Parasha Bechalah du samedi 15 janvier 2022.

Publié le 14 Janvier 2022

Parasha Bechalah du samedi 15 janvier 2022.

Présent!

 

Après que Pharaon ait renvoyé les enfants d’Israël, Dieu décide de les faire passer par le désert plutôt que par la terre des Philistins, en proie à la guerre. Il précède Son peuple dans une colonne de nuée, qui devient pilier de feu la nuit.

Les Égyptiens partent à la poursuite des Hébreux, qui se retrouvent coincés entre la mer et les armées de Pharaon, menées par Pharaon lui-même. Les Israélites sont gagnés par le désespoir. Dieu réprimande Moïse et ordonne à Son peuple d’avancer dans la mer. Celle-ci se fend et laisse passer les enfants d’Israël à pied sec, mais elle se referme sur les Égyptiens, qu’elle engloutit. Les Israélites entonnent alors le Cantique de la Mer.

Le peuple, se retrouvant cependant en butte à la soif et à la faim, commence à murmurer contre Moïse. Dieu fait alors descendre pour eux la nourriture des cieux, appelée la manne. Elle tombe en quantité égale pour tout foyer, rassasie tous et chacun, ne se conserve pas la nuit; elle ne tombe d’ailleurs pas le septième jour de la semaine, jour du shabbat, mais arrive en double portion le vendredi et se conserve pendant cette nuit.

La révolte continue malgré ces miracles, et Moïse craint d’être lapidé. Amalek, descendant d’Edom, attaque l’arrière-garde des enfants d’Israël.

 

 

 

Bechalah se distingue par les grandes étapes de la vie.

 

Le texte se divise en plusieurs parties très importantes.

 

1 : La colonne de feu et de nuée.

2 : L’ouverture en deux de la mer par Moïse.

3 : Les cantiques de Moïse.

4 : Les eaux amères de Mara.

5 : L’arrêt à Elim au douze sources d’eau et soixante dix palmiers.

6 : La manne et les cailles.

7 : L’eau du rocher.

 

Ces sept grands évènements nous sont reliés.

 

 

Le peuple est libéré de pharaon, il est libre d’aller adorer Dieu, la vraie vie peut commencer.

 

1 Notre âme vivante comme une nué qui reconnaît Dieu son guide.

Notre conversion par la foi.

 

2 L’ouverture de la mer fait référence à l’engagement.   L’engagement par la foi dans les eaux du baptême.

 

3 Les cantiques font référence aux prières.

L’engagement par les paroles, la foi par l’amour.

 

4 Les eaux amères font référence à la repentance.

La foi par le coeur.

 

5 L’arrêt à Elim c’est les temps fixés par Dieu, fait référence à  l’étude des écritures, l’étude de la Torah.

La foi par l’intelligence.

 

6 La manne les rendez-vous des shabbat et fêtes bibliques.

La foi  par des actes.

 

7 L’eau du rocher fait référence aux miracles, la foi qui déplace les montagnes, la foi de vivre en Yeshoua.

 

 

 

 

Le texte dit au sujet de la Manne et des cailles:

 

Le soir vous mangerez de la viande, et le lendemain vous mangerez du pain.

 

Ces deux allusions font directement penser à la fête de Pessah qui s’identifie également à Shabbat.

Le premier soir de Pessah on partage l’agneau et le lendemain de la fête on partage les pains sans levain.

Cette viande qui est le sacrifice de Yeshoua et ce pain sans levain (sans péché) qui est son corps.

 

Et tous ces shabbat  auxquels nous partageons la coupe de vin qui représente le sang du sacrifice, ainsi que nous élevons le pain qui est son corps.

Nous élevons ce vin et ce pain en sa mémoire le septième jour le shabbat.

 

 

Ce shabbat est pour (toi)  où (pour vous) le premier qui sera la date de ta résurrection, votre résurrection.

C’est le commencement de la vie; le sang de la coupe qui va couler dans tes veines et le pain de shabbat qui va t’intégrer au corps de Yeshoua.

Comme une pâte qui lève et qui s’unit à l’ensemble du corps de Yeshoua.

 

Un homme, des hommes, une femme, des femmes, vont répondre Présent à ce Shabbat car ce Shabbat est spécial c’est comme un premier jour de vie.

Tel est l’appel que Dieu lance à son peuple.

 

L’homme est arbre.

 

 

Ce lundi 17 janvier c’est un rendez-vous un peu spécial, c’est la fête de Tou Bichvat 5782.

Cette fête est un hymne à la nature, la création de Dieu.  De coutume on la célèbre en plantant un arbre ou une fleurs, une plante, et on met sur la table des belles coupes de fruits à déguster et jus et fruits.   

Une commémoration qui rappelle l’oeuvre de Dieu, et dont nous  ne devons jamais oublier qu’il faut respecter la nature, l’admirer et la protéger!

 

Cette fête nous rappelle que la nourriture de l’arbre c’est la nourriture de la Torah, qui est l’arbre de la vie planté en Eden.

-Cet arbre qui est le symbole du lien entre le ciel et la terre.

 

L’arbre représente la présence transcendante et ineffable de Dieu.

Il incarne la Shekinah, la présence de Dieu. Comme la colonne de feu et la colonne de la nuée qui guide continuellement le peuple de Dieu.

Ses racines puisent la sève de la Torah pour produire des bons fruits.

 

Le fruit est la transformation de la matière première inerte en produit vivant et nourricier pour l’homme.

 

L’homme par ses actions deviendront les supports de la présence de Dieu.

 

La sagesse de cette commémoration de Tou Bichvat c’est un peu le résumé de cette parasha.

 

Yeshoua  est l’arbre de la vie.

Il est la colonne de nué qui est en nous

Il est notre résurrection, notre pardon, notre nourriture, notre Torah, Il est notre miracle personnel.

 

Car nous qui étions mort Il nous a ressuscité, car nous avons cru qu’Il est le fils de Dieu.

Il est l’eau du rocher, la manne qui nourrit et les eaux de Mara qui nous a pardonnés par le bois de sa crucifixion.

 

 

 

La foi c’est la confiance que nous avons en Dieu.

La foi c’est de résister au diable quand il souffle à nos oreilles, non shabbat c’est pas bien; les fêtes c’est pas bien ! Cet Amalek qui vient dès qu’on baisse la garde.

 

 

 

 

Psaume 23.

 

L'Eternel est mon berger: je ne manquerai de rien.

 

Il me fait reposer dans de verts pâturages, Il me dirige près des eaux paisibles.

 

Il restaure mon âme, Il me conduit dans les sentiers de la justice, A cause de son nom.

 

Quand je marche dans la vallée de l'ombre de la mort, Je ne crains aucun mal, car tu es avec moi: Ta houlette et ton bâton me rassurent.

 

Tu dresses devant moi une table, En face de mes adversaires; Tu oins d'huile ma tête, Et ma coupe déborde.

 

Oui, le bonheur et la grâce m'accompagneront Tous les jours de ma vie, Et j'habiterai dans la maison de l'Eternel Jusqu'à la fin de mes jours.

 

 

 

-Puissions nous répondre présent lors de toutes les convocations que Dieu nous  donne.

 

-Que nos shabbat soit nos délices et notre joie dans l’unité de Yeshoua.

 

 

Shabbat shalom

 

 

L.B

Rédigé par Lydia.B

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article