Parasha Ki tavo Samedi 5 septembre 2020.

Publié le 4 Septembre 2020

Parasha Ki tavo Samedi 5 septembre 2020.

 

C’est mon choix.

 

La parasha Ki tavo de cette semaine qui suit la parasha Ki Tétsé de la semaine dernière, vient faire la conclusion de notre engagement envers Dieu.

 

Ki Tétsé= Lorsque tu sortiras.

Ki Tavo = Lorsque tu entreras.

 

 

Dans la vie tout est question de choix les bons choix seront sources de joie mais les mauvais choix entrainent toujours des galères.

 

Pour faire les bons choix il vaut mieux prier pour que Dieu nous aide.

Mais pour accepter les choix qui viennent de Dieu il faut être opportuniste ou le devenir.

C’est-à-dire avoir une  attitude consistant à régler sa conduite selon les circonstances du moment, que l'on cherche à utiliser toujours au mieux de ses intérêts.

 

Robert Frost (poète) dans sa mémorable citation a dit: 

« Deux chemins s’offraient à moi, et là j’ai suivi celui où on n’allait pas, et j’ai compris toute la différence ».

 

 

Il faut trouver sa propre conviction et marcher selon sa propre cadence. Verset 8 du chapitre 27;

« Fais silence et écoute ».

 

 

Il faut arrêter d’être des moutons qui suivent des bergers de foire.

Les bergers de foire offrent une excellente animation, de bons divertissements, mais l’herbe y est pierreuse.

Ils entretiennent le plus grand danger pour les croyants « le conformisme ».

Les dangers du conformisme met en périls nos propres convictions. Le conformisme c’est la pensée d’être comme les autres se fondre dans la masse.

Alors que l’opportuniste s’en fout de ce que pense les autres.

Le conformisme nous scelle dans le besoin d’être accepté, être trouvé normal.

L’opportuniste saisit sa chance même s’il devient impopulaire et que son entourage trouve que c’est mal ce qu’il fait.

 

Nos convictions sont uniques, faire le choix de suivre les lois ce n’est pas marcher au pas comme des moutons, mais trouver son chemin qui mène à  la vérité, la vie, à son rythme.

Choisir un enseignant qui préconise les lois de la Torah apporte les éclaircissements nécessaires pour avancer pas à pas.

 

« Lorsque tu entreras » c’est le sens de notre parasha qui est la cinquantième parasha cela nous enseigne que nous franchissons la porte de la sagesse. Nous atteignons un stade crucial de notre existence dans notre engagement envers Dieu.

 

Cette parasha va nous élever vers des sommets jamais atteints.

 

Cette parasha se concentre sur une liste de malédictions et une liste de bénédictions.

 

La lecture de texte nous ouvre une porte si on est opportuniste car le texte est écrit au conditionnel c’est-à-dire avec un  « Si »!

« Si » tu marches selon la loi tu seras béni, mais « si » tu marches pas selon la loi de la Torah tu seras maudit.

 

 

C’est claire, net et précis.

 

 

C’est mon choix de choisir la bénédiction, c’est mon choix de choisir de suivre le chemin le moins emprunté, c’est mon choix que d’écouter Dieu.

 

Voici le texte: Quand tu entreras dans le Jourdain, érige un autel sur le Mont Hébal offre ton holocauste et réjouis-toi en présence de Dieu et tu écriras le contenu de la loi ….. et en ce jour tu es devenu le peuple de Dieu, tu obéiras donc à la voix de l’Eternel ton Dieu.

 

Si on s’arrête sur le texte en étant opportuniste on peut comprendre comme suit:

 

Quand tu entreras dans les eaux du Jourdain, mikvé; (baptême), en Yeshoua le Messie tu te réjouiras sur le Mont Hébal et là tu écriras ton accord de suivre les commandements et en ce jour ..tu es devenu le peuple de Dieu.

  

Le Mont Hébal c’est le Mont où Moïse a cité les malédictions.

Et le Mont Garizim c’est le Mont où Moïse a cité les bénédictions.

Ce qui serait logique ce serai de ce réjouir su le Mont Garizim. Mais le texte dit :

Tu te réjouiras sur le Mont Hébal.

 

Car le véritable engagement et le seul engagement c’est de s’engager en acceptant l’immersion dans l’eau au nom de Yeshoua car il a pris sur lui toutes les malédictions lorsqu’Il est mort sur le bois.

Mais le verset précise: « tu l’écriras afin de sceller l’alliance et tu te réjouiras ».

 

Car nous sommes justifiés par la foi en Yeshoua car toutes les nations sont justifiées par la foi comme il a été prononcé sur Abraham.

 

Car tous ceux qui croient en Dieu sont sous la malédiction, s’ils n’observent pas la loi étant spirituel; car il est écrit: Maudit est quiconque n'observe pas tout ce qui est écrit dans le livre de la loi, et ne le met pas en pratique.

 

Car ceux du monde ne sont pas des croyants ils n’entrent pas dans le cadre spirituel, ils ne sont pas le peuple de Dieu, et la loi n’a pas d’effet sur eux. Mais les croyants entrent dans l’alliance et deviennent peuple de Dieu soumis à  Son Esprit, et la loi prend effet.

 

Or les promesses ont été faites à Abraham et à sa postérité. Il n'est pas dit: et aux postérités, comme s'il s'agissait de plusieurs, mais en tant qu'il s'agit d'une seule: et a ta postérité, c'est-à-dire, au Messie.

 

Or nous parlons que la loi sur le sacrifice de la Pâque qui a été comme un médiateur jusqu’à que Yeshoua soit la Pâque ainsi on peut être justifié par la foi de croire qu’il est Le Pessah la Pâque qui nous justifie.

 

Car vous êtes tous fils de Dieu par la foi en Yeshoua le Messie; Vous tous, qui avez été baptisés en Mashiah, vous avez revêtu Le Messie Yeshoua.

 

 

 

 

Le Messie Yeshoua nous a rachetés de la malédiction de la loi, étant devenu malédiction pour nous, car il est écrit: Maudit est quiconque est pendu au bois, - afin que la bénédiction d'Abraham eût pour les païens son accomplissement en Yeshoua le Messie, et que nous recevions par la foi l'Esprit qui avait été promis.

 

 

Ki Tavo = Lorsque tu entreras.

Lorsque tu entreras dans l’eau du Mikvé (Baptême).

 

Notre engagement véritable est selon comme il est écrit:  la promesse que toutes les malédictions seront annulées. Si nous suivons le chemin de la sanctification des commandements.

Le texte précise de l’écrire.

Donc si l’on s’engage dans les eaux nous devons formuler un écrit de circonstance et d’engagement à suivre les lois de Yeshoua comme il est écrit: Afin que l’on soit un peuple consacrer.

 

Que notre engagement soit conforme aux écritures selon que l’on reconnaisse que le Messie est Yeshoua, qu’Il a pris toutes nos malédictions Si nous observons et mettons en pratique les commandements.

 

Prière à écrire pour l’engagement lors du Mikvé (Baptême). Daté et signé.

 

En ce jour je m’engage par la foi et par l’acte à entrer dans l’eau par  immersion  et d’observer les lois de la Torah selon que Yeshoua nous a enseigné.

Car en ce jour les malédictions sur ma vie s’annulent car Yeshoua m’a racheté de la malédiction, Il est devenu malédiction pour moi.

En ce jour de joie je m’attends à la promesse que Dieu a formulé par Moïse qu’il placera les bénédictions  sur ma famille et moi-même, dans tous mes biens, et qu’Il me fasse réussir dans tous ce que j’entreprends.

Car en ce jour j’appartiens à Dieu. Il vit en moi je fais partie de son peuple. Amen.

 

Shabbat shalom

 

 

L.B

 

Lecture Ki Tavo.

Lecture de la parasha: Deutéronome: Chapitre: 26 verset 1 à chapitre 29 verset 8 (9).

Lecture de la haftarah: Esaïe: Chapitre: 60 verset 1 à 22.

Lecture messianique:  Galates: Chapitre: 3 verset 1 à 29.

Rédigé par Lydia.B

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article