Parasha Choftim du samedi 22 août 2020.

Publié le 21 Août 2020

Parasha Choftim du samedi 22 août 2020.

Mentor ou menteur!

 

 

 

 

 

La grande parasha choftim aborde les questions fondamentales relatives  au chef du peuple de Dieu.

Choftim c’est la parasha des juges; des gardes.

 

En bref;

Ça commence par une discussion concernant les juges, puis les lois concernant les divers rôles des mentors au sein de la communauté.

Le refus d’accepter les autorités est déclaré une faute capitale.

Il nous est ordonné de nommer des juges dans chaque ville. Choisir un Roi et le couronné.

L’interdiction absolue de consulter les voyants, les médiums, les astrologues ou les sorciers ou ceux qui interrogent les morts.

Il faut deux témoins pour accuser quelqu’un.

L’ordonnance de prévoir des villes de refuges; et toujours chercher à concilier avant toute procédure.

Ne pas couper les arbres fruitiers.

 

 

Le mot hébreu  pour ville utilisé dans le texte est « Chearekha » qui signifie littéralement « portes ». Les portes de notre personne.

 

Placer des gardes devant nos portes contre toutes intrusions nocives, des policiers qui feront appliquer la loi que les juges ont ordonné.
Combattre les voix intérieures qui s’opposent à nos  bonnes décisions.

 

L’ordonnance impérative de cette parasha  c’est avant tout de se choisir un roi pour autorité et si soumettre, et de désigner des guides, des mentors que nous pouvons suivre à chaque fois que l’on en a besoin.

 

Choisir un roi, un prophète, un serviteur. Un mentor.

 

Yeshoua le Messie fut envoyer comme le Serviteur de Dieu; son Prophète, son Roi.

Choisir Yeshoua pour Roi c’est accepter les conditions de son règne.

C’est s’engager avec Lui pour la vie. Changer de vie.

 

Les choses anciennes sont passées le Messie Yeshoua est venu, les choses sont nouvelles.

Il nous a ordonné de changer le mal en bien.

 

 

 

 

Le bon penchant se dit en hébreu yétser Ha-Tov et le mauvais penchant se dit: yétser Ha-Ra’.

 

C’est tout le discours de ce texte; le procès entre le yétser Ha-Tov et le yéster Ha-Ra’.

Le roi Salomon cite dans Ecclésiaste 4:13.

«  Un enfant pauvre et sage est préférable à un roi vieux et idiot ».

Nos maîtres, nos mentors enseignent ce verset de la façon suivante.

Un enfant pauvre et sage c’est le yéster Ha-Tov et un roi vieux et idiot c’est le yétser Ha-Ra’.

 

En effet le yétser Ha-Ra’ est  en l’homme dès sa naissance c’est pour cela qu’il est appelé  vieux par contre le yétser Ha-Tov se developpe après si on le veut bien, il est appelé jeune, en instituant des juges et des magistrats devant toutes nos portes.

 

Rabbi ‘Haïm VITTAL z.ts.l écrit que le corps humain possède plusieurs portes:

La porte de la vision, c'est-à-dire les yeux; la porte de l’odorat, c'est-à-dire le nez ; la porte de l’audition, c'est-à-dire les oreilles ; la porte de la parole, c'est-à-dire la bouche.

Toutes ces portes – qui sont les organes de l’être humain – nécessitent l’étroite surveillance de « juges » et de « magistrats ».

C’est la raison pour laquelle le texte de notre verset s’exprime au singulier: « Tu institueras des juges et des magistrats… » Pour mettre en garde chaque individu du peuple d’Israël afin qu’il érige des barrières à toutes ses « portes ».

 

 

Mettre des gardes devant nos yeux afin qu’ils ne voient pas les mauvaises choses.

La sainteté vient des yeux.

Mettre des gardes devant nos oreilles afin qu’elles n’écoutent pas les menteurs. L’ouïe c’est la vie de l’homme. «Ecoutez et votre âme renaitra ».

Ecoutez les mentors qui sont attentifs à la Torah.

 

Mettre des gardes devant son nez afin qu’il ne ravive pas les mauvaises pensées;

L’odorat c’est le souvenir, par une odeur on ravive des mauvais désirs oubliés.

 

Mettre un garde devant sa bouche pour qu’il ni entre pas de nourriture, boisson ou autres substances interdites et qu’ils n’en sortent pas des paroles grossières, médisantes, ou calomnieuses.

 

On peut se poser la question sur la nourriture est-ce si important de suivre les prescriptions de la Torah?

Car il est dit ce n’est pas ce qui rentre dans la bouche qui souille l’homme mais ce qu’il en sort.

Mais pour bien comprendre ce verset si controversé il faut le comprendre comme cela.

-C’est en rapport de ce qui entre dans la bouche qu’en sera la conséquence de ce qui va en sortir.

Si nous mangeons en conformité de la loi ce qui en sortira sera Saint.

 

 

Il est de plus en plus une mode Vegan, qui semble de belle valeur mais qui n’est absolument pas conforme à  la Torah.

L’homme n’est pas propriétaire de son corps il vit en Dieu et pour Dieu.

L’un des premiers et grand commandement que Dieu à ordonné a l’homme fut les rituels de sacrifice d’animaux . Si Dieu l’a exigé au plus haut niveau de sainteté c’est qu’il y a obligation de consommer de la viande lors des fêtes, chaque célébration est accompagnée de repas de viande.

Les fêtes bibliques constituent le réjouissement de Dieu dans l’homme et l’absorption de la viande bien sur celles autorisé change les mauvaises influences en bonnes influences en nous.

Il n’est pas facile pour l’homme de discerner et admettre ce que nous ne voyons pas.

Mais nous faisons confiance à nos enseignants qui nous guident.

Choisir un Mentor qui regarde, écoute, sent et mange  Torah.

S’éloigner d’un menteur qui ne regarde pas ni n’écoute ni ne sent ni ne mange Torah.

 

 

 

 

 

 

 

 

Ce que nous enseigne nos maitres pour lutter contre les tentations au mal c’est de se réfugier dans l’étude de la Torah.

Cette lutte est une lutte viscérale qui durera jusqu’à notre dernier souffle. Yeshoua et la Torah ne peuvent pas décider pour nous c’est notre combat que de lutter contre ses mauvaises choses  mais notre force réside dans le désir de s’éloigner de toutes mauvaises influences, qu’elle soit humaine matérielle ou virtuelle il faut s’éloigner des choses qui nous tentent a faire mal.

Et toute notre réussite consiste à se choisir un bon mentor et pas un bon menteur.

Un Roi comme Yeshoua qui S’est fait Serviteur pour Dieu en prenant nos péchés  par sa mort, sur le bois qui prophétise que la Torah est notre protection contre nos mauvais penchants.

 

Nous qui croyons que le Messie est Yeshoua et que nous sommes mort avec Lui, nous croyons aussi que nous sommes ressuscités en Lui lors de notre ensevelissement dans l’eau du Mikvé (baptême) nous sommes devenu une même plante avec lui par la conformité à sa mort , nous le serons aussi par la conformité à sa résurrection sachant que notre vieil homme a été crucifié avec lui.

Que le péché ne règne donc plus dans votre corps mortel et n’obéissez pas à ses convoitises. Ne livrez pas vos membres au péché, comme des instruments sans loi sans justice, mais donnez -même à Dieu vos membres comme instruments de justice.

 

———Car, lorsque vous étiez esclaves du péché, vous étiez libres à l'égard de la justice. Quels fruits portiez-vous alors? Des fruits dont vous rougissez aujourd'hui

 

 

Si donc vous êtes ressuscités avec le Messie, cherchez les choses d'en haut, où le Messie est assis à la droite de Dieu. Affectionnez-vous aux choses d'en haut, et non à celles qui sont sur la terre. Car vous êtes morts, et votre vie est cachée avec le Messie en Dieu. Quand le Messie votre vie paraîtra, alors vous paraîtrez aussi avec lui dans la gloire.

 

 

Faites donc mourir les membres qui sont sur la terre, l'impudicité, l'impureté, les passions, les mauvais désirs, et la cupidité, qui est une idolâtrie. C'est à cause de ces choses que la colère de Dieu vient sur les fils de la rébellion, parmi lesquels vous marchiez autrefois, lorsque vous viviez dans ces péchés. Mais maintenant, renoncez à toutes ces choses, à la colère, à l'animosité, à la méchanceté, à la calomnie, aux paroles déshonnêtes qui pourraient sortir de votre bouche. Ne mentez pas les uns aux autres, vous étant dépouillés du vieil homme et de ses oeuvres, et ayant revêtu l'homme nouveau, qui se renouvelle, dans la connaissance, selon l'image de celui qui l'a créé. Il n'y a ici ni Grec ni Juif, ni circoncis ni incirconcis, ni barbare ni Scythe, ni esclave ni libre; mais le messie est tout et en tous.

 

 

Ainsi donc, comme des élus de Dieu, saints et bien-aimés, revêtez-vous d'entrailles de miséricorde, de bonté, d'humilité, de douceur, de patience. Supportez-vous les uns les autres, et, si l'un a sujet de se plaindre de l'autre, pardonnez-vous réciproquement. De même que le Messie vous a pardonné, pardonnez-vous aussi.

 

 

Serviteurs, obéissez en toutes choses à vos maîtres selon la chair, non pas seulement sous leurs yeux, comme pour plaire aux hommes, mais avec simplicité de coeur, dans la crainte du Seigneur. Tout ce que vous faites, faites-le de bon coeur, comme pour le Seigneur et non pour des hommes, sachant que vous recevrez du Seigneur l'héritage pour récompense. Servez le Messie, le Seigneur. Car celui qui agit injustement recevra selon son injustice, et il n'y a point d'acception de personnes.

 

 

Notre vieille nature a été crucifié par notre foi en Yeshoua nous sommes des créatures nouvelles

 

Si quelqu'un est dans le Messie, il est une nouvelle créature. Les choses anciennes sont passées; voici, toutes choses sont devenues nouvelles.

Mais ne faisons pas de cette grâce, un refus d’être enseigné par les maitres les gardiens de la Torah.

Choisissons des enseignants ayant avant tout le respect de la Torah, qui sera toujours pour nous-même et pour le monde les refuges dont nous avons  besoin.

Ne coupons pas l’arbre qui donne le bon fruit de la Torah par son enseignement.

 

 

Shabbat shalom

 

L.B

 

 

Lecture de la parasha: Deutéronome: Chapitre 16 verset 18 à chapitre 21 verset 9.

Lecture de la haftarah: Esaïe: Chapitre 51 verset 12 à chapitre 52 verset  12 + jusqu’au Chapitre 53 verset 12.

Lecture messianique: 1 Corinthiens: Chapitre 5 verset 9 à 13; Hébreux: 10: 28,31.

Rédigé par Lydia.B

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article