Parasha Terouma du samedi 20 février 2021.

Publié le 19 Février 2021

Parasha Terouma du samedi 20 février 2021.

L’arche.

 

La parasha terouma c’est une offrande, un prélèvement.

Et voici l’offrande qu’ils m’apporteront:

De l'or, de l'argent et de l'airain; des étoffes teintes en bleu, en pourpre, en cramoisi, du fin lin et du poil de chèvre; des peaux de béliers teintes en rouge et des peaux de dauphins; du bois d'acacia; de l'huile pour le chandelier, des aromates pour l'huile d'onction et pour le parfum odoriférant; des pierres d'onyx et d'autres pierres pour la garniture de l'éphod et du pectoral. Ils me feront un sanctuaire, et j'habiterai au milieu d'eux. Vous ferez le tabernacle et tous ses ustensiles d'après le modèle que je vais te montrer.

 

Ils feront une Arche de bois d’acacia…..

 

Tu feras un propitiatoire d'or pur……le propitiatoire c’est le couvercle de  l’Arche. Avec deux anges qui le recouvrent avec leurs ailes.

Ces deux anges debout sur leurs pieds ( et pas à genoux comme c’est souvent représenté).

Leurs ailes étendues en avant face à face se touchant recouvrant tout le propitiatoire faisant comme une ombre sur l’Arche.

 

 

Propitiatoire veut dire: Qui a pour but de rendre la divinité propice.

S‘attirer les faveurs de Dieu, le pardon de Dieu.

 

Propitiatoire se dit en hébreu: Kapperet qui exprime:  expier kapperet c’est une expression de Kippour la fête de Kippour la fête des expiations des péchés.

 

Une fois par an le propitiatoire était aspergé de sang expiatoire par le souverain sacrificateur pour la purification des péchés du peuple.

 

Dieu dit:

Tu mettras le propitiatoire sur l'arche, et tu mettras dans l'arche le témoignage, que je te donnerai. C'est là que je me rencontrerai avec toi; du haut du propitiatoire, entre les deux chérubins placés sur l'arche du témoignage, je te « communiquerait » tous mes ordres pour les enfants d’Israël.

 

Ce  terme « communiquerai » ou « parlerai » écrit en Araméen selon la traduction la plus appréciée selon les scribes se dit: Memra dont le sens approfondi donne le sens exact de l’écriture.

Memra: signifie « le verbe » « la divinité dans le verbe » « La parole du fils de Dieu ».

Contrairement à « PARLER » quand Dieu s’adresse à Moïse précisément pour lui dire quelque chose comme par exemple : Ainsi  la parole de l’Eternel lui fut adressé:  La parole ici s’écrit « daban » comme discourt.

 

 

On saisit la différence d’expression sur le propitiatoire de l’arche l’Eternel veut parler (Memra) par le « verbe » par le fils Yeshoua.

Memra devient la parole vivante.

Le verbe Memra est devenu chair et il a établi sa tente parmi nous

Yeshoua se substitue au tabernacle où au temple.

 

Jean:2:18,22.

 

Les Judéens, prenant la parole, lui dirent: Quel miracle nous montres-tu, pour agir de la sorte? Yeshoua leur répondit: Détruisez ce temple, et en trois jours je le relèverai. Les Judéens dirent: Il a fallu quarante-six ans pour bâtir ce temple, et toi, en trois jours tu le relèveras! Mais il parlait du temple de son corps. C'est pourquoi, lorsqu'il fut ressuscité des morts, ses disciples se souvinrent qu'il avait dit cela, et ils crurent à l'Ecriture et à la parole que Yeshoua avait dite.

 

 

Au-dessus du propitiatoire c’est là que tout se passe.

 

C’est dans cet espace que l’expiation des péchés est réalisé.

 

Mais ce qui est encore plus magnifique c’est de comprendre cette correspondance.

La plus grandiose des correspondances!

 

Luc:24:1,8.

 

Le premier jour de la semaine, elles se rendirent au sépulcre de grand matin, portant les aromates qu'elles avaient préparés. Elles trouvèrent que la pierre avait été roulée de devant le sépulcre; et, étant entrées, elles ne trouvèrent pas le corps du Seigneur Yeshoua. Comme elles ne savaient que penser de cela, voici, deux hommes leur apparurent, en habits resplendissants de lumière. Saisies de frayeur, elles baissèrent le visage contre terre; mais ils leur dirent: Pourquoi cherchez-vous parmi les morts celui qui est vivant? Il n'est point ici, mais Il est ressuscité. Souvenez-vous de quelle manière Il vous a parlé, lorsqu'Il était encore en Galilée, et qu'Il disait: Il faut que le Fils de l'homme soit livré entre les mains des pécheurs, qu'Il soit crucifié, et qu'Il ressuscite le troisième jour. Et elles se ressouvinrent des paroles de Yeshoua.

 

 

Les deux anges qui veillaient le tombeau de Yeshoua attestant l’accomplissement de la prophétie du propitiatoire.

 

L’Arche se dit en hébreu « TEVAH », qui veut dire: « COFFRE », « CAISSE ». et par extension « TEVAH » c’est aussi « LE MOT ».  « LE VERBE ».

 

Pour l’Arche de Noé Dieu lui dit :Fais toi un Tevah; Dieu vient lui dire: Fais toi « UN MOT », UN VERBE ».

Cela se confirme par les dimensions cette arche qui donne une dimension de 380 coudées donnant la valeur numérique correspondant à « Lachone » mot hébreu qui veut dire  « La langue », « le verbe qui parle ».

 

 

Toutes ces fabuleuses correspondances qui donnent le sens de la plus grande des vérités.

 

 

Yeshoua est sortie de l’arche. « Du tombeau, (coffre, caisse) ».

L’arche a été ouverte, la pierre a été roulé. Le propitiatoire fut ouvert, qui auparavant s’ouvrait qu’une seule fois par an pour Kippour, pour le service expiatoire.

Mais l’expiation des péchés s’est réalisé par la mort et la résurrection du Messie Yeshoua; Ce pardon unique est offert à tous ceux qui croiront que Yeshoua est le fils de Dieu descendu sur terre pour nous sauver de la perdition auquel nous étions destinés.

 

 

Cette parasha Terouma qui quantifie une multitude de révélations nous donne aujourd’hui une révélation de l’arche de l’alliance qui préfigurait la résurrection de Yeshoua pour nous donner la vie Eternelle.

 

Mais cette vie éternelle c’est la vie de l’âme qui chemine son exil pour retrouver le Père.

Ce cheminement pour notre réparation, séparation, qui eut lieu par le péché d’Adam dont nos âmes étaient en lui et ayant péché avec lui.

 

L’exil que Dieu nous proposé c’était de poursuivre 6OOO ans d’existence en vivant avec la Torah et ses lois et commandements; afin de nous sanctifier car il fut prévu qu’à la fin des temps nous serions sanctifiés pour la venue du messie qui devait nous purifier totalement, car le troisième temple devait se construire par les âmes sanctifiaient des êtres humains.

 

Il devient alors évident de comprendre que ce troisième temple se construit par la reconnaissance du seul fils de Dieu La Parole, Le Verbe, (Le Mot) qui fut la Torah qui devait devenir un homme avec du sang pour faire l’expiation des péchés.

Cet  Homme  le fis de Dieu Yeshoua est bien mort et ressusciter à la Pâque,(Pessah).

C’est pour cela que le miracle de la résurrection qui nous est offert pour la vie éternelle fût de reconnaitre Yeshoua lors d’une fête biblique.

 

La gravité de se rebeller contre ces enseignements et continuer et persister dans le blasphème du fils de Dieu Yeshoua lui donnant un culte de paque version étrangère de paque catholique ou évangélique résulte de la plus grande des abominations devant Dieu.

 

Celui qui se prosterne et honore un paque de cette façon est mort devant Dieu.

 

Car si Dieu nous a ordonné de lire de méditer et de ne jamais oublier la Torah jusqu’à  la fin des temps c’était bien pour que l’on fasse cette distinction entre Yeshoua mort et ressusciter à la Pâque biblique (Juive), qui nous permet de distinguer le vrai du faux Pâque en prenant des références avec l’alliance du Sinaï qui est notre preuve que Le Verbe, La Parole qui est Yeshoua est bien celui qui fut dans l’arche entre les deux anges, qui sur l’arche avec leurs ailes ils voilaient la prophétie comme une ombre des choses à venir.

 

Romains 3:25,26.

C'est lui que Dieu a destiné, par son sang, à être, pour ceux qui croiraient victime propitiatoire, afin de montrer sa justice, parce qu'il avait laissé impunis les péchés commis auparavant, au temps de sa patience, afin, dis-je, de montrer sa justice dans le temps présent, de manière à être juste tout en justifiant celui qui a la foi en Yeshoua.

Lire hébreux 9 en entier.

 

 

Shabbat shalom

L.B

 

 

Lecture de la parasha : Exode : Chapitre  25 verset 1 à chapitre 27 verset 19.

Lecture de la haftarah : 1 Rois : Chapitre 5 verset 26 (12) à chapitre 6 verset 13.

Lecture messianique : Hébreux: Chapitre 9 verset 1 à 28.

Rédigé par Lydia.B

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article