2022

 Parasha Vayikra  du samedi 12 mars 2022.

Ça commence maintenant.

 

La parasha Vayikra est comme on pourrait dire une lecture un peu rébarbative c’est un texte replié, qui porte à la  réflexion sur la transgression, sur les fautes commises.

 

Cette semaine la parasha Vayikra expose les différents  korbanot offrandes de sacrifices pour le temple afin que les péchés soient pardonnés.

Mais nous savons que ces korbanot ont été remplacés par nos prières car par un seul sacrifice du Messie Yeshoua nous pouvons avoir accès devant Dieu comme à travers un voile.

 

Osée 14; 3 ou 2

 

Apportez avec vous des paroles, Et revenez à l'Eternel. Dites-lui: Pardonne toutes les iniquités, Et reçois-nous favorablement! Nous t'offrirons, au lieu de taureaux, l'hommage de nos lèvres.

 

 

  

Vayikra veut dire: « il appela », mais avec une nuance voulant dire: «  Il nomma ». Appeler à haute voix, nommer les choses à haute voix! !

 

 

Le texte enseigne sur les 5 sortes d’offrandes:

1 L’holocauste.

2 L’oblation.

3 Le sacrifice de paix.

4 Les sacrifices expiatoires.

5 Le sacrifice de culpabilité.

 

C’est en cela que le texte est dit replié, inapplicable de façon véritable!

 

-Nous avons fini le livre de l’exode avec pékoudé qui terminait en disant:

 

La nuée divine couvrit le tabernacle; Moïse ne pouvait plus y entrer.

 

 

Donc nous en somme là; nos temples sont construit car nous avons cru que Dieu est vivant en la présence de Yeshoua notre sauveur.

 

L’Esprit de Dieu est sur nous, mais maintenant nous devons libérer les espaces encore encombrés de nos péchés.

 

Le but de la Torah est l’enseignement  dont l’un des buts primordial est d’arracher l’homme à l’idolâtrie.

 

L’humain est de par sa nature réticent aux changements, surtout aux changements brusques.

Il lui faut du temps pour oublier ses habitudes; Il lui faut du temps pour que sa réflexion atteigne sa conviction.

 

Le Maître Rambam fait référence à ces divers offrandes si différentes  comme pour dire: Dieu attend patiemment que nous lui offrons un culte qui lui soit agréable Dieu attend que nous soyons prêt.

 

Appréhendé progressivement  une nouvelle direction spirituelle. Une nouvelle conception de la foi.

 

Vayikra c’est la progression des êtres humains par la parole,  et les actes. Nommer les fautes,  par la bouche pour demander pardon,  et l’acte  par des actions à faire.

 

Tous les principes des sacrifices rejoignent l’idée du pardon.

 

1 l’holocauste représente  l’offrande de la foi.

 

 

Vayikra parle  des sacrificateurs, des enseignants, des dirigeants. Dans le sens celui par qui tu t’es laissé instruire a le devoir de te diriger vers Dieu.

 

Et là si vayikra est dit un texte difficile  à lire dans le sens que seule une révélation par l’Esprit peut en dévoiler son contenue, le texte de notre haftarah associé est, d’une lecture des plus limpides, donc on va reprendre le texte de la haftarah.

Notre haftarah nous rappelle que l’éloignement de Dieu c’est lorsque le peuple se fabrique des statues, c’est pourquoi cette parasha nous renvoie à l’idée de renoncement de toutes les images taillées afin de  se rapprocher de Dieu. 

 

  

 

Esaïe 43. 23……..

 

« Tu ne m'as pas offert tes brebis en holocauste, Et tu ne m'as pas honoré par tes sacrifices;

Tu n'as pas à prix d'argent acheté pour moi des aromates, Et tu ne m'as pas rassasié de la graisse de tes sacrifices; Mais tu m'as tourmenté par tes péchés, Tu m'as fatigué par tes iniquités.

 

C'est moi, moi qui efface tes transgressions pour l'amour de moi, Et je ne me souviendrai plus de tes péchés.

 

Réveille ma mémoire, plaidons ensemble, Parle toi-même, pour te justifier.

 

Ton premier père a péché, Et tes intercesseurs se sont rebellés contre moi……..

 

 

 

Ceux qui fabriquent des images sculptées ne sont tous que vanité, Et leurs plus belles oeuvres ne servent à rien; Elles le témoignent elles-mêmes: Elles n'ont ni la vue, ni l'intelligence, Afin qu'ils soient dans la confusion. Qui est-ce qui fabrique un dieu, ou mouler  une statue, Pour n'en retirer aucune utilité? Voici, tous ceux qui y travaillent seront confondus, Et les ouvriers ne sont que des hommes; Qu'ils se réunissent tous, qu'ils se présentent, Et tous ensemble ils seront tremblants et couverts de honte……..

 

 

Le charpentier étend le cordeau, dessine l’idole au crayon, Façonne le bois avec un couteau, Et marque ses dimensions avec le compas; Et il produit une figure d'homme, Une belle forme humaine, Pour être placé dans la maison. ........

 

 

IL fait un dieu, son idole. Il se met à genoux devant elle, il l'adore, l’invoque, il lui adresse des prières. Et s'écrie: Sauve-moi! Car tu es mon dieu!

 

Pas un ne réfléchit en lui même pour essayé de comprendre. Car on leur a fermé les yeux pour qu'ils ne voient point. Et le coeur pour qu'ils ne comprennent point. »

 

 

 

 

-Les textes reviennent donc au premier des fondements le premier, et le deuxième des commandements.

 

Tu n’auras qu’un seul Dieu l’unique offrande et surtout tu ne feras jamais de statue, sculpture, dessin qui représente Dieu où une quelconque divinité. Et surtout tu ne prieras jamais devant une image spirituelle.

 

 

Quoi dire! que les religions qui se sont propagées dans le monde ont toujours prônés les sculptures en tout genre, même les images, les dessins de jésus sont à proscrire.

Donc pour conclure si dans notre vie nous avons eu par mauvais enseignements eu des idoles devant lesquels ont s’est mis à genoux et qu’on a prié, c’est le moment aujourd’hui d’aller demander pardon et d’aller faire l’action de jeter, casser, toutes images des dieux, les croix avec jésus, les vierges Marie, et tous les saints, les bouddha  et tous les mantra, les livres contenant de images de jésus surtout ceux pour les enfants, tous ceux qui a une représentation humaine de Dieu.

 

 

Dans le judaïsme et dans le messianisme l’enseignement est formel  pas de représentation aux visages de Dieu. Et tout ce qui pourrait pousser à l’idolâtrie.

 

 

C’est par la réflexion sur ses choses, que l’on devient des temples qui plaisent à Dieu.

Dieu à dit pas d’images: alors pas d’images!

C’est en obéissant que petit à petit on enlève nos zones d’ombres.

Car tous nos péchés peuvent être pardonnés,  car souvent c’est par ignorance que l’on a péché, suivit une direction religieuse de nos parents où par adhésion qui semblait répondre à nos besoin sur le moment car nous n’étions pas prêt.

 

Vayikra vient dire. Vient devant Dieu nommer les fautes que tu as commises et elles te seront pardonnés. C’est une offrande de culpabilité.

 

Les esprits religieux sont les plus difficiles à révoquer car ils sont directement liés à la foi.

Et la foi c’est une puissance dominatrice, qui est capable de changer une personne tranquille en une personne capable du pire.

 

C’est pourquoi Vayikra vient nous demander de nous libérer de toutes formes de religions, surtout celles qui contredisent les commandements de Dieu.

 

Mais Vayikra c’est aussi le commencement d’une nouvelle vie donner à Dieu.

 

Car si notre désir est de plaire à Dieu de façon charnelle en faisant ce qui semble bien selon les commandements, il faut comprendre que les esprits religieux ne vont pas se laisser déloger aussi facilement. Comme un droit qu’ils ont acquis ils vont tenter de rester.

Car si nos actes spirituels ont été acté, ils vont rester donnant leurs droits aux esprits religieux.

Par exemple si on a eu un engagement religieux baptême chrétien, engagement d’un ministère où services religieux, ses droits religieux dans le monde spirituels se dressent comme des serpents devant les portes de notre nouveau temple. Ils vont empêcher la progression de notre éveille spirituel.`

Il faut donc aller demander pardon en nommant tous nos engagements religieux en précisant que nous ne sommes plus d’accord avec ses principes et que maintenant nous les rejetons. Et si nous avons des certificats où papiers signés de nos engagements où des prières liés à ces idoles  il faut les brûler.

 

Ainsi ça commence maintenant.

Par notre offrande d’holocauste en offrant à Dieu notre corps tout entier afin que Yeshoua vienne nous libérer des esprits religieux. Car lui seul a le pouvoir de les dominer.

 

Romains12:1,2.

 

Je vous exhorte donc, frères, par les compassions de Dieu, à offrir vos corps comme un sacrifice vivant, saint, agréable à Dieu, ce qui sera de votre part un culte raisonnable. Ne vous conformez pas au siècle présent, mais soyez transformés par le renouvellement de l'intelligence, afin que vous discerniez quelle est la volonté de Dieu, ce qui est bon, agréable et parfait.

 

 

 

 

 

Prière de repentance.

 

 

Dieu d’Abraham, Dieu d’Isaac et Dieu de Jacob par le nom de Yeshoua je viens te demander pardon pour toutes mes transgressions que j’ai commises durant toute mon existence.

 

C’est devant le Roi des Roi le Seigneur Yeshoua que je viens nommer mes fautes et toutes les transgressions que j’ai faîtes contre  Dieu.

 

Reçois Seigneur l’offrande  de  mes lèvres et de mon coeur car maintenant je me suis rapproché de toi en te reconnaissant le Maître Le Roi des Rois le Sacrifice qui a expié mes péchés. Je te reconnais comme le sauveur qui me sanctifie.  Pardonne -moi pour toutes les fois ou je me suis prosterné devant une image taillée. Une représentation religieuse, afin que je sois libre et que tu prennes toute la place en moi. Merci pour le chemin que tu traces devant moi et pour ta présence qui me guide pas à pas vers la vérité et pour la compréhension des mystères de la Torah. Guide moi, ne me laisse pas  seul, met sur mon chemin ce dont j’ai besoin pour poursuivre ma route de vie.

 

Annule mes fautes ainsi que les conséquences de mes fautes de mes transgressions involontaires et volontaires,

afin que l’ennemi cesse de m’accabler, afin que tout le mauvais en moi tu le fasses disparaître et que je devienne meilleur pour toi et pour toutes les personnes qui traversent la route de ma vie. Pardon pour tout le mal que j’ai.

 

 

 

 

 

 

Lecture de la parasha : Lévitique: Chapitre 1 verset 1 à chapitre 5 verset 26.

Lecture de la haftarah: Esaïe: Chapitre: 43 verset 21 à chapitre 44 verset 23.

Lecture messianique: Romains: 8:1 à 13. Hebreux: 10: 1 à 14. et 13: 10 à16.

 

 

 

 

Shabbat shalom

L.B

Voir les commentaires

Rédigé par Lydia.B

Repost0

Publié le 6 Mars 2022

Rédigé par Lydia.B

Repost0

Publié le 4 Mars 2022

Parasha pékoudé du samedi 5 mars 2022.

C’est de bonne guerre.

 

La parasha Pékoudé qui termine le livre de l’exode, décrit un inventaire, un décompte, d’or, d’argent, cuivre etc….

 

 

« Pékoudé » donne ici un élément de compréhension un peu différente de ce que l’on a l’habitude de rappeler.

 

-Pékoudé ici par analogie se refaire à «  Pékouda ».

 

-Pékouda s’exprime « ici » par :

« un chef d’armée qui donne des ordres ».

« l’obligation d’obtempérer ».

 

Moïse donnait les ordres et le peuple était obligé d’obtempérer.

Comme un ordre militaire.

L’ordre n’étant donc pas négociable.

 

Suite aux événements qu’il y avait eu lors de la désobéissance du veau d’or, il n’était donc plus question de choisir, mais d’obéir.

 

Le rappel de toute cette liste de choses que devait apporter le peuple devient un engagement personnel précis.

 

Comme une liste pour concrétiser le projet.

 

Car ce qui est écrit pose un droit dictant ce qui doit arriver.

La chose fut écrite et posée par chacun avec une sorte de signature.

La signature évoque une non rétractation de l’engagement et une façon d’affirmer l’engagement.

 

( Un peu comme si quelqu’un écrivait sa lettre de candidat au élection). Pour concrétiser la chose et lui donner une légitimité. (Qu’il n’a pas).

Car quand il est écrit la chose s’accomplit. C’est une puissance spirituelle!

 

 

 

 

 

 

La construction du tabernacle avec ses matériaux, ses métaux, revient 7 fois au court des 5 dernières parasha.

 

7 fois comme pour une comparaison avec la création du monde.

 

Les éléments décrit dans la Genèse correspondent aux éléments décrits dans le tabernacle.

 

-« Tabernacle » se dit en hébreux Michkan qui veut dire:  «  lieu d’habitation ».

 

Dieu créa le monde en 6 jours et se reposa le septième jour.

Moïse donna l’ordre de fabriquer le tabernacle durant les 6 jours de travail et  de se reposer le septième jour.

 

-Dieu bénit le septième jour.

Là, notre parasha termine la construction par la bénédiction.

 

Dieu fit le septième jour, le shabbat, afin de se faire un jour pour lui dans ce monde.

Moïse inaugure ce dernier jour et Dieu fit venir la colonne de nuée, sa présence dans le tabernacle.

 

Donc là nous voyons clairement que le shabbat c’est la Shekinah qui s’installe,

« la présence de Dieu ».

 

A Shabbat Dieu est là.

Même si Il est là constamment, à shabbat il est présent de façon concrète.

Dieu est dans le shabbat.

 

Moïse béni la fin du tabernacle le Premier du mois de Nissan.

 

 

Concrétisant la venue de Dieu sur terre.

 

 

Nous voyons qu‘à travers ce tabernacle éphémère  et même pas adapté aux conditions de vie  le peuple c’est projeter bien au-delà,  ils se sont projeter dans un futur qui les dépassent.

 

 

Ce que Dieu a créé, maintenant nous le créons ensemble.

 

Créer un nouveau monde, créer un monde pour Dieu, créer un monde de sainteté, créer un monde sans satan.

 

Le conflit entre Dieu et satan à toujours existé, le diable veut prendre la place de Dieu et c’est au travers des êtres humains qu’il procède à ce remplacement.

 

Mais Dieu est le Maître et compte bien le rester!

 

 

 

On revient à la parasha:  Chacun amène sa contribution pour créer un nouveau monde, finalise un nouveau lieu de résidence pour Dieu.

 

Yeshoua la présence divine de Dieu incarné dans ce monde doit résider en nous et c’est un ordre pas un choix que nous avons un ordre de Dieu. Si nous nous disons être des croyants nous devons être des résidences pour Yeshoua, des résidences qui manifestent Sa présence le jour du shabbat.

 

La concrétisation de la manifestation de l’Esprit de Dieu, car nous ne pouvons pas être convaincus de faire shabbat si Son Esprit n’est pas en nous pour nous le demander.

 

Shabbat signe la présence de Dieu, et c’est pour cela que c’est si difficile de commencer Shabbat.

Tout va venir s’opposer à faire shabbat, il faudra  du courage avec  une force de guerrier pour résister aux chars d’assauts qui empêche de faire un bon shabbat.

 

 

C’est à shabbat que nous  extériorisons la présence de Dieu.

 

Nous construisons ce troisième temple sur terre par notre présence à shabbat,  nos âmes sont vues par ceux que nous ne voyons pas.

 

Des siècles de construction  qui arrivent à leur fin.

Nous sommes certainement  entrés dans un temps prophétique qui amorce la fin.

 

Nous finalisons le projet nous comptabilisons les adhérents pour le nouveau monde.

 

 

 

 

 

 

Nous devons prendre position nous consacrer à l’oeuvre de Dieu.

Les temps sont mauvais, satan tente de détrôner Dieu, déjà beaucoup se sont prosternés devant la bête.

 

 

Mathieu 4 :8,11

 

Le diable le (Yeshoua) transporta encore sur une montagne très élevée, lui montra tous les royaumes du monde et leur gloire, et lui dit: Je te donnerai toutes ces choses, si tu te prosternes et m’adores. Yeshoua lui dit: Retire-toi, Satan! Car il est écrit: Tu adoreras le Seigneur, ton Dieu, et tu le serviras lui seul. Alors le diable le laissa.

 

 

Ainsi pékoudé termine en nous disant:  Alors la nuée enveloppa la tente d’assignation le lieu où Dieu nous rencontre et la gloire du Seigneur remplit le tabernacle. La nuée reposait au sommet et la majesté divine remplissait le lieu. Et la nuit un feu brillait.

 

Ainsi le soir de shabbat nous illuminons du feu de Dieu qui brille en nous et le jour nous sommes comme des nuées qui faisons resplendir la Majesté Divine de Yeshoua.

 

Notre rendons vrai le temple comme pour le acté, inscrit sur la terre.

 

Nous sommes en guerre car le diable va tenter une entrée de force sur le monde; il va tenter de s’imposer en bienfaiteur, il va donner l’illusion d’être un conciliateur, celui qui règle le problème de la  troisième guerre mondiale. Il voudra voler le pouvoir car il veut dominer le monde.

 

Nous devons être des soldats au garde à vous, nous devons prendre position pour le shabbat, nous devons être comptabilisés, parmi le nombre d’adhérent au parti de Dieu.

 

La parasha pékoudé nous exhorte à donner nos vies pour Dieu, afin de finaliser le projet du temple en Yeshoua qui devra dominer et pas être dominé par la bête.

 

 

La mondialisation tente de se mettre en place, la politique n’est plus de la politique, elle est spirituelle.

Les dirigeants s’opposent avec des menaces de guerre pour dominer l’ensemble de la terre.

Il a ceux qui sont du côté obscur et donnant l’apparence d’être des bienfaiteurs.

 

Il y a ceux qui se prosternent devant la bête pour être sous la puissance de l’immonde  et il y a ceux qui s’opposent.

Soyons de ceux qui s’opposent  et faisons partie du peuple qui obtempère à l’ordre de Dieu en actant le temps du shabbat qui est une signature d’appartenance à Dieu.

 

La division va devenir grandissante,  mais nous devons lutter pour que Dieu gagne la partie.

Dieu sera le Maître, Il est notre Maître.

 

Cette guerre est comme une élection, c’est celui qui a le plus de voies qui sera le maître.

 

 

Prenons position faisons partie de l’inventaire de Dieu et comptabilisons en un nombre supérieur à la liste de ceux qui se sont prosternés devant la bête.

 

Remplissons la terre de sa gloire afin que sa présence illumine le monde entier.

 

Que notre temple visible à shabbat soit béni.

 

 

Sois fort, sois fort, et que nous nous renforcions !

 

 

 

Shabbat shalom.

 

 

Lecture de la parasha: Exode: Chapitre  38 verset 21 à chapitre 40 verset 38.

Lecture de la haftarah: 1 rois: Chapitre 7 verset 40 à 50.

Lecture messianique: Apocalypse: 11: 1,13; et 15: 5, 8.

 

 

 

L.B

 

 

 

Voir les commentaires

Rédigé par Lydia.B

Repost0

Publié le 27 Février 2022

Rédigé par Lydia.B

Repost0

Publié le 25 Février 2022

Parasha Vayakel du samedi 26 février 2022.

Curriculum vitae

 

 

Cette semaine la parasha Vayakel va nous dévoiler sa face.

 

Vayakel veut dire: Rassemblement: Le grand rassemblement du peuple.

 

Depuis que Moïse est descendu de la montagne le visage illuminé et voilé quand il devait s’adresser au  peuple, nous commençons avec Vayakel qui enseigne sur le shabbat.

 

Le texte commence par :

 

Exode 35: 1 à 2;

 

Moïse convoqua toute l'assemblée des enfants d'Israël, et leur dit: Voici les choses que l'Eternel ordonne de faire.

 

On travaillera six jours; mais le septième jour sera pour vous une chose sainte; c'est le shabbat, le jour du repos, consacré à l'Eternel. Celui qui fera quelque ouvrage ce jour-là sera puni de mort.

 

 

-Puis toute la parasha énumère les travaux pour le sanctuaire.

Les détails très précis nous donne d’imaginer le tabernacle.

 

Moïse demande au peuple que chaque personne de bonne volonté d’apporter ce qu’il a et ce qu’il sait faire.

Le sens caché du texte ici traduit: Le don que chacun a reçu, le travail qu’il sait faire.

Moïse demande à chacun, en quelque sorte leur C.V. Et lettre de motivation.

 

-Le travail de chacun par sa diversité est utile pour faire tourner le monde.

Chacun dans sa tâche comble le manque pour quelqu’un.

 

-Le travail premièrement rémunéré, et aussi l’entraide, les services, le bénévolat, et le travail familial.

 

-Quelque soit le travail chacun est utile à l’oeuvre de la société.

 

-La parasha nomine les travaux d’oeuvres pour construire le temple.

Ce Michkan doit être fabriqué pour rassembler le peuple, et c’est par la totalité du travail apporté par tous que va se construire ce tabernacle.

 

-Chaque oeuvre avait son utilité, pour le temple, mais, il y avait la construction de la cuve d’airain.

-La cuve d’airain servait aux sacrificateurs les Cohanim pour qu’ils aillent se laver les mains et les pieds.

 

-Plus de précisions sur la cuve d’airain sont indiqué pour la cuve du Temple de Salomon, que nous lisons dans la haftarah.

 

-La cuve d’airain était circulaire, d'un diamètre de 10 coudées (4,40 m), d'une circonférence de trente (13,20 m), et d'une hauteur de cinq (2,20 m), et avait une contenance de 45 tonnes d'eau. Elle reposait sur 12 bœufs de bronze, tête tournée vers l'extérieur. Déposé sur un soubassement en pierre.

 

2 chroniques: 4: 4,5.

Elle était posée sur douze boeufs, dont trois tournés vers le nord, trois tournés vers l'occident, trois tournés vers le midi, et trois tournés vers l'orient; la mer était sur eux, et toute la partie postérieure de leur corps était en dedans. Son épaisseur était d'un palme; et son bord, semblable au bord d'une coupe, était façonné en fleur de lis. Elle pouvait contenir trois mille baths.

 

Apocalypse 21.

-Et il me montra la ville sainte, Jérusalem, qui descendait du ciel d'auprès de Dieu, ayant la gloire de Dieu. Son éclat était semblable à celui d'une pierre très précieuse, d'une pierre de jaspe transparente comme du cristal. Elle avait une grande et haute muraille. Elle avait douze portes, et sur les portes douze anges, et des noms écrits, ceux des douze tribus des fils d'Israël: l'orient trois portes, au nord trois portes, au midi trois portes, et à l'occident trois portes. La muraille de la ville avait douze fondements, et sur eux les douze noms des douze apôtres de l’agneau.

 

 

-La cuve d’airain était fabriquée avec les miroirs des femmes, qui allaient à la tente d’assignation, celles qui voulaient être en contact avec Dieu, cette précision vient nous instruire.

 

Les miroirs évoquent le reflet de l’âme. L’oeil c’est le miroir de l’âme.

Et la valeur numérique de « miroir » est « Ayin » seizième lettre de l’alphabet hébraïque et c’est à travers cette correspondance que l’on va découvrir un enseignement.

 

La particularité de cette lettre c’est qu’elle a le pouvoir de matérialiser les choses. Dieu dit et par la lettre « Ayin » l’univers c’est créer.

Ainsi il est dit que par la première lettre Aleph la lumière fut ajoutée à Ayin pour créer.

La lumière de l’âme universelle créa le monde, « Aleph = lumière ».

« Ayin = oeil ».

Par le processus créatif de « Ayin » l’oeil qui a vu et la lumière du fondement, la matérialisation de ce qui était premièrement spirituel est devenu réel.

Ainsi si nous construisons le temple c’est avec ces deux fondations.

C’est les colonnes qui tiennent toute la base de la foi en Yeshoua.

 

Yeshoua c’est la lumière et c’est l’oeil aussi.

C’est par ces étapes de matérialisation que Yeshoua se fait en nous, il devient un corps vivant. Appelé le miroir de l’âme.

Le miroir des  âmes qui forme l’âme du grand temple qui est le Messie.

 

L’oeil du Messie veut dire que « AYIN » est aussi la force qui nous aide à y voir clair sur les idées fausses qui sont dans le monde des  religions.

C'est le symbole de : vision, perception, point de vue, révélation, théorie, réflexion de l'âme, passage de l'invisible au visible.

 

L'oeil qui reçoit est une source permettant à la lumière de nous illuminer intérieurement, de même Ayin est la source par laquelle nous parvient la lumière divine. L'oeil est un microcosme résumant la création, par lequel l'âme perçoit le monde matériel et s'y manifeste.

 

C’est par le fondement de la loi des shabbat, que l’on fait vivre en nous le Messie, c’est par les fondements qu’il se ressuscite en nous.

Et c’est ainsi que notre regard manifeste la présence de Yeshoua.

Les personnes étrangères à la foi, doivent voir en nous la présence du Messie; pas par un comportement délicat, gentil, poli, mais par notre regard qui reflète une différence.

 

 

 

Jacques: 1: 22, 26;

 

Mettez en pratique la parole, et ne vous bornez pas à l'écouter, en vous trompant vous-mêmes par de faux raisonnements. Car, si quelqu'un écoute la parole et ne la met pas en pratique, il est semblable à un homme qui regarde dans un miroir son visage naturel, et qui, après s'être regardé, s'en va, et oublie aussitôt quel il était. Mais celui qui aura plongé les regards dans la loi parfaite, la loi de la liberté, et qui aura persévéré, n'étant pas un auditeur oublieux, mais se mettant à l'oeuvre, celui-là sera heureux dans son activité.

 

Si quelqu'un croit être religieux, sans tenir sa langue en bride, mais en trompant son coeur, la religion de cet homme est vaine

 

 

Presque tout le texte de la parasha décrit les travaux.

-Donc pour la construction du tabernacle, il fallait que chacun y participe tout corps d’états actifs, tout travailleurs.

 

Tous apportez leurs travails, leurs savoir faire, leurs qualifications, leurs niveaux; hommes et femmes, ouvriers, manutentionnaires, transporteurs, tous ceux qui s’occupaient de la logistique, les secrétaires, les comptables, les architectes, les coordinateurs, les réceptionnistes, les couturiers, les brodeurs, les fileurs, les teinturiers, les graveurs, les décorateurs, les artistes, les parfumeurs, les bijoutiers, les mouleurs, les ferronniers, les menuisiers, les fondeurs, les sculpteurs, les peintres, les maçons, sans compter les éleveurs de bétail, les agriculteurs, les boulangers, les bouchers, les restaurateurs, sans oublier les agents de sécurité, les agents ‘d’entretiens, les banquiers, les médecins, et les enseignants qui avaient la garde des paroles divines. etc…..

 

Toutes ces activités existent dans le monde  selon les époques.  Ce texte relatif à la parasha souligne le message.

 

C’est que ces activités devaient se pratiquer pendant les 6 jours mais jamais le septième jour du shabbat. Tout travaux est prohibé.

 

Toutes les activités rémunérées où non devaient s’arrêter, à part celles  qui étaient des obligations médicales ou porter secours à quelqu’un.

 

A shabbat on ne doit pas travailler, ni acheter, ni vendre, il faut prévoir à l’avance. On ne fait pas son ménage ni de la création, ni de la broderie, couture, peinture, réparation, préparation, jardinage etc… C’est le repos.

Shabbat shalom c’est le repos dans la paix. Loin de toutes activités du monde, on évite d’aller dans les lieux où se regroupe le monde.

 

 

C’est cela Vayakel  le grand rassemblement du shabbat.

 

Le peuple de Dieu doit arrêter toute activité le jour du shabbat.

Moïse ordonnait le travail durant les 6 jours mais dés la venue du vendredi soir car le jour commence le soir comme au jour de la création Il fut un soir il fut un jour.  Donc dés la tombée de la nuit du vendredi soir le shabbat commence et le peuple de Dieu est rassemblé. Et il ordonnait que toute activité pour le tabernacle  cesse.

Signifiant ici que le shabbat est plus grand que le temple.  Sans le temple nous pouvons faire shabbat mais sans shabbat il n’y a pas de temple.

 

Le shabbat c’est la sanctification, une matérialisation temporaire de ce que nous vivrons quand le temps sera fini et que nous serons rassemblés dans la Jérusalem céleste, le shabbat continuel.

 

Moïse crie au peuple; celui qui ne fait pas shabbat est mort. C’est pourquoi il est rajouté « tu ne feras pas entrer de feu le jour du shabbat, signifiant que celui qui n’est à shabbat dans le repos, ne connaîtra pas le repos éternel, mais le feu de l’enfer, sa mort définitive.

Parole violente, mais efficace pour déroger aux mensonges du monde qui profane le jour Sacré; ils ont changé le mot dans les bibles, le mot shabbat a été changé en « repos » ce qui entrave la compréhension directe suggérant que ce n’est pas le samedi le shabbat.

Vivre sa vie spirituel suivant ce concept biblique peut paraître   compliqué, mais c’est un choix de vie, un choix de coeur. Un choix de bonne volonté, un choix de foi.

 

Le miroir de l’âme c’est le regard de Dieu sur ceux qui sont rassemblés à shabbat, c’est ceux qui ont matérialisé Dieu sur terre. Ceux qui sont à shabbat font resplendir Yeshoua dans ce monde.

 

La matérialisation de ce qui est divin. Le miroir de notre âme qui reflète le Messie Yeshoua. La cuve d’airain c’est d’avoir été pardonné par Yeshoua, c’est aller à sa rencontre pour le glorifier à shabbat. Il n’y a pas plus grand honneur que l’on fait à Dieu que de refléter Yeshoua en bas sur la terre.

 

Travailler pour l’oeuvre de Dieu c’est matérialiser notre vie.

Ce que nous faisons est le miroir de notre âme.

Matérialisé le shabbat sur terre c’est cela la vérité de Vayakel.

 

Quiconque transgresse le shabbat est un imposteur.

On peut être né dans une religion, mais si notre volonté est de glorifier Dieu, alors soyons sûr que Dieu va nous conduire à l’enseignement du shabbat. Et si votre offrande de coeur plaît à Dieu, il va tout arranger pour vous amener à shabbat.  Le « Ayin » et « l’Aleph » vont vous révéler tous les secrets des écritures.

 

- A la cuve d’airain nous sommes lavés, purifiés, pour comprendre ces choses.

A ce stade, plus besoin de temple terrestre, juste ce mettre au repos du shabbat.

 

 

Ainsi c’est cela le pardon, c’est cela la sanctification que Yeshoua est venu nous donner.

La cuve d’airain c’est que lorsque l’on a compris l’importance du shabbat et que l’on cesse les activités, c’est alors là le vrai sens du pardon que Yeshoua nous accorde.

 

 

 

 

 

Jean :13:5,11;

 

Ensuite il versa de l'eau dans un bassin, et il se mit à laver les pieds des disciples, et à les essuyer avec le linge dont il était ceint. Il vint donc à Simon Pierre; et Pierre lui dit: Toi, Seigneur, tu me laves les pieds! Yeshoua lui répondit: Ce que je fais, tu ne le comprends pas maintenant, mais tu le comprendras bientôt. Pierre lui dit: Non, jamais tu ne me laveras les pieds. Yeshoua lui répondit: Si je ne te lave, tu n'auras point de part avec moi. Simon Pierre lui dit: Seigneur, non seulement les pieds, mais encore les mains et la tête. Yeshoua lui dit: Celui qui est lavé n'a besoin que de se laver les pieds pour être entièrement pur; et vous êtes purs, mais non pas tous.

 

 

 

 

-Heureux ceux qui ont un coeur sincère, car Dieu va leur  révéler le mystère de la sainteté. Dieu va faire refléter le miroir de leur âmes

 

Ce shabbat 26 février est dit shabbat cheqalim ça veut dire donner sa part. Présentons à Dieu notre C.V et notre motivation, afin d’être utile pour donner notre part à ce monde qui a besoin de voir le reflet de Yeshoua dans le regard de tous les croyants.

 

 

Et cette lumière, c’est l’âme de Yeshoua qui illumine le shabbat.

Afin que maintenant nous commencions une vie avec de nouvelles qualifications qui matérialiserons nos activités durant les 6 jours.

Participons tous en donnant notre part pour construire le temple constitué des âmes des saints qui resplendissent la gloire du fils de Dieu le messie Yeshoua les jours de shabbat. Participons au grand rassemblement de Shabbat.

 

 

Shabbat shalom

 

 

Lecture de la parasha

Exode : Chapitre: 35 verset 1 à chapitre 38 verset 20.

Lecture de la haftarah: 1 rois: Chapitre 7 verset 13 à 26.

Lecture messianique: Hébreux: chapitre: 9 verset 1 à 14. 2 Corinthiens: 9: 1, 14.

Apocalypse: Chapitre 11 verset 1 à 13.

 

L.B

 

 

 

 

 

 

 

Voir les commentaires

Rédigé par Lydia.B

Repost0

Publié le 20 Février 2022

Rédigé par Lydia.B

Repost0

Publié le 18 Février 2022

Parasha Ki Tissa du samedi 19 février 2022.

On a tous droit à une deuxième chance.

 

 

La parasha Ki Tissa commence par le dénombrement du peuple.

Puis les textes s’engagent vers divers sujets.

 

L’Eternel désigne Betsalel et Ololiab qui seront miraculeusement inspirés pour exécuter toutes sortes d’oeuvres pour le sanctuaire.

 

L’Eternel proclame que le shabbat sera le signe d’appartenance, un symbole à perpétuité comme un sceau attestant l’appartenance à Dieu. Un sceau irrévocable, une marque invisible.

 

La parasha ki tissa semble avoir une chronologie difficile à suivre.

 

Dieu donne à Moïse les 2 tables de la loi qu’Il a sculpté Lui-même avec son doigt.

Pendant ce temps Aaron céda à la pression du peuple inquiet de ne pas revoir Moïse, il fit fondre leurs or et en sortit une statue d’un veau d’or.

 

Moïse entendant les chants et les danses, l’ivresse et les orgies fut pris de colère, jeta les tables au sol et elles se cassèrent.

 

Le camp fut divisé, les partisans de Moïse d’un côté et les partisans du veau d’or de l’autre.

Sur-ce Dieu redonne de nouvelle table à Moïse,  car dira t-il à Moïse tu avais raison ce peuple est faible.

 

Mais la chose fut différente. La première fois c’était Dieu lui-même qui donna les tables de pierre. et cette seconde fois c’est Moïse qui dut aller les chercher. Et ces secondes tables Dieu les nomma.

 

Car là Dieu répondait à la demande de Moïse.

Les premières tables sont équivalentes à la Torah écrites qui sont comme les bases de l’enseignement.

 

Les secondes tables sont équivalentes au Messie car Dieu les nomma;  Adonaï, Etre Eternel, miséricordieux, compatissant, lent à la colère, bienveillant, riche en bonté et en fidélité.

 

Il conservera son amour jusqu’à la millième génération. Il pardonnera les péchés, la rébellion, jusqu’à la troisième génération.

 

 

Moïse se prosterna devant Dieu et compris que Dieu enverrai un Messie pour leur enseigner  la Torah.

 

 

Dieu le met en garde que malgré la venue du Messie le peuple devra toujours garder les commandements, car dit-il je suis un Dieu Jaloux.

L’Eternel dit à Moïse, écrit et conserve ce que je te donne afin que jusqu’à la fin du monde ils observent mes shabbat et mes fêtes.

 

 

 

Ainsi quand Dieu redonna les nouvelles tables, Moïse devint le visage tout illuminé. Sa peau fut transpercé par la gloire du Messie,  c’était l’annonce de Yeshoua qui viendrai en tant qu’homme sur la terre. Moïse dû à ce moment porter un voile, incarnant l’homme divin.

 

Moïse couvrit son visage à la fin du discours pour aller vers le peuple et il se découvrait pour aller devant Dieu.

Moïse l’homme divin qui portait la loi des commandements semblable à Yeshoua.

 

  • Il fut un temps ou Yeshoua m’apparut me donnant Son Vêtement de fin lin, puis en un instant Il m’enleva et m’instruisit sur la Torah. Il se révéla et  durant toute la nuit je reçu l’enseignement.
  • Puis à l’aube du jour la voix me dit:  « D’accepter de mettre le voile pour redescendre, car ce que tu as vu n’est pas descriptible en bas ».
  • En l’instant où je prononçais les paroles de mettre le voile de l’oubli, je fus ramené en moi.
  • Cette vision qui me fut donnée en 1999 m’a inspirée toutes ces années. Et ce Messie Yeshoua qui s’est présenté devant moi durant la nuit m’a donné de le voir de son corps mais pas de son visage car la lumière le resplendissait.
  • L.B

 

 

 

Ki tissa c’est l’annonce du Messie fait de chair portant en lui la Torah

Ce texte  signifie que la Torah de pierre se transformerai  en homme, pour transformer les Hommes.

 

Si on veut approfondir Ki Tissa ça veut dire  « compter »  tu compteras les enfants d’Israël, mais dans le sens approfondit ça veut dire : élever. tu « élèveras » les enfants d’Israël. Elever la tête.  Il faudra les aider à relever la tête,  car ils ne seront pas fiers de ce qu’ils ont fait avec le veau d’or.

 

Ils auront droit à une deuxième chance, ils ont droit à l’erreur.

 

Dans toute notre vie on a tous droit à l’erreur quelque soit la faute dans laquelle on sait laisser entraîner, on à tous droit à une autre chance, quoique que l’on ait fait, erreur de jeunesse, influence, ou faiblesse, on peut tout recommencer.

 

 

Nous voyons dans le texte la confirmation de ce récit.

 

ki Tissa commence comme ça  en résumé:  l’Eternel dit à Moïse, quand tu compteras les enfants d’Israël à cause des morts qu’il y a eu, ceux qui sont là devront apporter un demi sicle  car cet argent devra être pour la tente d’assignation.

La tente d’assignation  ou tente de la rencontre.

 

 

 

La tente d’assignation devait être construite hors du camps;

 

 

33/7

Moïse prit la tente et la dressa hors du camp, à quelque distance; il l'appela tente d'assignation; et tous ceux qui consultaient l'Eternel allaient vers la tente d'assignation, qui était hors du camp.

 

 

-Le texte accentue le terme :

Moïse prit la tente et la dressa hors du camp et la nomma maison d’étude de sorte que toute personne ayant à demander un enseignement allait vers la maison d’étude à l’extérieur du camp.

 

En fait c’est pour nous dire que celui qui ne sait pas très bien, ou celui qui ne connaît pas la Torah, ou celui qui n’a pas été éduqué dans la loi devrait sortir de son lieu habituel de connaissance qu’il sorte hors de ses limites, qu’il sorte tout seul pour aller à la tente d’assignation se laisser porter par l’Esprit qui va lui enseigner ce qu’il doit comprendre.

 

La chose que Dieu attend  de notre part c’est un coeur docile.

 

Ainsi celui qui va avec le livre de la loi avec l’envie de comprendre l’Esprit va lui révéler le contenu le plus secret des écritures et là la loi sera comme une évidence, un lien absolu avec Dieu.

C’est-à-dire si on a envie de plaire à Dieu on prend sa bible et on se laisse guider chaque shabbat à la parasha qui  de semaine en semaine  en 1 année fera la lecture de la Torah toute entière. L’Esprit de vérité viendra  nous enseigner sur les préceptes de la loi.

 

Le peuple pareil à nous avais besoin de repère, Moïse étant absent, ils cherchaient un Dieu pour les guider. Ils avaient la foi  mais leurs faiblesses et l’influence mit la confusion. C’est en cela que révèle Ki tissa, pour comprendre la Torah ils auront besoin d’un guide. La promesse du Messie fut donné donc il est clair maintenant que Dieu ne voulait pas envoyé le Messie pour dissoudre la loi mais pour l’accomplir, premièrement par le sacrifice et pour que nous la recevons non plus seulement gravé ou écrites  mais gravé dans le coeur et c’est cette écriture que Yeshoua nous fait il nous a changé notre coeur de pierre en coeur de chair.

 

-Ainsi il nous est donc facile de comprendre tout ce dont nous avons besoin pour comprendre le sens de la loi. Car Yeshoua vit en nous donc la Torah est aussi en nous.

 

Car nous ne recevons pas l’enseignement comme venant d’en haut, mais comme venant de dedans nous.

 

 

« Va à la tente d’assignation: va-y tout seul, sort du camp sort de là où tu es,  je viendrai à ta rencontre, et je t’enseignerai ma loi. Je la graverai sur ton coeur et ton nom sera gravé dans les paumes de mes mains ».

 

 

La tente d’assignation était un lieu ou l’on se retire loin des influences du monde pour étudier ou pour être enseigné de la pratique de la Torah .

 

Ainsi l’on distinguait les débutants, ceux qui avaient participé au veau d’or,  ceux qui avaient fait des erreurs de directions religieuses, à aller apprendre comment se pratiquait les shabbat, les fêtes et les lois de bienséance que Dieu réclamait à son peuple.  Et pourquoi fallait-il faire comme ça?

 

La tente d’assignation était le lieu de la deuxième chance!  Tous ceux qui désiraient apprendre de Moïse, allaient hors du camp et apprenaient la Torah.

 

La solution de Dieu pour tous ceux qui s’étaient trompés, ceux qui ne savaient pas, ceux qui avaient été mal conduits, mal conseillés, c’est cela ki tissa.

 

 

 

A tous ceux qui ont rejeté la Torah c’est maintenant qu’il faut aller à la tente d’assignation, relever notre tête, Yeshoua nous y attend ; car IL s ‘appelle :

Adonaï, Etre Eternel, miséricordieux, compatissant, lent à la colère, bienveillant, riche en bonté et en fidélité.

 

Il conservera son amour jusqu’à la millième génération. Il pardonnera les péchés, la rébellion, jusqu’à la troisième génération. si l’on suit les commandements :

 

 

 

 

Car nous nous sommes tous trompés, ce shabbat c’est un temps pour aller devant Yeshoua le Messie dans la tente d’assignation et lui dire.

 

« Maintenant je veux être enseigner, instruit, et  guider par Ton Esprit je veux être fidèle à ta parole, je veux être ton serviteur qui te glorifie sur la terre comme au ciel. Je viens à ta rencontre à la tente d’assignation.

Je me suis trompé, d’avoir écouté ceux qui enseignent, l’abolition de tes shabbat, je veux te suivre en Esprit et en vérité.

Pardonne-moi mes erreurs et  je veux être compté parmi le peuple d’Israël.

Dessille mes yeux, pour que je puisse contempler les merveilles de  la Torah.

Enseigne-moi le bienfait et le discernement, et le savoir car j’ai la foi en tes commandements ».

 

 

 

 

Shabbat shalom

L.B

 

Lecture de la parasha: Exode: Chapitre 30 verset 11 à chapitre 34 verset 35.

Lecture de la haftarah: 1 Rois: Chapitre 18 verset 1 à chapitre 20 verset 39.

Lecture messianique:  Actes: 7: 35 à 8:1.  1Corinthiens: 10:1 à 13.  2 Corinthiens : 3:1 à 18.

Voir les commentaires

Rédigé par Lydia.B

Repost0

Publié le 13 Février 2022

Rédigé par Lydia.B

Repost0