Chemini Atseret Simhat Torah 2020.

Publié le 9 Octobre 2020

Chemini Atseret Simhat Torah 2020.

En conclusion!

 

Dès vendredi soir 9 octobre 2020 jusqu’à samedi soir plus suivi d’un prolongement jusqu’à dimanche  nous fêterons le dernier rendez-vous du cycle des fêtes de Dieu.

Cette fête s’appelle Chemini Atseret et Simhat Torah.

 

Chemini Atseret c’est la clôture du huitième jour de la fête de Souccot et une clôture générale, fin de la lecture des parasha de l’année, fin d’un cycle qui s’ouvre sur une nouvelle vision des choses.

 

A Chemini Atseret on ne va plus dans la Soucca donc vendredi soir « Shabbat Chemini Atseret » on reprend ses habitudes à la maison.

C’est une fête où tous doivent se réjouir, la joie est le principal commandement. Même si on passe par des moments difficiles en ce jour il faut essayer d’être content de vivre pour montrer que nous avons confiance en une espérance à venir vers une fin heureuse, car cette fête d’un degré spirituel exceptionnel nous enseigne sur notre avenir avec Dieu.

La coutume veut que l’on prenne un rouleau de la Torah enlacé dans ses bras et que l’on danse avec; Ou si on n’a pas de rouleau on danse avec sa Bible.

Cette fête sera bien sur célébrée avec un repas qui fait plaisir.

 

L’idée prophétique de la fête se ramène à cette petite histoire qu’on se remémore souvent chaque année à cette occasion.

- « C’était il y a fort longtemps un grand Roi organisa les noces de son unique fils. Il fit un grand festin auquel il y convia tous les amis de son fils. Le festin qui dura Sept jour puis il dit a ses proches: Je voudrai que vous restiez encore un jour de plus car  cette fête a été pour moi une grande joie, je voudrez continuer avec vous, et je sortirai  le meilleur vin que j’ai gardé pour la fin avec vous mes proches. »

 

 

C’est une histoire qui révèle que seulement ceux qui ont vécu prés du fils seront unis à Lui comme une épouse. Et ceux qui auront résisté à son appel des commandements mais qui à la fin reviendront seront les invités des noces mais ceux qui se sont rebellé toute leur vie ont du souci à se faire.

 

Mathieu 22: 1 à 14.

 

Yeshoua, prenant la parole, leur parla de nouveau en paraboles, et il dit: Le royaume des cieux est semblable à un roi qui fit des noces pour son fils. Il envoya ses serviteurs appeler ceux qui étaient invités aux noces; mais ils ne voulurent pas venir. Il envoya encore d'autres serviteurs, en disant: Dites aux conviés: Voici, j'ai préparé mon festin; mes boeufs et mes bêtes grasses sont tués, tout est prêt, venez aux noces. Mais, sans s'inquiéter de l'invitation, ils s'en allèrent, celui-ci à son champ, celui-là à son trafic; et les autres se saisirent des serviteurs, les outragèrent et les tuèrent. Le roi fut irrité; il envoya ses troupes, fit périr ces meurtriers, et brûla leur ville. Alors il dit à ses serviteurs: Les noces sont prêtes; mais les conviés n'en étaient pas dignes. Allez donc dans les carrefours, et appelez aux noces tous ceux que vous trouverez. Ces serviteurs allèrent dans les chemins, rassemblèrent tous ceux qu'ils trouvèrent, méchants et bons, et la salle des noces fut pleine de convives.

 

Le roi entra pour voir ceux qui étaient à table, et il aperçut là un homme qui n'avait pas revêtu un habit de noces. Il lui dit: Mon ami, comment es-tu entré ici sans avoir un habit de noces? Cet homme eut la bouche fermée. Alors le roi dit aux serviteurs: Liez-lui les pieds et les mains, et jetez-le dans les ténèbres du dehors, où il y aura des pleurs et des grincements de dents. Car il y a beaucoup d'appelés, mais peu d’élus.

 

 

 

 

Car le vin qui a été servi en premier c’est  le symbole des sacrifices du sang des animaux qui était l’ombre des choses qui devaient venir par le sang de Yeshoua le meilleur (sang) le meilleur vin.

Mais le premier vin le moins bon c’est celui qui était apporté par la Torah qui nous rappelle que ce sang là était pour notre sanctification,  mais que le sang de Yeshoua c’est pour sauver notre âme, car sans la sanctification que procure l’enseignement de la Torah qui à chaque shabbat et chaque fête nous sanctifient et nous purifie de  nos transgressions nous arrivons à vider nos vases de péchés pour les remplir de sainteté et ce changement se réalise par notre conscience et notre désir de vivre comme nous a recommandé Yeshoua de célébrer chaque shabbat et chaque fête.

Ainsi Il pourra nous remplir de lui car il est comme un arbre en nous qui s’élève, alimenté par son Esprit si nous menons une vie rythmée par les ordonnances de Dieu que Moïse a transmis et bénit les tribus (peuples) qui sont soumis à Dieu par le lien D’amour  de la Torah qui rythme notre vie à suivre les événements bibliques garder selon le calendrier hébraïque.

Car si la bible est écrite en parabole l’Esprit de Dieu nous ouvre la perception imagée qu’elle contient.

 

 

 

Jean 2: 1 à11.

-Or, il y avait là six vases de pierre, destinés aux purifications des Juifs, et contenant chacun deux ou trois mesures. Yeshoua leur dit: Remplissez d'eau ces vases. Et ils les remplirent jusqu'au bord. Puisez maintenant, leur dit-il, et portez-en à l'ordonnateur du repas. Et ils en portèrent. Quand l'ordonnateur du repas eut goûté l'eau changée en vin,-ne sachant d'où venait ce vin, tandis que les serviteurs, qui avaient puisé l'eau, le savaient bien, -il appela l'époux, et lui dit: Tout homme sert d'abord le bon vin, puis le moins bon après qu'on s'est enivré; toi, tu as gardé le bon vin jusqu'à présent. Tel fut, à Cana en Galilée, le premier des miracles que fit Yeshoua.

Il manifesta sa gloire, et ses disciples crurent en lui.

 

 

 

 

Le vin qui conduit nos sens a une certaine ivresse  semblable à l’union que nous devrions ressentir à cette fête. L’union avec Dieu dans un corps transformé en un corps céleste le corps purifié pour ne faire qu’un avec Yeshoua.

 

Prendre  les rouleaux de la Torah dans ses bras la serrer très fort en dansant sont des  actes prophétiques  qui nous aident à comprendre le sens de cette fête et nous encouragent à la fêter avec plus de discernement. Car ces moments nous les vivrons dans les temps accomplis.

Les sages disent: « La Torah elle-même se réjouit de danser et qu’un jour la Torah aura des jambes pour danser. »

 

Oui la Torah c’est transformer en homme le Messie est venu sous le nom de Yeshoua. Sa vie sur terre fut le sacrifice promis par Dieu par son acte il nous a sauvé pour toujours.

 

Cette fête c’est un hymne à la joie; une reconnaissance éternelle car Il est mort pour nous donner la vie.

CELEBRER cette fête c’est admettre que Yeshoua c’est celui qui est sorti du rouleau de la Torah et que notre âme vit par Lui et cette fête c’est notre  reconnaissance unique, aucune autre fête ne nous offre ce privilège de Le célébrer, L’Honorer, lui montrer notre amour et notre reconnaissance. Nos prières et nos paroles d’amour envers Yeshoua non de sens qu’a cette fête car c’est le scellement le plus grand qui nous eut été donné en ce jour, c’est l’union unique le mariage dans toute sa splendeur, notre âme se lie à Lui pour l’éternité; comme une ivresse de joie on est  retourné à notre première conception celle qui  était au commencement.

A cette fête nous finissons la lecture de la Torah et nous commençons la lecture de la genèse,  comme pour nous rappeler qu’au commencement nous étions déjà là, unis à notre créateur sans péché; depuis le commencement……

 

 

 

Dans le Razal, il est rapporté cette note:

Genese :1:2.

Le souffle ( ou l’Esprit ) de Dieu planait sur la surface ses eaux .

 

Le souffle de Dieu c’est le Nom DU Messie.

  C’est le nom de Yeshoua.

 

Car nous somme formés de Lui et par le péché nous avons avorté de Lui et par notre retour vers Lui  suivant notre engagement envers Lui nous nous réunissons en Lui.

 

 

Conclusion

Une vie sans Dieu, Sans Torah, Sans  Yeshoua est forcément un retour à la case départ, mais dans des conditions certainement plus dure. Mais une vie avec Dieu, avec la Torah, et avec Yeshoua c’est une libre entrée dans les Lieux Saints avec Dieu pour l’éternité.

 

Voilà Chemini Atseret et Simhat Torah c’est emprunté le chemin qui mène à la vie pour toujours dans l’amour inconditionnel de Dieu.

Car notre âme en souffrance continuelle  languit son union avec son créateur.

 

Prière d’ouverture de la fête

 

« Barou’r Ata Ado-naï Elo-hénou Mélè’h Haolam Chéhé’héyanou Vekiyemanou Vehiguianou Lizmane Hazé » -

 « Béni sois-Tu, Eternel, notre Dieu, Roi du monde, qui nous a fait vivre et exister et parvenir à cet instant ».

 

 

On partage le vin prière comme à shabbat 

On parage le pain prière comme à shabbat 

Sans faire le lavage des mains.

 

Les lectures sont:

 

Deutéronome: Chapitre 33 verset 1 à chapitre 34 verset 12. 

Genèse : Chapitre 1 verset 1 à chapitre 2 verset 3.

Josué : Chapitre 1 verset 1 à 18.

Jean : Chapitre 7 verset 37 à 4O.

Apocalypse : Chapitre 21:1 à 22:5.

 

 

Bonne fin heureuse Shabbat shalom

L.B

 

 

 

 

Rédigé par Lydia.B

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article