Parasha Houkat et Balak du samedi 4 juillet 2020.

Publié le 3 Juillet 2020

Parasha Houkat et Balak  du samedi 4 juillet 2020.

La vache et l’inspiré.

 

 

 

 

Les deux parasha de cette semaine Houkat et Balak sont comme un antonyme. S’opposant l’une à l’autre mais qui en fait sont l’une sans l’autre.

 

En bref c’est l’histoire d’une vache rousse qui purifie, s’ensuit de la fin du voyage,  la mort de Myriam; puis Moïse qui frappe le rocher pour donné de l’eau, puis des serpents dangereux s’attaquent aux contestataires, Moise fabrique un serpent de fer qu’il accroche sur un bois afin que ceux qui ont été mordu à la vision du serpent étaient guéris, puis une bataille contre les Emorites, Sihon et Og;

 

Balak  fait appel à un Balaam un inspiré, prophète et  magicien pour maudire Israël qui en fin de compte ne peut prononcer que des bénédictions sur Israël, puis  Amalek débarque et le peuple se laisse attirer par les idolâtries du peuple de Moab, puis un israélite vient stopper le mal.

 

 

 

La première parasha Houkat commence par nous parler de la loi de la vache rousse comme la loi de la loi comme si cette loi résumait toutes les lois en une seule les 613 lois.

 

Les lois de  la Torah ont été données; 1: sculptées sur les pierres par Dieu, 2:  écrites sur les parchemins par Moïse. 3: gravées dans notre coeur par Yeshoua le Messie.

 

Le fait que l’origine de la loi eut été écrite par les doigts de Dieu prouve la transcendance divine de la Torah elle prouve qu’elle n’est pas sortit même de la plus grande intelligence d’homme, elle est l’introduction dans le monde d’un ordre supérieur qui est l’ordre de la volonté divine et non pas un accommodement qui organiserait  un mode de vie social.

 

Ce qui fut écrit par Moïse  est énoncé de manière à nous rendre libre.

La vraie liberté c’est être capable de vivre son identité primaire en allant retrouver au plus profond de nous la vérité qui est celle de la Torah. C’est en ce sens qu’Israël et la Torah sont UN ;

 

L’identité, la place profonde de l’être  c’est l’âme qui est le souffle divin.

C’est pour cela que Dieu dit à Abraham « לך לך ». Par ces mots, Il lui dit: « Sors de l’endroit où tu te trouves (la Babylonie) et va vers toi (vers ta génialité) ». 

 

Cette identité se découvre lorsqu’on la  cherche au fond de soi comme une introspection foetale.

 

Car l’homme, l’être humain, est un projet. 

Par conséquent, la loi, dans le peuple de Dieu, est en vérité, une sorte d’alliance entre l’intérieur et l’extérieur, où en organisant le monde, je me découvre moi-même; et en me découvrant moi-même, j’organise le monde. C’est cela la loi.

 

La loi est liée à la pureté car celui qui s’en approche s’éloigne du monde où l’impur y est maitre, il s’oppose à la mort que donne l’impureté pour devenir pur par une renaissance.

On renaît à partir d’une décision celle qui est de renoncer à sa vie et ses valeurs égoïstes pour suivre une vie qui se tourne vers Dieu pour vivre en harmonie avec tous autour de la notion de la loi qui nous ramène à l’essentialité du principe de la vie sur terre.

 

Lorsque le premier homme a été créé, il a été créé pour être immortel. C’est suite à la faute qu’il est devenu mortel. Mais  en essence il devait vivre immortel. 

L’homme porte en lui toute la vérité, l’immortalité  il a été crée parfait

Il porte le bien et le mal.

 

Il est olam hazé (une existence éphémère dans ce monde) et olam haba (une existence éternelle dans le monde futur, et donc une dimension immortelle). 

 

Or lorsque la Torah a été donnée, le projet était de réintroduire l’éternité dans l’homme. Car, à ce moment-là, on était censé ne plus mourir.

 

Pour accomplir la loi de la vache rousse: 

-On prenait une vache rousse (couleur qui symbolise le sang du sacrifice.)

-On allait la brûler pour obtenir de la cendre, (symbolise des millions de petites unités; 

-Et on liait celle-ci avec de l’eau (l’eau symbolise le lien, les relations, nécessaire à toute vie). 

Le fait de lier avec de l’eau les cendres de la vache rousse, qui symbolisent la mort, permettait d’être purifiée de celle-ci. 

 

L’eau symbolise ici la Torah. La Torah purifie de la mort, et elle est la seule chose qui peut nous arracher de celle-ci. C’est pourquoi le sujet de la vache rousse est introduit par les mots « Ceci est la loi de la תורה (Torah) », et pas par les mots « Ceci est la loi de la פרה (vache) ». 

 

Car ce qui est important pour nous dans notre vie de tous les jours c’est d’être capable de retraduire la Torah à travers tous les événements de notre vie.

La loi de la vache rousse c’est une eau lustrale qui purifie (la loi de la Torah qui purifie), car en ce texte nous ait donné la vision du Messie Yeshoua.

 

La loi de la vache rousse révèle que la purification ne peut s’atteindre que par la Torah. Car le messie lui-même identifié par la vache rousse et l’eau   la Torah ne peuvent se séparer.

Pour fabriquer l’eau lustrale il fallait utiliser les cendres de la vache rousse et la mélanger à l’eau.

Seulement cette combinaison peut purifier.

 

La parasha Balak présente les ennemis d’Israël les ennemis de la Torah qui cherche l’abolition de la Torah et l’abolissement  d’Israël, et l’abolissement du Messie Yeshoua.

Certains croyants bien penseurs clamants leurs respects pour Israël, mais vénérant un messie sans Torah ont des coeurs de Balak et des bouches de Balaam.

 

Balak ne veut surtout pas que le Messie vienne c’est pour cela qu’il  demande à Balaam de maudire Israël car espérant la fin de ce peuple le messie ne pourrait pas venir.

L’un des principes fondamentaux de la foi c’est de croire en la présence du Messie.

Cette présence se manifeste par l’édification du temple qui est en chaque croyant. Celui qui croit pas au Messie ou à sa venue nie la validité de la Torah.

 

 

Les prophéties attestants la venue du Messie Yeshoua se sont accomplies:

 

Le Messie influencera les nations à suivre le chemin de la Torah.

Le Messie livrera la guerre à nos ennemis et Il les vaincra. (nos démons).

Le Messie ramènera le coeur des exilés à le reconnaitre par la Torah.

Le Messie construira son temple dans les croyants.

Le Messie enseignera les lois dans le coeur  de tous.

Le Messie ramènera les nations par le pardon. (Téchouva).

 

Devant chacun de nous sont placés des obstacles, toutes les forces égoïstes sont appelés Balak, Balaam, etc..,

En les surmontant on peut s’élever et comprendre que tout ce qui s’oppose à Israël est un obstacle, maudire Israël c’est maudire la Torah c’est maudire le Messie Yeshoua.

 

C’est simple à comprendre si on veut suivre Dieu en allant vers des personnes ou des enseignants, des faux inspirés qui s’opposent à Israël c’est que c’est des Balak, Balaam etc..,

 

Lorsque les croyants manifestent de l’ingratitude  l’égard de la Torah c’est qu’interviennent les serpents du désert. Ces serpents évoquent le mal

qui sommeille en nous.

Le serpent l’ego de l’humain qui est le vecteur de la mort, cherchant comment nous éloigner de la vérité; ne résiste pas à celui qui fait appel à Yeshoua pour le secourir.

C’est à travers la reconnaissance de ce Messie-Torah que nous sommes amenés à une repentance(téchouva) qui transforme notre nature humaine qui nous aide et nous révèle notre capacité à repousser le mal .

 

C’est cela Houkat et Balak du bien qui est en nous depuis le souffle divin enfoui, chercher Dieu dans sa plus pure vérité et sa  pureté originelle, lutter contre tous ce qui s’y  oppose pour naitre de nouveau par la vérité qui affranchit.

 

Retrouvé la Torah gravé par Dieu et écrite avec le sang de Yeshoua. Car si nous ne réalisons pas cela nous serons comme des pantins manipulés par une religion qui nous fera croire qu’on est sauvé, alors qu’on ne l’est pas.

 

La parasha mentionne aussi le fait que le chemin qu’on voudrait prendre n’est pas forcément bon même si on pense que n’y passer juste pour voir ou pour aller voir des personnes.( certains lieux religieux). Car si on se croit fort (les filles de Moab sont là pour nous détourner).

 

Car ce qui est dit; c’est pas que la Torah soit pas plus importante que le Messie lui-même ! Non ce qui est dit: c’est que sans la Torah nous ne pouvons pas connaitre le Messie Yeshoua.

Car Le Messie ne se révèle que par une certaine adhésion à  la Torah.

 

 

Shabbat shalom

 

 

L.B

 

 

 

Lecture de la parasha:  Nombres; Chapitre 22 verset 2 à chapitre 25 verset 9.

Lecture de la haftarah: Michée : Chapitre 5 verset 6 (7) à chapitre 6 verset 8.

Jean: Chapitre 3: Verset: 9, 21.

 

Lecture de la parasha: Nombres: Chapitre 19 verset 1 à chapitre 22 verset 1.

Lecture de la haftarah: Juges: Chapitre 11 verset 1 à 33.

2Pierre: Chapitre 2: verset 1, 22

 

 

 

 

 

 

 

 

Rédigé par Lydia.B

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article