Publié le 29 Mai 2022

Rédigé par Lydia.B

Repost0

Publié le 27 Mai 2022

Parasha Béhoukotaï du samedi 28 Mai 2022.

Selon les lois !

 

 

 

La parasha Béhoukotaï ce traduit par « Selon les lois ».

 

Dieu promet aux enfants d’Israël que s’ils veillent au respect de Ses lois, (Béhoukotaï) ils connaîtront la prospérité matérielle et demeureront en sécurité dans leur pays.

 

La parasha se poursuit  sur l’estimation d’une personne, du bétail ou d’un lieu et des offrandes qui vont avec.

 

Cette parasha Béhoukotaï énonce des lois qui se disent lois houkim.

Les houkim ces lois donc, sont irrationnelles qui dépassent totalement l’entendement humain, mais ce qui est étonnant c’est le verset qui suit dit: «  Si tu suit ces houkim, Dieu promet des bénédictions matérielles.

 

Il est aussi rajouté  « Tu n’as pas la permission d’y réfléchir ». (De consulter  les sciences).

Alors là commence la complication? On veut être bénis si on met en pratique ces lois de Béhoukotaï, dont on ne comprend pas du tout le sens ?

 

Donc on va commencer par décrire les 12 lois qui  sont dans Béhoukotaï.

 

1 Voeux sur la valeur estimative d’une personne.

2 Loi concernant la désignation par  remplacement.

3 Estimation d’une bête.

4 Estimation d’une maison consacrée.

5 Estimation d’un champ consacré.

6 Les biens consacrés sont pour le Cohanim.

7 Prélèvement de la dîme du bétail.

8 Interdiction de remplacer une bête consacrée.

9 Interdiction de changer la nature d’une offrande.

10 Interdiction de vendre un terrain déclaré « Herem ».

11 Interdiction d’acheter une propriété déclaré « herem ».

12 Interdiction de vendre la dîme du bétail.

 

 

Ces 12 lois sont bien confuses!

 

 

1 La valeur estimative d’une personne correspond à la valeur d’un voeux qu’une personne a fait. Sa valeur des paroles qu’il a prononcées.

Si un homme manque à ses voeux qu’il a prononcés il devient sans valeur.  Car la parole poursuit son chemin, alors que l’organisme de l’homme est périssable

Formuler un voeux de consécration et le poursuivre toute sa vie pour conserver sa vie éternelle.

 

2 La loi du remplacement; l’obligation de ne pas dénigrer ce qui avait été consacré en premier pour favoriser le deuxième.

On pourrait l’attribuer à la bible.

Si on remplace le nouveau testament il ne faut jamais dénigrer l’ancien testament.

 

 

3 Pareil que le 2 si la première alliance a consacré le sang de l’animal en premier et que le sang de Yeshoua est venu remplacer le sacrifice animal on ne rend pas impur la première alliance qui nous permet d’élever la coupe de vin qui symbolise l’acte pur  de Yeshoua.

 

4 Si le temple fut une maison consacrée il en est maintenant bien plus consacré que le temple c’est nous.

 

5 Le champ c’est aussi les nations. Que l’on viennent de l’héritage des ancêtres juifs ou que nos racines se soient perdues, notre champs est aussi a Dieu nous sommes héritier  descendance d’Abraham dont le champs qu’il a acquis nous recueille et nourris.

 

6 Lorsque une personne aura donné sa vie a Yeshoua  c’est définitivement qu’elle appartient à Dieu.

 

 

7 La dîme permet le comptage des biens  compter les bêtes revient à dire combien de nouveau croyants viennent chaque année dans les étables formées le troupeau de Dieu.

 

8  Le messie est le premier de tous les vivants, il est interdit de le remplacer par un autre Sauveur.

 

9  Ce qui est sacré doit rester sacré, ce qui est profane ne doit pas venir perturbé l’enseignement.

 

10 Un terrain déclaré « Herem » ne peut pas être vendu;

Israël est herem  ce pays est non vendable, il est herem à perpétuité.

 

11 Interdiction  d’acheter Jérusalem car la Jérusalem est la part de Dieu.

 

12  La dîme du bétail ne se vend pas car le troupeau de Dieu est son royaume la dîme du bétail est réservé pour le Cohen « Notre Yeshoua" qui comptabilise ses  brebis qui forment son temple.

 

 

Ainsi ce que nous demandent ses lois c’est de rester fidèles à nos engagement afin de bâtir le royaume, cette Jérusalem céleste que les âmes de tous les croyants forment,  et c’est parce-que nous formons l’Âme du Messie que  nous sommes consacrés  à Dieu pour l’éternité. Si nous ne dissocions pas le nouveau testament de l’ancien car si l’un est utile l’autre l’est tout autant.

Les voeux formulés de nos engagements sont à vie car nos engagements nous lient sur la terre jusqu’au ciel.

   

Ces lois ne sont donc pas si compliquées à réaliser, et les bénédictions sont à notre portée; si nous comprenons que le plus important dans la vie c’est d’être consacré à Dieu et vivre selon les enseignements de l’ancienne alliance et associé avec la nouvelle alliance.

Donc si nous saisissons cette dimension, il nous est facile de s’engager à  suivre Yeshoua sans réfléchir ni chercher à comprendre, pourquoi si, ou pourquoi là, mais juste suivre, agir selon les deux alliances bibliques les trésors authentiques que nous recevons en guise de nos voeux a se consacrer à Yeshoua selon les lois .

 

Ainsi aucune malédiction de viendra nous surprendre.

Car notre confiance s’est attaché à Yeshoua et nous formons son royaume de toute éternité, un sanctuaire où le peuple d’Israël est uni, guérit et béni.

 

Tout Israël à une part du monde futur, ainsi qu’il est dit

«  Ton peuple, ce sont tous ces justes; pour toujours ils hériteront du pays » .

 

 

 

Celui dont les oeuvres sont réfléchies  ressemble à un arbre qui a beaucoup de branches et peu de racines. Vienne une tempête et il est déraciné.

 

Mais celui dont les oeuvres ne sont issus de sa réflexion, mais de son coeur, il est comme un arbre  qui a peu de branches et beaucoup de racines,  toutes les calamités du monde pourraient venir, il ne connaîtrait ni déracinement ni sécheresse,  il serait toujours verts  et ne redouterait pas les années sans fruits.

 

Shabbat shalom

L.B

 

Lecture de la parasha : Lévitique : Chapitre: 26 verset 3 à chapitre 27  verset 34.

Lecture de la haftarah : Jérémie: Chapitre : 16 verset 19 à 17,14.

Lecture messianique : Jean: Chapitre 14 verset 15 à 21. 1 Jean 1.

 

 

 

 

Voir les commentaires

Rédigé par Lydia.B

Repost0

Publié le 22 Mai 2022

Rédigé par Lydia.B

Repost0

Publié le 20 Mai 2022

Parasha Béhar du samedi 21 Mai 2022.

Le temps nous est compté.

 

 

 

 

 

Résumé bref de la parasha, Béhar:

 

Sur le Mont Sinaï, Dieu donne à Moïse les lois relatives à l’année sabbatique. Tous les sept ans, tous les travaux agricoles devront cesser dans le pays et les produits spontanés de la terre seront laissés à la libre disposition des hommes et des animaux.

La promesse est donnée que la récolte de la sixième année produira l’équivalent des trois récoltes et subviendra ainsi aux besoins de trois années : la sixième, la septième et la huitième.

Sept de ces cycles sabbatiques aboutissent à la cinquantième année : l’année du Jubilé durant laquelle on ne travaille pas non plus la terre, ceux d’entre le peuple qui se seraient vendus comme esclaves sont libérés et toutes les propriétés foncières ancestrales reviennent à leur propriétaire d'origine.

La parasha de Behar contient d'autres commandements relatifs à la propriété foncière et les interdits concernant l'escroquerie et l’usure.

 

 

 

« Béhar » veut dire « Mont » Le Mont Sinaï !

 

 

 

Moïse est monté sur le  Mont Sinaï et a reçu des révélations, du temps présent et du temps futur, et c’est à travers cette parasha que nous devons tenter nous aussi de recevoir certaines révélations, pour le présent et notre futur.

 

Le Mont Sinaï nous donne une première référence avec le buisson ardent.

Exode 3: 2

L'ange de l'Eternel lui apparut dans une flamme de feu, au milieu d'un buisson. Moïse regarda; et voici, le buisson était tout en feu, et le buisson ne se consumait point.

 

 

Psaume 39:1 à 13.

 

Au chef des chantres. A Jeduthun, Psaume de David. Je disais: Je veillerai sur mes voies, De peur de pécher par ma langue; Je mettrai un frein à ma bouche, Tant que le méchant sera devant moi.

 

2Je suis resté muet, dans le silence; Je me suis tu, quoique malheureux; Et ma douleur n'était pas moins vive.

 

3Mon coeur brûlait au dedans de moi, Un feu intérieur me consumait, Et la parole est venue sur ma langue.

 

4Eternel! dis-moi quel est le terme de ma vie, Quelle est la mesure de mes jours; Que je sache combien je suis fragile.

 

5Voici, tu as donné à mes jours la largeur de la main, Et ma vie est comme un rien devant toi. Oui, tout homme debout n'est qu'un souffle. -Pause.

 

6Oui, l'homme se promène comme une ombre, Il s'agite vainement; Il amasse, et il ne sait qui recueillera.

 

7Maintenant, Seigneur, que puis-je espérer? En toi est mon espérance.

 

8Délivre-moi de toutes mes transgressions! Ne me rends pas l'opprobre de l'insensé!

 

9Je reste muet, je n'ouvre pas la bouche, Car c'est toi qui agis.

 

10Détourne de moi tes coups! Je succombe sous les attaques de ta main.

 

11Tu châties l'homme en le punissant de son iniquité, Tu détruis comme la teigne ce qu'il a de plus cher. Oui, tout homme est un souffle. -Pause.

 

12Ecoute ma prière, Eternel, et prête l'oreille à mes cris! Ne sois pas insensible à mes larmes! Car je suis un étranger chez toi, Un habitant, comme tous mes pères.

 

13Détourne de moi le regard, et laisse-moi respirer, Avant que je m'en aille et que ne sois plus!

 

 

 

-Dans ce psaume réside toute la mesure de la révélation du Sinaï !

 

Depuis Pessah nous sommes dans le décompte du Omer.

 

Ce commandement est très important pour notre avancement.

Chaque soir que nous décomptons symbolise un feu qui nous purifie de l’intérieur.

Qui brûle toutes les racines du péché qui poussent en nous. 

Omer veut dire « Mesure ».

La mesure du temps!

 

« Mon coeur brûlait au-dedans de moi, Un feu intérieur me consumait ».

 

« Eternel! dis-moi quel est le terme de ma vie,

Quelle est la mesure de mes jours; Que je sache combien je suis fragile ».

 

 

 

 

-L’homme n’a pas choisi de naître, ni de mourir, il n’a pas choisi sa nationalité, ni sa condition sociale, ni ses parents.

 

La vie on la reçoit, on ne la choisit pas!

Toutes nos réussites ne dépendent pas de nous, ni même nos échecs, car tout mêne sur le chemin de Dieu.

Ce qui nous reste c’est la liberté de choisir la vie qu’on a à mener.

 

«J’ai mis devant toi la vie et la mort, choisis la vie afin que tu vives ».

 

 

Jérémie: 21:8.

Tu diras à ce peuple : ainsi parle l’Eternel : Voici je mets devant toi le chemin de la vie et le chemin de la mort ».

 

-Dieu ne nous impose rien, si ce n’est de choisir entre les deux chemins.

 

Deux chemins sur notre route de destinée le temps de notre vie, sur cette terre dont le seul propriétaire est Dieu.

Cette terre qu’Il nous a confiée et qu’il faudra rendre en l’état.

 

-Cette parasha traite des shabbat comme une loi intemporelle

Le shabbat appartient à Dieu. La Chemita, et le Jubilé appartient à Dieu

Shabbat veut dire: « Cesser ».

Cessation, tout doit s’arrêter, laisser tout, stopper tout.`

 

Pour le shabbat du vendredi soir, dès l’apparition des étoiles dans le ciel nous devons cesser toutes activités.

 

-La chemita c’est le shabbat de la terre tous les 7 ans la terre doit se reposer. Comme un repos de kippour.

 

-Le jubilé c’est 50 ans: la cessation, l’arrêt du temps, toutes les dettes doivent être annulées, les héritages restitués, et les esclaves rendu à la liberté.

 

Jubilé en hébreux se dit «Yovel» et Yovel fait référence à « Bélier ».

 

Le jubilé est annoncé par le son du shofar, la corne du bélier.

 

Ce qui nous ramène au décompte du Omer des 50 jours, qui se termine à la  fête de Shavouot qui est la fête du shofar

«Yom Teruach ».

La fête du Mont Sinaï. La fête des langues de feu, la fête de l’Esprit de Dieu qui descend sur son peuple.

La fête de Shavouot c’est le passage de la mort à la vie, le souffle de Dieu.

Ce Omer symbolisé par le Jubilé qui nous ramène à la fin de l’existence, mourrir à soi, pour renaître dans l’Âme de Yeshoua.

 

Ce jour c’est le renoncement de sa vie, renoncer à ses droits de propriétaire .

L’homme n’est plus propriétaire de lui-même,  ni de son corps ni de son âme,  il rend ce prêt que Dieu lui avait fait.

Il donne tout son être à son vrai propriétaire et l’Esprit de Dieu comme des langues de feu vient brûler les espaces douloureux pour reprendre ses droit légitimes en nous.

 

L’acquisition de notre terre (notre être) nous été prêté, et par le droit de rachat par le lien de parenté que nous avons en Yeshoua qui a payé notre dette par sa mort sur le bois, nous sommes des rachetés.

 

 

Nous ne sommes plus esclaves!

 

Galates 4: 4 à 7.

Mais, lorsque les temps ont été accomplis, Dieu a envoyé son Fils, né d'une femme, né sous la loi, 5afin qu'il rachetât ceux qui étaient sous la loi, afin que nous reçussions l'adoption. 6Et parce que vous êtes fils, Dieu a envoyé dans nos coeurs l'Esprit de son Fils, lequel crie: Abba! Père! 7Ainsi tu n'es plus esclave, mais fils; et si tu es fils, tu es aussi héritier par la grâce de Dieu.

 

 

Si l’homme est né de chair né du monde esclaves à cause de l’ignorance et des ténèbres qui couvrent le monde.

 

Si nous avons choisi le chemin qui conduit à la vérité nous seront affranchi

 

Jean: 8:36.

Si donc le Fils vous affranchit, vous serez réellement libres.

 

 

-Le temps nous est compté, les jours passent, et notre fin de vie nous surprendra comme un feu qui s’embrase comme de la paille. Nous ne savons pas  quelle est la mesure de nos jours.

 

-La réflexion que nous pose cette parasha est ? Avons nous pris le bon chemin, avons nous emprunté la voie du salut, entendu la voix du Maître qui appelle dans le feu du Sinaï?

 

Le Sinaï deuxièmement nous instruit obligatoirement sur les commandements de la Torah et rejoint tout ce qui vient d’être dit sur le Omer. C’est le chemin menant à Shavouot, fête par excellence du  don de la Torah.

 

-Entendons-nous le son du shofar qui crie et nous révèle la vraie naissance de l’homme, c’est la naissance par l’Esprit lorsque durant ces 50 jours nous avons confessé nos pêchés, comme une montre à retardement pour tout remettre entre les mains de Dieu.

 

-Entendons-nous le souffle de vie nous demander de lâcher prise sur notre vie, afin de n’être plus des esclaves du monde, des péchés, mais de devenir esclaves de Dieu, serviteurs de Dieu comme devrait être la destinée de l’homme, séparé du monde à chaque shabbat.

 

 

Devant l'horloge du temps

une porte s'ouvre

C'est celle du temps de Dieu.

 

Et par les temps qui court ne nous laissons pas surprendre par la marche du monde, ne perdons pas le temps, car le temps se fait court, c’est le temps de  la moisson bientôt le shofar sonne.

 

 

Que toute notre vie dépende de Dieu.

Rendons à Dieu ce qui est à Dieu.

 

Nous sommes de Dieu, à Dieu, pour Dieu.

 

 

 

 

Beni sois-tu l’Eternel notre Dieu Roi de l’univers qui nous a sanctifiés par Tes commandements.

Qui m’ a racheté par Yeshoua me donnant l’accès pour demander pardon pour avoir été rebelle, en ayant  profané les jours de tous les shabbat.   

Yeshoua a payé ma dette qui me condamnait, je ne suis  plus esclave de ce monde mais ton serviteur, (servante), car désormais je  t’appartiens, maintenant et pour l’éternité. Puisses-tu me conduire toujours dans ton chemin le temps de ma vie ici-bas. Je te donne ma vie; Tu es mon Maître.

 

 

Shabbat shalom

L.B

 

 

Lecture de la parasha : Lévitique : Chapitre: 25 verset 1 à chapitre 26  verset 2.

Lecture de la haftarah : Jérémie : Chapitre : 32 verset 6 à 27.

 

Lecture messianique :  Luc: 4: 16 ,21. 1Corinthiens: 7: 21,24. Galates: 6: 7,10.

 

 

 

 

 

 

Voir les commentaires

Rédigé par Lydia.B

Repost0

Publié le 15 Mai 2022

Rédigé par Lydia.B

Repost0

Publié le 13 Mai 2022

Parasha Emor du samedi 14 mai 2022.

Le pain de vie!

 

La parasha Emor veut dire « Dis », « Parle ».

 

Aujourd’hui c’est important de comprendre ce que cette parasha veut nous dire!

 

C’est comme si on disait à Dieu: Voilà, maintenant je suis disposé à écouter, parle moi, dis- moi ce que je dois savoir, enseigne moi ta parole, parle moi de mes erreurs, parle-moi de Toi.

 

Cette parasha en résumé:

 

Dieu demande à Moïse de dire aux cohanim de maintenir leur pureté : de s'éloigner des cadavres, même celui d'un proche, pour le Cohen Gadol, épouser une femme vierge, ne pas officier en état d'impureté, se purifier avant de consommer des offrandes destinées aux cohanim en cas d'impureté. Dieu énonce ensuite les tares, et les infirmités empêchant une bête d'être agréée, donc utilisée, lors d'une offrande. Il décrit ensuite le calendrier annuel, des fêtes, l’allumage de la menorah, la préparation des pains de présentation. La parasha se clôt sur l'épisode d'un blasphémateur et son châtiment.

 

 

Moïse transmet les consignes de Dieu au peuple.

Même si cela semble s’adresser uniquement aux serviteurs, il faut comprendre que nous sommes tous serviteurs de l’Eternel et donc c’est un enseignement pour tous croyants.

 

Tout le texte tourne autour de l’irréprochable, comme si tout devait être parfait.

 

Et si tout en nous et autour de nous est imparfait, il est une chose qui doit être parfaite.

C’est notre amour envers Dieu, poussée par la volonté de suivre ses enseignements.

 

Le texte de la parasha  mentionne plus d’une quinzaine de fois le mot « Pain ».

Que ce soit pour shabbat, où les fêtes où le service, le cérémonial du pain est référencé.

 

Et c’est à travers le pain que l’on va écouter ce que la parole veut nous dire.

 

Dans Jean: 6: 31,32, 33, 34 ,35.

 

Nos pères ont mangé la manne dans le désert, selon ce qui est écrit: Il leur donna le pain du ciel à manger.

 

En vérité, en vérité, « je vous le dis » : Moïse ne vous a pas donné le pain du ciel, mais mon Père vous donne le vrai pain du ciel; car le pain de Dieu, c'est celui qui descend du ciel et qui donne la vie au monde.

Ils lui dirent: Seigneur, donne-nous toujours ce pain.

 

« Yeshoua leur dit »: Je suis le pain de vie. Celui qui vient à moi n'aura jamais faim, et celui qui croit en moi n'aura jamais soif.

 

Yeshoua « dis »: Je suis le pain de vie

 

6:45, 51.

 

Il est écrit dans les prophètes: Ils seront tous enseignés de Dieu. Ainsi quiconque a entendu le Père et a reçu son enseignement vient à moi. C'est que nul n'a vu le Père, sinon celui qui vient de Dieu; celui-là a vu le Père.

 

En vérité, en vérité, je vous « le dis », celui qui croit en moi a la vie éternelle.

 

Je suis le pain de vie.

 

Vos pères ont mangé la manne dans le désert, et ils sont morts. C'est ici le pain qui descend du ciel, afin que celui qui en mange ne meure point. Je suis le pain vivant qui est descendu du ciel. Si quelqu'un mange de ce pain, il vivra éternellement; et le pain que je donnerai, c'est ma chair, que je donnerai pour la vie du monde.

 

 

 

 

 

-Yeshoua donne l’enseignement  à tous ceux que le Père lui a confiés. Quiconque à entendu le Père reçoit l’enseignement de Yeshoua  et c’est cet  enseignement qui donne la vie éternelle,  cet enseignement est comme la manne, le pain de vie.  Dont les écritures dictent les commandements de la Torah.

 

Manger le pain de vie c’est manger la chair et le Sang de Yeshoua.

 

 

Jean 6: 53, 59.

 

Yeshoua leur « dit »: En vérité, en vérité, je vous le dis, si vous ne mangez la chair du Fils de l'homme, et si vous ne buvez son sang, vous n'avez point la vie en vous-mêmes.

 

Celui qui mange ma chair et qui boit mon sang a la vie éternelle; et je le ressusciterai au dernier jour. Car ma chair est vraiment une nourriture, et mon sang est vraiment un breuvage. Celui qui mange ma chair et qui boit mon sang demeure en moi, et je demeure en lui. Comme le Père qui est vivant m'a envoyé, et que je vis par le Père, ainsi celui qui me mange vivra par moi.

 

C'est ici le pain qui est descendu du ciel. Il n'en est pas comme de vos pères qui ont mangé la manne et qui sont morts: celui qui mange ce pain vivra éternellement.

 

Yeshoua « dit » ces choses dans la synagogue, enseignant à Capernaüm.

 

 

-La manne c’est comme l’enseignement de nos pères et le pain de vie est l’enseignement de Yeshoua.

 

 

Ainsi la perfection vient de l’enseignement  et de Yeshoua qui est sans défaut. Une offrande sans tare, sans infirmité.

Un enseignement parfait.

 

1 pierre 1: 18 19.

 

Sachant que ce n'est pas par des choses périssables, par de l'argent ou de l'or, que vous avez été rachetés de la vaine manière de vivre que vous aviez héritée de vos pères, mais par le sang précieux du Messie, comme d'un agneau sans défaut et sans tache.

 

- Nous qui sommes croyants, peuple de Dieu il faut reconnaître qu’il nous est parfois difficile de savoir si nous faisons bien ou mal.

Nous sommes ballotés à tous vents d’informations.

Partagé entre ce que nous lisons ancien et nouveau testament, judaïsme et chrétienté, ne sachant pas parfois où est la nuance. Le bon équilibre. Le judaïsme est un bon enseignement mais n’a pas le messie et la chrétienté à la nouvelle alliance messianique mais rejette les commandements, rejette le pain de vie. Car le pain de vie c’est le pain du shabbat et des fêtes et le sang c’est le verre de kidouch des shabbat et des fêtes.

 

Les hommes ont fait des religions séparées, alors que Yeshoua est venu faire l’unité entre le judaïsme et les croyants du monde entier.

 

Cette séparation a mis la confusion et on peut dire que le résultat est désastreux: les juifs, ne peuvent pas reconnaître leur messie à travers le christianisme et les croyants du monde n’ont que le choix de suivre les enseignements issus des racines du catholicisme.

Drôle de dépravation qui nous conduit à toute cette famine spirituelle.

 

 

Désormais nous avons sous les yeux l’image de la division. Un levain qui contamine toute la terre.

 

Même si nous essayons de faire de notre mieux, suivre les enseignements qui s’accordent avec nos convictions, il nous est impossible d’affirmer que nous sommes à 100% dans la volonté de Dieu.

 

Alors si tout n’est pas parfait il convient simplement de dire que le mieux c’est de s’en tenir aux écritures.

 

    

 

 

 

1 Jean 2 :1,6.

 

Mes petits enfants, je vous écris ces choses, afin que vous ne péchiez point. Et si quelqu'un a péché, nous avons un avocat auprès du Père, Yeshoua le Messie le juste. Il est lui-même une victime expiatoire pour nos péchés, non seulement pour les nôtres, mais aussi pour ceux du monde entier.

 

Si nous gardons ses commandements, par là nous savons que nous l'avons connu. Celui qui dit: Je l'ai connu, et qui ne garde pas ses commandements, est un menteur, et la vérité n'est point en lui. Mais celui qui garde sa parole, l'amour de Dieu est véritablement parfait en lui: par là nous savons que nous sommes en lui. Celui qui dit qu'il demeure en lui doit marcher aussi comme il a marché lui-même.

 

 

26,27.

 

Je vous ai écrit ces choses au sujet de ceux qui vous égarent. Pour vous, l'onction que vous avez reçue de lui demeure en vous, et vous n'avez pas besoin qu'on vous enseigne; mais comme son onction vous enseigne toutes choses, et qu'elle est véritable et qu'elle n'est point un mensonge, demeurez en lui selon les enseignements qu'elle vous a donnés.

 

 

-Ce que l’écriture nous dit simplement c’est que celui qui garde les commandements est connu du père par le fils Yeshoua car il garde les commandements.

Mais les commandements ont été aussi séparés surtout le quatrième qui nous ordonne de célébrer les shabbat hebdomadaire et les 7 fêtes annuelles .

 

Alors si nous voulons montrer à Yeshoua que notre amour est parfait est que nous l’aimons de tout notre coeur. Mangeons le pain de shabbat est la coupe de vin du shabbat, ainsi que pour les fêtes du calendrier biblique.

Car c’est notre seule garantie qui ne vient pas d’un enseignement d’homme mais directement de la parole de Dieu.

 

Luc: 22: 19.

Ensuite il prit du pain; et, après avoir rendu grâces, il le rompit, et le leur donna, en disant: Ceci est mon corps, qui est donné pour vous; faites ceci en mémoire de moi.

 

Ceci fut un shabbat

 

 

 

Ne nous laissons pas séduire par les mouvements religieux si plaisants qui prennent le pain et le vin le dimanche jour du dieu soleil, car si nous participons à cette table imparfaite nous n’accomplissons pas les commandements qui disent seulement le samedi est un jour sanctifié et c’est le shabbat jour du partage du pain et du vin.

 

 

Il convient donc de demander pour ce shabbat:

Que Dieu vienne nous parler personnellement, que nous sommes prêts à entendre ce qu’il a, à nous dire, et que nous désirons manger le vrai pain de vie celui qui nous donne la vie éternelle.

 

 

 

Soit-Beni L’Eternel notre Dieu  qui nous a sanctifié par tes commandements et nous agrée en nous dotant avec amour et grâce de son Saint Shabbat, commémoration de l’oeuvre du commencement, et de tes  fêtes Saintes. Oui ton Shabbat Saint tu nous l’as donné en héritage avec amour et grâce. Sois béni éternel qui sanctifie le Shabbat qui est la perfection de ton oeuvre qui nous rendra semblable à toi car tu nous a fait connaître ton Nom qui nous rendra parfait si par la foi nous professons comme notre Roi YESHOUA la parole de la Torah, notre pain de vie.

 

 

 

Ainsi en ce soir de shabbat élevons la coupe de vin et le pain de vie.

 

Prière de shabbat.

 

La  coupe de vin:

 

Barou ata Adonaï élo énou mélér aholam boré péri agéfen,

 

Béni sois-tu l’Eternel notre Dieu Roi de l’univers qui a créé le fruit de la vigne.

 

Ceci représente le sang de la nouvelle alliance en Yeshoua  qui est répandu pour le pardon de nos péchés.

 

Les 2 pains.

 

Barou ata Adonaï élo énou mélér aholam amotsi lérém mine aarets.

 

Béni sois-tu l’Eternel notre Dieu Roi de l’univers qui a fait sortir le pain de la terre.

 

Ceci représente le  corps de Yeshoua, donné pour nous; que nous élevons en Sa mémoire.

 

 

 

L.B

 

 

Lecture de la parasha : Lévitique : Chapitre 21 verset 1 à chapitre 24  verset 23.

Lecture de la haftarah : Ezechiel : Chapitre : 44 verset 15 à 31.

Lecture messianique : Mathieu: Chapitre: 5 verset 38,42. Galates: Chapitre: 3 verset  26 ,29.

 

Shabbat shalom

Voir les commentaires

Rédigé par Lydia.B

Repost0

Publié le 8 Mai 2022

Rédigé par Lydia.B

Repost0

Publié le 6 Mai 2022

Parasha Kedochim du samedi 7 mai 2022

Soyez saints car je suis Saint!

 

La parasha kedochim exprime « Soyez saints, car Je suis Saint ».

 

Cette parasha nous montre par quoi Dieu distingue son peuple.

 

«  Je leur donnerai mes shabbat qui devraient être un symbole entre Moi et eux : dit l’Eternel.

Le shabbat est seul signe qui prouve que l’on est avec Dieu.

 

Mais le shabbat a aussi été profané dans la façon de faire.

Le shabbat c’est à partir du vendredi soir jusqu’à la soirée du samedi.

 

Le shabbat c’est pour les courageux, ceux qui ont du zèle pour plaire à Dieu, pour ceux qui s’en foute de ce que pensent les autres,  pour faire le shabbat il faut être un peu rebelle,  un peu à contre courant; juste ce qu’il faut pour affirmer ses choix.

 

Dieu dit : les tièdes je les vomis.

 

Car Dieu nous a donné la force, la ténacité, l’esprit qui combat ceux qui s’opposent à nous, il nous a donné un caractère  et une volonté  pour se révolter pour ne pas être manipulé.

Les niaiseries et  bondieuseries on les laissent pour les……….

 

Le peuple de Dieu est courageux et ce courage nous l’avons quand nous nous séparons de l’emprise de la religion dont on est lié.

 

Le pire c’est pas la méchanceté des hommes, mais le silence de ceux qui font semblant d’hésiter.*

 

 

Les esprits des religions sont des idoles !!!!!!!!

Ils idolâtres leurs religions comme s’ils détenaient la vérité.

C’est pourquoi l’esprit des idoles n’est pas l’Esprit de Dieu.

 

Reconnaître ce qui est de l’Esprit de Dieu.

 

 

Ezechiel 44:23, 24;

Ils enseigneront à mon peuple à distinguer ce qui est saint de ce qui est profane, ils lui feront connaître la différence entre ce qui est impur et ce qui est pur.

 

 

………Ils observeront aussi mes lois et mes ordonnances dans toutes mes fêtes, et ils sanctifieront mes Shabbat.

 

 

Mathieu 12: 31,32.

C'est pourquoi je vous dis: Tout péché et tout blasphème sera pardonné aux hommes, mais le blasphème contre l'Esprit ne sera point pardonné. Quiconque parlera contre le Fils de l'homme, il lui sera pardonné; mais quiconque parlera contre le Saint-Esprit, il ne lui sera pardonné ni dans ce siècle ni dans le siècle à venir.

 

 

Ezechiel 20:39.

Et vous, maison d'Israël, ainsi parle le Seigneur, l'Eternel: Allez chacun servir vos idoles! Mais après cela, vous m'écouterez, et vous ne profanerez plus mon saint nom par vos offrandes et par vos idoles.

 

 

 

Séparez vous dit l’Eternel.

 

 

Esaïe: 52: 11.

Partez, partez, sortez de là! Ne touchez rien d'impur! Sortez du milieu d'elle! Purifiez-vous, vous qui portez les vases de l'Eternel!

 

 

 

-On pourrait traduire le mot « Saint » par « Loin de tout péché ». Utiliser le mot saint pour des hommes pourrait être un blasphème  dire « le saint père » est un péché, comme pour désigner un certain chef religieux. ( Le Pape).

Car seul  Dieu est saint et Il est Père.

 

-Quand il est dit: Soyez saints car je suis saint, cet entendement n’est réservé qu’en la personne qui vit par Yeshoua. Car le corps de l’homme ne peut pas atteindre la sainteté absolue, mais seulement l’âme résidente de Yeshoua doit être sainte.

 

-L’âme sanctifiée ne se sanctifie pas par une bonne conduite aux allures de grenouilles de bénitiers. Mais par la démonstration de ses shabbat.

 

Car il ne nous a pas donné pour l’instant de mettre fin aux péchés, tant que nous vivrons sur terre, et c’est en cela que les shabbat  nous renouvellent chaque semaine comme une repentance hebdomadaire, qui nous permet de nous maintenir dans la sainteté.

Car c’est au terme de nos vies et de ce monde que la sainteté régnera.

 

Daniel: 9: 23.
La justice éternelle  apparaitra, et le jour de Seigneur remplacera le séjours des morts.

 

 

-Mais nous avons un échantillon de ce jour de justice éternelle,  un jour réservé au peuple de Dieu c’est le jour du shabbat.

 

-Ce jour est saint comme si une bulle paratonnerre couvrait ce jour comme quelque  chose  d’imaginaire,  nous changerait comme par miracle, dès le vendredi soir on devient une autre personne, dès que les bougies sont allumés l’atmosphère de la maison change ont fait entrer le Roi des rois et un « truc » se passe.

 

On a sorti la belle nappe et la belle vaisselle  qui reçoit le meilleur repas de la semaine, de nos habits les plus beaux on commence les prières comme un arrêt sur image de la vie, tous s’arrêtent pour attirer nos pensées vers Dieu.

 

ESAÏE: 58: 13.

Si tu gardes ton pied de profaner le sabbat, de faire ton plaisir en mon saint jour, si tu appelles le sabbat tes délices, et honorable le saint jour de l'Eternel, si tu l'honores en t'abstenant de suivre tes propres chemins, de chercher ton plaisir et de dire des paroles vaines,

 

 

-Le shabbat exprime un avant goût du repos éternel, une destination finale pour l’âme repentie.

ou la fin de l’exil terrestre jusqu’à ce que l’homme est plié les genoux devant le maître du shabbat Yeshoua.

 

- L’ âme de l’homme incarné qui poursuit mille vies qui court de futilités en futilités, n’atteindra son but que lorsqu’elle reconnaîtra son Père, et là seulement la peur de la mort cessera comme dans un repos de shabbat. Alors la mort deviendra une excellence, un gain car l’âme aura retrouvé son monde, son lien, son fluide, son origine depuis la création, quand les eaux formaient le berceau des âmes et l’Esprit de Dieu se mouvait au-dessus des eaux, dans la Sainteté de Dieu.

 

 

-Pour se retrouver, notre âme a besoin de se plonger dans l’immersion des shabbat qui lui rappelle l’Amour qu’elle ressentait.

 

 

 

Psaume 106:47

Sauve-nous, Eternel, notre Dieu! Et rassemble-nous du milieu des nations, Afin que nous célébrions ton saint nom, Et que nous mettions notre gloire à te louer!

 

 

- Rassemble nous à ton shabbat afin que nous célébrions La Pâque.

 

Lévitique 10: 13.

Vous mangerez l’agneau dans un lieu saint.

 

-Moïse leur dit: Pourquoi n'avez-vous pas mangé la victime expiatoire dans le lieu saint? C'est une chose très sainte;

 

Ce lieu saint c’est derrière le voile.

Car celui qui  mange hors du lieu saint l’agneau de Pessa’h n’a pas reçu l’Esprit qui conduit dans la vérité.

 

Parce que les écritures sont voilées et rendues incompréhensibles pour les hommes afin qu’ils n’en comprennent pas le sens.

 

Car certains forment leur version, pour fonder des religions, chose que Dieu n’a pas voulu.

Seul l’Esprit de celui qui a accompli l’acte pour la rédemption pour les nations à la Pâque  nous revêt de son Esprit qui nous dévoile les écritures afin qu’on en comprenne le sens.

 

Le voile s’est déchiré à la Pâque de Yeshoua et le Lieu Saint nous a été ouvert.

 

C’est donc cela le baptême de l’esprit.

 

 

La déchirure qui laisse  pénétrer l’Esprit de Dieu en nous et nous revêt de puissance de force  et d’intelligence, pour faire de notre vie Sa volonté.

 

2 Corinthien 12:13.

Nous avons tous, en effet, été baptisés dans un seul Esprit, pour former un seul corps, soit Juifs, soit Grecs, soit esclaves, soit libres, et nous avons tous été abreuvés d'un seul Esprit.

 

1 Corinthien: 12: 13, 18.

Ayant donc cette espérance, nous usons d'une grande liberté, et nous ne faisons pas comme Moïse, qui mettait un voile sur son visage, pour que les fils d'Israël ne fixassent pas les regards sur la fin de ce qui était passager. Mais ils sont devenus durs d'entendement. Car jusqu'à ce jour le même voile demeure quand, ils font la lecture de l'Ancien Testament, et il ne se lève pas, parce que c'est par le Messie qu'il disparaît. Jusqu'à ce jour, quand on lit Moïse, un voile est jeté sur leurs coeurs; mais lorsque les coeurs se convertissent au Seigneur, le voile est ôté. Or, le Seigneur c'est l'Esprit; et là où est l'Esprit du Seigneur, là est la liberté. Nous tous qui, le visage découvert, contemplons comme dans un miroir la gloire du Seigneur, nous sommes transformés en la même image, de gloire en gloire, comme par le Seigneur, l’Esprit.

 

 

-Ainsi le voile de séparation s’est ouvert et le lieu qui nous rend saint nous fait entrevoir le repos éternel.

-Car depuis ce jour ou Yeshoua est mort pour nous, la vie éternelle nous a été accordée, à condition de vivre selon les commandements et pratiquer les shabbat.

 

Depuis la conversion la sainteté que nous procure les shabbat nous est utile car nous sommes encore vivant avec le corps, car si on devait mourir dès cet instant la sainteté du corps ne nous servirait pas, comme le brigand  sur le bois sa conversion seule lui suffisait, son corps ne serait pas attaquer par les désirs des péchés.

 

Car sans les commandements il nous est difficile de vivre sainement, et plus on s’approche du lieu Saint et plus l’affrontement avec les esprits mauvais va se faire sentir.

C’est pourquoi encore beaucoup de croyants sont encore dans le parvis du temple car la délivrance n’étant pas prêcher dans certains lieux religieux, il leur est difficile de livrer bataille aux esprits, ainsi le voile du temple n’étant pas déchiré il leur est difficile de comprendre les écritures sur les ordonnances du shabbat et des fêtes selon le code biblique.

 

 

 

Cette parasha dénonce les comportements impudiques, selon la loi toutes personnes qui fait des actes sexuelles interdits est condamnée à mort, lapidé.

 

Yeshoua a condamné cette pratique car qui est saint pour juger une personne? Yeshoua dira: Que celui qui est sans péché lui jette la première pierre, en parlant de cette femme adultère.  Car nous ne jugeons pas la personne mais les esprits qui sont en elle.

 

C’est pas pour autant que les péchés restent impunis.

 

Ce que la parasha exprime c’est que l’on doit mettre à mort les esprits impurs, les esprits mauvais, méchants; et non pas les personnes.

 

Yeshoua nous à ordonné de chasser les esprits, et surtout ne jamais pensé que lorsque l’on est converti on a plus besoin d’être délivré des mauvais esprits, en fait c’est là que tout commence.

 

-Car si avant ils pouvaient être dormants, ou actifs cela avait moins d’importance car sans Dieu l’homme est mort, mais dès que le voile se déchire après une vrai conversation à Yeshoua et que son Esprit s’impose en nous c’est là que la vrai guerre commence.

Quoique Yeshoua combat pour nous, si nous agissons avec Lui.

 

-Il faut avec autorité, les mettre à mort verbalement, il faut leurs interdirent de se manifester, les déloger. Tout esprits d’incestes, homosexuelles, pervers, ne doivent plus se manifester, mais doivent se soumettre à Yeshoua qui les combattra, car ne jamais oublier que l’on peut avoir hériter d’un de ces esprits qui pourraient être dormant, mais procure certains troublent d’angoisses ou sensation de mal être, tristesse, ………..

Pour se faire une délivrance pas besoin de long discours, juste affirmer avec autorité la mort de ses esprits, leurs couper la tête ou les lapider, ou autre paroles qui semblent adéquat………

Cette parasha est une invitation à la délivrance.

Nous sommes forts et combattants, aucun esprit mauvais ne sera plus fort que Dieu.

 

Soyez saints car moi je suis Saints dit l’Eternel.

 

Shabbat shalom

L.B

 

 

Lecture de la parasha : Lévitique :

Chapitre 19 verset 1 à chapitre 20 verset 27.

Lecture de la haftarah :

Ezechiel : Chapitre 20 verset 2 à 20.

Amos: 9: 7,15.

Lecture messianique : Romains: 13: 8,14.

1 Pierre: 1:13,21.

 

 

Voir les commentaires

Rédigé par Lydia.B

Repost0

Publié le 1 Mai 2022

Rédigé par Lydia.B

Repost0