Parasha Ytroh du samedi 22 janvier 2022.

Publié le 21 Janvier 2022

Parasha Ytroh du samedi 22 janvier 2022.

Le troisième mois.

 

La parasha Ytroh ou Jétroh (en français) commence par l’intervention de Ytroh le beau père de Moïse.

Quand suite au récit que Moïse était venu lui raconter sur les grands miracles que le grand Dieu d’Israël avait fait pour les hébreux et contre les egyptiens, il décida de laisser ses fausses croyances car maintenant le vrai Dieu lui avait été témoigné.

 

Mais Ytroh c’est aussi le symbole de l’homme des nations qui vient vers Dieu pour être sauvé celui qui vient se greffer à Israël et par sa fonction de prédicateur il va maintenant transmettre la vérité a ceux qui seront près de lui.

 

 

Ce troisième mois Dieu appela Moïse de la montagne du Sinaï pour leur donner les commandements.

Ce troisième mois nous amène à shavouot ( Pentecôte).

La troisième Fête biblique.

Ce jour  de shavouot à été un véritable bouleversement pour le monde. Le sort des hommes en a été transformé.

Dieu confie à l’homme une puissance divine.

Dieu donne à l’homme le moyen de se distinguer des autres.

 

-Le troisième mois  porte un symbole important.

 

-Le premier mois  c’est Nissan, la mort et la renaissance.

-Le deuxième mois  le mois de Iyar c’est la marche dans le désert une marche qui rappelle l’éloignement de tout ce qui nous a séparé de Dieu. Une quête, une remise en question de nos expériences passées.

-Le troisième mois le mois de Sivan  c’est la prise de position.

 

-Le premier mois c’est le monde d’en haut qui s’approche de nous.

-Le deuxième c’est nous qui nous approchons d’en haut.

_Le troisième  c’est la fusion entre Dieu et l’homme.

Une sorte d’attachement, une union indéfinissable entre ce qui est divin  et ce que nous sommes.

Nos âmes s’unissent au Divin.

Nos âmes forment le Tout  en le Un.

L’unité de la Jérusalem céleste l’âme du Messie qui se forme comme un nouveau monde. S’imaginer que chaque personne qui croit en la résurrection du Messie Yeshoua vient s’ajouter à l’âme primordial, formant une masse qui s’agrandit.  L’âme du Messie c’est le nombre des croyants, c’est la construction de la cité de Dieu la Jérusalem céleste. C’est cela Shavouot.

La fusion entre le ciel et la terre, la puissance de l’humanité qui se crée pour vaincre le mal.

L’homme qui comprend cela est détenteur de la sagesse divine il comprend le cadeau  que Dieu nous dispense.

Il sait saisir  ce que Dieu lui confit.

Il sait qu’il ne sera plus jamais le même homme et que sa relation avec le monde devra être différente, il devient le porteur du message de la nouvelle alliance sacrée. Il devient Un, c’est-à-dire qu’il fusionne entre sa chair et l’Esprit .

 

Le troisième mois shavouot c’est le jour qui change le monde un bouleversement inédit.

Rav Yossef dit:    Si le jour de shavouot  n’aurait jamais existé  les hommes n’auraient pas pu résister à l’assaut du mal à son influence incessante plus rien ne les auraient  guidés.

Shavouot c’est une norme de vie éternelle un guide de tous les jours. Un chemin tracé. Une liberté de pouvoir choisir entre le bien et le mal. Et ce jour nous a donné les repères pour ne pas se tromper de Messie. Les indices pour identifier Yeshoua le vrai Sauveur.

 

Le plus terrible dans l’histoire  c’est que beaucoup ont étaient détourné de la vérité.

 

 

Shavouot c’est la fête du shofar qui souffle pour annoncé que l’Eternel allait donner au monde les tables de la loi.

Shavouot c’est la fête appelée fête des semaines.

 

  Dans le christianisme édulcoré on retrouve une trace de cette fête sous le nom de Pentecôte mais réinterprété  selon leurs codes religieux.

Pentecôte veut dire 50 jours  évoquant l’événement de l’esprit qui descend sur les apôtres. Le thème est celui du don des langues, des langues de feu qu’il faut alors interpréter comme un message universel. C’est un avènement pour tous,  l’Esprit n’étant plus  seulement réservé aux hébreux mais devient universel en Yeshoua.

Le message se fait comprendre dans toutes les langues chacun selon son dialecte.

Ce qui pourrait donc paraître comme extraordinaire c’est effacé devant l’usurpation de l’identité messianique; avec un messie anti Torah.

Cette Pentecôte célébré 50 jours après leur paque  devient  la dispensation de l’esprit du christianisme  mis en en place par les romains à leurs dates n’ayant aucun rapport avec la bible.

Shavouot à la juive reste donc notre seul mandat de vérité qui nous relie aux écritures. Shavouot sonne donc le shofar et la Torah qui descend, premièrement sur des tables de pierres et secondement en chair en l’Homme de Yeshoua.

C’est dans le bruit et le cri du shofar que la Torah est née sur la terre, c’est dans les bruits de tonnerre qu’est descendu l’Esprit du Messie.

 

L’Eternel à écrit avec son doigt les tables de la loi comme pour nous faire comprendre qu’il pouvait être Homme lors de l’avènement du pacifique le Messie.

 

Le ciel s’est ouvert et la lumière est entrée.

A shavouot  Yeshoua est entré en nous et sa lumière a aveuglé nos ténèbres; et sa lumière nous a donné d’interpréter les lois des commandements  et sa lumière nous a revêtu d’un  nouveau vêtement qui nous sanctifie.

 

Dieu dit à Moïse ; qu’ils lavent leurs vêtements et qu’ils se tiennent près à recevoir la loi. Ce fin lin comme une robe de fiançailles,  un contrat prénuptial. Une fiancée qui deviendra consacrée, promise pour le Seigneur.   Shavouot fête des fiançailles  comme un engagement, une mise à part qui durant sa vie terrestre sera séparé du monde et ses codes mais se sera emparé les lois Divines qui seront son mode de vie.

 

 

Mais voilà ce que dit cette parasha.

Moïse rapporta au peuple que ces commandements Dieu les a donnés pour nous mettre à l’épreuve.

 

Afin que vous ne vous trompiez pas de dieux pour votre usage ni dieux en images ni dieux en sculptures en or ou en argent ni bois ni autres.

 

Or Moïse dit: Celui qui obéira aux commandements et qui persévérera à ne pas les oublier  sera toujours à l’abri de Dieu.

 

Cette parasha ne peut qu’exprimer le choix de chacun de nous de nous remplir de la Torah, qui n’est autre que de se remplir de Yeshoua. 

C’est pourquoi les 10 paroles écrites sur les tables de la loi, sont la quintessence de Yeshoua qui s‘exprime à travers ses 10 paroles.

 

Ces commandements sont une mise à l’épreuve qui certifie notre obéissance et notre retour vers Dieu.

 

1 TU n’auras pas d’autre Dieu.

2 TU ne feras jamais d’images de dieu ou divinités.

3 TU ne profaneras pas le Nom de Dieu.

4 TU honoreras le shabbat.
5 TU honoreras ton père et ta mère.

6 TU ne tueras pas.

7 TU ne seras pas adultère.

8 TU ne voleras pas.

9 TU ne diras rien de faux contre personne.

10 TU ne convoiteras rien de personne.

 

 

 

-La parasha se confirme dans notre lecture de haftarah.

Alors soyons de ceux qui cherchent Dieu à travers la Torah, aimons là car c’est notre Messie Yeshoua. Bénis sois-tu, l’Eternel notre Dieu qui nous a donné la Torah pour recevoir la lumière de Yeshoua.

 

 

-Que ce shabbat réunisse tous les croyants pour que ce forme au plus vite l'Âme du Messie qui remplisse l'univers.

 

 

 

La fin de la lecture de la haftarah confirme encore:

Esaïe 9:5

Car un enfant nous est né, un fils nous est donné, Et la domination reposera sur son épaule; On l'appellera Admirable, Conseiller, Dieu puissant, Père éternel, Prince de la paix.

 

  L.B

 

Lecture de la parasha : Exode : Chapitre 18 verset 1 à chapitre 20 verset 23.

Lecture de la haftarah : Esaïe : Chapitre 6 verset 1 à chapitre 7 verset 6. Et chapitre 9 verset 5,6.

Lecture messianique : Jean : Chapitre 12 verset 35 à 50. Hébreux : Chapitre 12: Verset 18 à 29.

 

 

Rédigé par Lydia.B

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article