Parasha Ki Tétsé du samedi 21 août 2021.

Publié le 20 Août 2021

 Parasha Ki Tétsé du samedi 21 août 2021.

Qui est ma mère?

 

-La parasha Ki Tétsé qui veut dire: « Lorsque tu sortiras », appuie un élément essentiel. « Souviens-toi », « n’oublie jamais ».

 

-La parasha décrit les lois relatives à la belle captive, au droit d’aînesse, à l’enfant rebelle, à la préservation et à la restitution du bien perdu d’autrui, l’obligation d’ériger une barrière protectrice sur le toit de sa maison.

Sont aussi rapportés la procédure d’instruction et la sanction de l’adultère ; celles concernant le mari qui accuse injustement son épouse. L’interdiction de prendre la mère des oisillons.

La parasha Ki Tétsé inclut encore les lois gouvernant la pureté du camp militaire, l’interdiction de rendre à son maître l’esclave qui s’est enfui, le devoir de payer le travailleur à son heure, de laisser dans le champ la gerbe oubliée pendant la moisson, de ne pas récolter les jeunes raisins, ni tous les fruits de l’olivier afin que l’étranger, la veuve et l’orphelin puissent s’en saisir.

En conclusion est rappelée l'injonction d'effacer la mémoire d'Amalek de dessous les cieux.

 

-Donc « lorsque tu sortiras » : ce dit en hébreu Ki Tétsé, et en guematria donne 1553.

 

 

L’annonce du Messie est déclarée.

« Car la Torah sortira du Messie ».

Lorsque tu sortiras.

 

«  Car la Torah sortiras de moi », en hébreu ça donne,

Torah meiti tétsé qui donne en guematria également 1553.

 

Car la Torah sortira de moi et j’établirai la justice pour éclairer les nations (les 70 nations).

La Torah a 70 facettes aussi c’est en  guematria 1553, le Messie est venue pour sauver ceux des 70 nations.

Le psaume 51:10

Ô Dieu crée en moi  un coeur pur et fait renaître en moi un esprit droit donne aussi 1553;

 

Esaïe 51:4.

Ecoutez-moi vous qui êtes mon peuple, prêtez l’oreille vous qui formez les nations! Car la Torah sortira de moi et j’établirai la justice pour éclairer les nations.

 

 

-L’annonce du Messie qui sort de la Torah est donc clairement prophétisait.

Le Messie Yeshoua le fils de Dieu sort de la Torah.

 

 

-La haftarah qui accompagne cette parasha c’est Esaïe  54 :1 et commence par:

 

-Réjouis-toi, stérile, toi qui n'enfantes plus! Fais éclater ton allégresse et ta joie, toi qui n'as plus de douleurs! Car les fils de la délaissée seront plus nombreux Que les fils de celle qui est mariée, dit l’Eternel.

 

-Qu’on retrouve  dans Galates 4:27.

car il est écrit: Réjouis-toi, stérile, toi qui n'enfantes point! Eclate et pousse des cris, toi qui n'as pas éprouvé les douleurs de l'enfantement! Car les enfants de la délaissée seront plus nombreux Que les enfants de celle qui était mariée.

 

 

- Qui est donc une mère.

Galates : 3: 33,35.

_      Yeshoua dit:

Qui est ma mère, et qui sont mes frères? Puis, jetant les regards sur ceux qui étaient assis tout autour de lui: Voici, dit-il, ma mère et mes frères. Car, quiconque fait la volonté de Dieu, celui-là est mon frère, ma soeur, et ma mère.

 

Les croyants sont donc une mère.

Chaque âme de croyant porte le Messie en elle, comme en un sein maternel.

Si cette âme n’est pas transformée par la sanctification elle ne peut pas être mère du messie par l’accomplissement de la reconnaissance de la Torah. Tous ne parviennent pas à enfanter, car l’enfant a besoin d’être alimenté par le liquide amniotique.

 

Le liquide amniotique a la même teneur que l’eau de mer.

L’eau de la mère est semblable à l’eau de la mer. Et qui peut donner aussi parfois l’haut de l’amer.

 

-L’eau dans l’alphabet hébraïque correspond à la lettre « Mem » et porte le numéro 40;

  • 40 comme le temps de la gestation, l’isolement  et la transformation, (le désert).

Moïse fut sauvé des eaux il sort de l’eau purifié imbibé des eaux de la Torah qui a reconstitué  les eaux primordiales de la création. La séparation des eaux d’en haut et des eaux d’en haut.

L’homme Elohim et l’Adam  l’homme d’en haut et l’homme d’en bas.

 

 

- Comme aux jours de Noé ou les eaux d’en haut purifièrent toute la terre

 

-Nous sommes tous des mères potentielles qui peuvent concevoir la naissance de Yeshoua, Car Dieu a placé la pensée de l’éternité en chacun, cette pensée n’est pas une simple pensée c’est le lien existant  de Dieu qui se matérialise par la foi et qui prend vie par sa fonction de croire que Dieu existe ; sa matérialisation du foetus ne se réveille dans ce flot qui le baigne de l’eau d’en haut afin que l’être d’en bas se forme dans notre être.

L’ensemble du corps se transforme, prenant possession du corps tout entier, c’est l’âme qui forme la vie de Yeshoua qui dans chaque particule redonne la vie et chaque jour se renouvelle et s’accroît  et l’homme diminue.

 

Ce développement est caractérisé par le cordon ombilical qui se nourrit de Torah.

La résurrection de l’être se manifeste miraculeusement .

 

Nous sommes mère, et non stérile et chaque naissance de croyant donne naissance à Yeshoua. Chaque être qui vit c’est  par Yeshoua qu’il vit.

Galates 2:20.

J'ai été crucifié avec le Messie; et si je vis, ce n'est plus moi qui vis, c’est le Messie qui vit en moi; si je vis maintenant dans la chair, je vis dans la foi au Fils de Dieu, qui m'a aimé et qui s'est livré lui-même pour moi.

 

Car c’est quand on accepte de mourir que l’on vit.

Accepter de faire mourir l’homme pour que l’Elohim vive en nous.

Porter sa vie sur l’autel  comme le premier né de la femme esclave afin de faire vivre le premier né de la femme libre.

Comme Agar qui fut la femme esclave dont son premier né Ismaël le fils indocile,  ne fut pas celui qui était spirituel quoique que l’allégorie nous dit aussi:  lorsque elle fut dans le désert elle trouva de l’eau caché dans le désert quand elle pleura et cria à Dieu et Il lui ouvrit les yeux.

De Sa foi et elle reçut  la source intérieure de la fontaine des eaux de la Torah.

Et ils furent sauvés.

Tandis que fut conçu en Sarah Isaac le fils docile l’homme spirituel.

 

 

-Hébreux 11:11.

 

 

C'est par la foi que Sarah elle-même, malgré son âge avancé, fut rendue capable d'avoir une postérité, parce qu'elle crut à la fidélité de celui qui avait fait la promesse

13.

 

C'est dans la foi qu'ils sont tous morts, sans avoir obtenu les choses promises; mais ils les ont vues et saluées de loin, reconnaissant qu'ils étaient étrangers et voyageurs sur la terre.   

 

 

-Ce temps est le temps du rassemblement, de l’unité. Dieu va élargir les espaces de nos tentes afin que la terre ne soient plus stérile mais qu’elle enfante le Messie . Actuellement nous somme face à pharaon et les plaies ont commencé, chaque étape frappe plus fort jusqu’à ce que tous entrent dans la Jérusalem la Grande mère.

 

La Rencontre avec la Mère divine est une étape essentielle pour notre conscience, totalement incompréhensible pour l'intellect. Car la Grande Mère est le Tout. Elle est le corps même de la création, Elle soutient les univers, son Essence est partout. Et son Essence est Amour pur. Elle est la Matrice ultime, dont nous sommes tous les enfants.

 

 

Le monde a besoin de renaître, de rentrer dans sa position foetale et  sentir Sa Mère donner l’amour.

Elle soulève pour nous le voile de l'Illusion, et nous invite à LE voir en tout.  Elle exprime le shalom de Yeshoua.

 

Le Messie est à la porte et chaque fléau qui distinguera le peuple et séparera les bons et les mauvais.

 

Nous devons nous mobiliser en actes et en paroles nous devons nous mobiliser par la prière je ne dit la P’tite prière tranquille je parle de la prière intense et combattante avec fracas. Des rencontres de prières devraient s’organiser afin de crier à Dieu afin de véritablement mettre sa vie sur l’autel afin de faire mourir notre vie d’homme et que toute la Vie prenne Vie en nous et supplier Dieu qu’il se révèle à ses enfants en force afin que les pharaons tombent  engloutis et que nous soyons libéré.

 

-Ainsi la source d’eau vive me rappelle au souvenir de la vie d’en haut.

Aux jours anciens où mon âme était plongée dans les profondeurs des eaux de l’Amour.

 

Ki tetsé « lorsque tu sortiras».

Souviens toi que lorsque tu vint au monde, tu fut voilé jusqu’au moment ou tu m’aperçus.

 

N’oublis pas d’où tu viens, de la source du Vivant et n’oublie pas Amalek qui veut te détruire en t’injectant non pas l’eau de la vie mais il veut t’injecter l’eau de la mort afin que tu meurs dans ce liquide amniotique dévitaliser qui fait mourir les bébés.

 

 

 

Dit Dieu qui nous aime.

 

 

 

Shabbat shalom.

L.B

 

Lecture de la parasha : Deutéronome: Chapitre 21 verset 10 à chapitre 25 verset 19.

Lecture de la haftarah : Esaïe: Chapitre 53 verset 1 à chapitre 54 verset 10.

Lecture  messianique : 1 Corinthiens: Chapitre 9 verset 1 à 27.

Rédigé par Lydia.B

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article