Parasha Vayétsé du samedi 13 novembre 2021

Publié le 12 Novembre 2021

Parasha Vayétsé du samedi 13 novembre 2021

Des murs de pierre.

 

 

La parasha Vayétsé vient ici comme une épée de justice.

 

L’histoire de Jacob qui tomba amoureux de Rachel, mais qui dut d’abord être avec sa soeur l’aîné Léa comme l’avait décidé leur père Laban

 

Jacob a dû travailler 20 années à son service sans salaire.

Les soeurs se méprisent aux sujets des enfants.

 

 

Ce bref résumé pour pointer  l’essentiel de ce commentaire.

 

Jacob fut premièrement trompé par Laban lui laissant croire qu’il pouvait se marier avec celle qu’il aimait Rachel.

Le soir du mariage, ce Laban ordonna à sa fille Léa de se cacher dans le lit de Jacob pour lui faire croire que c’était Rachel.

 

Du coup Léa subit le déshonneur d’être donné par son père et déshonoré par Jacob ce qui s’ensuit que Jacob fut abusé de cette supercherie de la part de son beau-père. Et que certainement Rachel devait se lamenter dans son coin.

 

-Léa fut très malheureuse d’être celle qui n’était pas aimée, pas considérée.

Mais Dieu lui donna 7 enfants.

 

-De son côté Rachel pleure d’être stérile et  devient l’ennemi de sa soeur.

Mais Dieu lui donna 2 fils.

 

-Jacob était arnaqué pour son travail de berger.

Mais Dieu l’enrichit.

 

-Dans cette parasha Dieu veut nous montrer qu’il est Dieu qui fait Justice  « Adonaï Tsidkenu ».

 

-Léa la malheureuse appela son premier fils « Ruben », car dit-elle, Dieu lui ma fait justice de mon humiliation.

Elle appela son deuxième fils Siméon, car Dieu lui fit justice,  Dieu entendit son dédain, son rejet qu’elle vécut.

Elle appela son troisième fils Levy, car Dieu l’a entendu soupirer du manque d’amour de son mari Dieu lui fit justice et il s’attacha à elle. Elle eut Juda, Dieu lui à fait une grâce puis elle eut Issachar ce fut là une grande récompense. Puis elle eut une fille, Dina.

 

Rachel se lamentait d’être stérile, Dieu l’entendit et lui rendit justice,  elle eut un fils qu’elle appela Joseph car dit-elle Dieu a effacé ma honte.  Puis elle eut un autre fils Benjamin  qu’elle eut dans la douleur  « Ben Oni » fils de la douleur, mais Jacob le nomma:  « fils de ma droite » Benjamin.

 

Jacob qui fut exploité dans son histoire de salaire, Dieu l’entendit et il lui donna une stratégie pour avoir plus de brebis et ainsi récupérer ce qu’il n’avait pas eu.

 

Laban voulut  poursuivre Jacob mais Dieu le stoppa pour rendre justice  à Jacob.

 

 

Dieu est un Dieu de justice, Il rend justice à tous les innocents qui se font maltraités.

 

 

-Cette parasha est un temps pour guérir car c’est un temps propice à la justice de Dieu.

Tous ceux qui ont été dédaigné, rejeté, méprisé, trompé, volé, arnaqué, violé, maltraité, moqué, mal aimé, mal jugé, menacé, abusé, exploité, trompé……

 

 

 

-Toutes ces souffrances d’abus de faiblesses, d’abus de pouvoir, d’abus d’autorité, sont comme des prisons, des blockaus, des murailles; des donjons où on peut rester enfermer à vie.

 

 

Toutes personnes qui à subit du mal volontaire où involontaire toutes personnes qui a pleuré à cause de la méchanceté de quelqu’un ….

Dieu veut rendre justice !

 

 

-La souffrance cause des traumatismes de toutes sortes , des déséquilibres qui impact la vie de tous les jours et de ceux qui nous entourent.

Les douleurs conscientes où inconscientes vont s’installer dans un coin de notre âme pour essayer de les cacher, mais il suffit d’un petit problème et voilà que le traumatisme ressort,  ou en maladie psychosomatique où somatique.

 

La douleur d’un trauma c’est comme un mur que l’on élève pour nous protéger de la dépression où du mal à l’âme.

 

Et pour preuve, voilà une magnifique  révélation.

 

Dans cette histoire de Jacob, Rachel et Léa on voit que tous ces malheurs sont causés par Laban le père de Léa et Rachel.

 

Laban « Lavan » en hébreu veut dire Blanc.

-Mais lavan se traduit exactement  par: « Faire des briques ». Dans les transcriptions hébraïques on retrouve le mot lavan pour mentionner « faire des briques ».

Exemple dans Exode 5:6,7 quand les esclaves hébreux sous pharaon devaient construire des briques il est écrit:

 

Et ce jour même, Pharaon donna cet ordre aux inspecteurs du peuple et aux commissaires: Vous ne donnerez plus comme auparavant de la paille au peuple pour faire «  lavan »!  (des briques).

 

On constate que  ce que nous révèle ce verset : Les esclaves subissant humiliations , maltraitance, fabriquaient des briques, des murs comme des barricades de souffrance, des forteresses de souffrance, des carapaces de souffrances.

 

Et quand le mur enferme la souffrance c’est la personne qui s’enferme dans son désespoir.

 

Dieu rétabli les injustices!

Cet enseignement de parasha  vient nous libérer des maux de l’âme.

Dieu rend justice,  donne la guérison et la paix  et les récompenses.

 

 

 

Cette parasha merveilleuse  qui révèle les briques que nous, nous fabriquons.

 

Nous voyons maintenant que Jacob a utilisé une pierre pour mettre derrière sa tête pour aller dormir.

La pierre est un minéral que Dieu à fait, la pierre est solide contrairement à la brique qui se casse se peut se détruire.

 

 

Dans notre parasha il y a mention de plusieurs pierres.

 

1 La pierre de Jacob pour dormir.

2 La pierre pour dresser l’autel.

3 La pierre pour ouvrir et fermer le puits.

4 La pierre du serment entre Jacob et Laban.

5 Les pierres témoins limites entre Jacob et Laban.

 

 

 

 

La pierre se dit en hébreux « Eben »."pierre" possède une forte symbolique de transmission de la tradition de « père en fils ».

 

Le simple mot: Eben (אָבֶן) porte en lui cette notion:

אָבֶ  AB: c'est le Père , בֶן, BN: c'est le Fils, אָבֶ 

De Père en Fils.

 

Toute la transmission du père passe par le fils.

 

 

Car le fils Yeshoua c’est notre Justice.

 

 

-Cette parasha c’est en générale ce que l’on appelle la parasha de l’échelle de Jacob.

 

Jacob a fuit sa maison, il est maintenant tout seul, déprimé, découragé, un peu perdu.

Il s’endort la tête sur une pierre et fait un rêve!

 

II voit une grande échelle montant jusqu'au ciel et des messagers de Dieu qui descendent et qui montent sans cesse. Tout en haut, l’Eternel qui lui promet aide et assistance partout où il ira et s'engage à le ramener dans ce pays qu'il lui a accordé.

 

Ce passage révèle que Jacob était déprimé, il cherche l’aide de Dieu pour calmer ses peurs.

 

L’échelle de Jacob c’est Yeshoua. Il est le lien qui fait monter nos prières jusqu’au Père.

 

Yeshoua est en nous et sans cesse nos prières montent et descendent.

Nos prières sont  comme des gémissements de notre âme qui dans sa souffrance émet des vibrations que Dieu reçoit.

 

Chaque mot que notre bouche élève durant la prière, est reçu dans les mains de notre Sauveur.

Chaque larmes qu’émets ces vibrations implorent la justice de Dieu. Implore de l’aide.

Si on en arrive là encore après des années de langueurs d’âme c’est que peut être on a pas pardonner.

 

 

Le Rabbin Harold S Kushner dit:

 

« Le pardon n'est pas une question de disculper les gens qui vous ont fait du mal. Ils ne méritent peut-être pas l'exonération. Le pardon signifie nettoyer votre âme de l'amertume de « ce qui aurait pu être »,et « ce qui n'aurait pas dû arriver.

Quelqu'un a défini le pardon comme  abandonner tout espoir d'avoir eu un meilleur passé. Ce qui est passé est passé et il y a peu à gagner à s'y attarder. Il n'y a peut-être pas de personnes plus tristes que les hommes et les femmes qui ont un grief contre le monde à cause de quelque chose qui s'est passé il y a des années et qui ont laissé cette mémoire aigrir leur vie ”.

 

 

 

Tout commence comme si on allait au puits de ses profondeurs, discuter avec Yeshoua pour lui faire part de nos souffrances et par notre pardon. La Justice de Dieu va commencer à opérer le miracle de la justice ; les guérisons, la paix, les miracles peuvent être libérés de nos maisons de briques.

Car Yeshoua va descendre chacun des barreaux de l’échelle, car lui seul peut avoir accès à la profondeur de notre âme en détresse.

Dans nos prisons de briques; IL va détruire une à une les briques du passé et faire jaillir sa lumière dans notre couloir de la mort.

 

 

Et c’est dans la haftarah de Osée que nous comprenons cela et qui nous donne le plus beau verset qui rend hommage au Messie Yeshoua.

Osée 14: 2 où 3 (selon version).

 

Apportez avec vous des paroles(prières). Et revenez à l'Eternel. Dites-lui: Pardonne toutes les iniquités, Et reçois-nous favorablement! Nous  voulons remplacer les  taureaux (sacrifices), par l'hommage de nos lèvres.(Prières).

 

Ce verset confirme que c’est Yeshoua qui a remplacé les sacrifices des animaux.

Nos prières sont comme des liens qui montent et qui descendent vers Lui.

 

 

Mais nous savons que ces korbanot ont été remplacés par nos prières car par un seul sacrifice du Messie Yeshoua.

Ces versets qui sont lié à Yeshoua et font références à une lettre de l’alphabet hébraïque qui est la lettre « QOF » qui est la 19 ème lettres de l’alphabet  hébraïque.

 

« QOF»   

 

Cette lettre QOF  va nous dévoiler ce qu’elle cache.

Le  QOF veut dire: « La lumière dans l’obscurité » où « Le soleil dans la nuit ».

A travers cette lettre tirée de l’hébreux se traduit la délivrance, elle exprime les profondeurs impénétrables là où seul Yeshoua peut aller.

Les profondeurs de notre être. Là ou nos instinct les plus bas emprisonnent nos valeurs de « kedousha » sainteté.

 

-Elle exprime les circonstances les plus noires et difficiles de notre vie.

Cette lettre vient nous dire que c’est la lumière qui vient purifier toutes les zones sales de notre être et peuvent être rendu pur si nous croyons que Yeshoua est le fils de Dieu.

 

QOF est lié à Yeshoua le MESSIE. Il vient dans cette nuit noire révéler la lumière, Il vient sortir les sombres desseins de notre vécu car l’ennemi à travailler à ensevelir nos souffrances  afin qu’on les oublies et qu’elles ne parviennent pas à notre conscience pour qu’on ne puisse pas pardonner et être guéri.

 

Yeshoua est la puissance qui libère dans ces ténèbres.

Efface les cicatrices du mal,  et place sa lumière là où il y avait la noirceur.

Au plus profond de notre corps de chair, Il fait remonter la résurrection Il est le Sauveur.

La lettre QOF dans la tradition hébraïque est liée à un sens négatif qui apporte le positif.

 

 

Et en guematria la lettre QOF a pour valeur 100.

 

Et le chiffre 1OO c’est ce qui nous relie à Dieu. C’est  le symbole de la prière.

Donc ce qui confirme encore que c’est nos prières qui font agir la puissance de Yeshoua.

 

Yeshoua c’est un mur de séparation entre nous et les persécuteurs. C’est ce qu’a fait Jacob;

 

-46Jacob dit à ses frères: Ramassez des pierres. Ils prirent des pierres, et firent un un amas de pierre.

Que cet  amas de pierre serve aujourd'hui de témoignage entre moi et toi! C'est pourquoi on lui a donné le nom de Galed. ( temoin) 49On l'appelle aussi Mitspa l’Eternel observe, surveille .

 

Une séparation entre le passé et l’avenir, Dieu en sera témoin!

 

 

 

 

 

 

L'Eternel fait justice et droit à tous ceux à qui l'on fait du tort.

La lecture des psaumes c’est comme des prières qui montent et qui libèrent.

 

 

 

Psaume 69:14,21;

Mais moi je t'adresse ma prière, Eternel! C'est le moment favorable, ô Dieu, par ta grande bonté: réponds-moi en m'accordant ton fidèle secours!

15 Retire-moi de la boue, et que je n'enfonce plus, que je sois délivré de mes ennemis et de l'eau profonde! 16 Que le courant ne m'emporte plus, que le gouffre ne m'engloutisse pas et que la tombe ne se referme pas sur moi!

17 Réponds-moi, Eternel, car ta bonté est immense! Dans tes grandes compassions, tourne les regards vers moi 18 et ne cache pas ton visage à ton serviteur! Je suis dans la détresse: réponds-moi vite! 19 Approche-toi de moi, rachète-moi, libère-moi, à cause de mes ennemis!

20 Tu sais qu'on m'insulte, qu'on me déshonore, qu'on me couvre de honte; tous mes adversaires sont devant toi. 21 L'insulte me brise le coeur, et je suis anéanti; j'attends de la pitié, mais il n'y en a pas, des consolateurs, et je n'en trouve aucun

 

Psaume 123

 

Je lève mes yeux vers toi, Qui sièges dans les cieux.

 

2Voici, comme les yeux des serviteurs sont fixés sur la main de leurs maîtres, Et les yeux de la servante sur la main de sa maîtresse, Ainsi nos yeux se tournent vers l'Eternel, notre Dieu, Jusqu'à ce qu'il ait pitié de nous.

 

3Aie pitié de nous, Eternel, aie pitié de nous! Car nous sommes assez rassasiés de mépris;

 

4Notre âme est assez rassasiée Des moqueries des orgueilleux, du mépris des hautains.

 

 

 

Mathieu 11: 28.)

 

Yeshoua a dit:

 

Venez à moi, vous tous qui êtes fatigués et chargés, et je vous donnerai du repos. Prenez mon joug sur vous et recevez mes instructions, car je suis doux et humble de coeur; et vous trouverez du repos pour vos âmes.

 

 

-Que Dieu soit témoin en ce jour que toutes les souffrances enfouies au plus profond de moi soient libérées par Yeshoua. Car j’ai pardonné et Il m’a délivré.

 

Je suis libre, car mon Sacrifice c’est Yeshoua. Sur le bois, Il a pris ma honte, mon humiliation, ma peur, mon rejet, toutes mes souffrances. Gloire à  Yeshoua qui me guérit.

 

 

L.B

Shabbat shalom

 

 


Lecture de la parasha:

Genèse : Chapitre 28 verset 10 à chapitre 32 verset 3 (2).

Lecture de la haftarah: Osée: Chapitre 11 verset 7 à Ch 12 verset 12 (11).Et plus 12:13(12) à 14:10(9).

Lecture messianique: Jean : Chapitre 1 verset 43 à 51. 

 

 

 

Rédigé par Lydia.B

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article