Parasha Coré du samedi 27 juin 2020.

Publié le 26 Juin 2020

Parasha Coré du samedi 27 juin 2020.

Tout ce qui brille!

 

Cette parasha qui se nomme Coré ou Korah ou tout autres orthographes est très intéressante. Elle s’étale sur plusieurs sujets qui en fait n’en font qu’un.

 

En résumé sa donne ça:

Coré et sa bande vienne râlaient auprès de Moïse car ils ne veulent plus seulement faire le service des encens au sanctuaire mais veulent concurrencer Aaron dans son service aux sacrifices.

Dieu est en colère et les engloutis vivants au fond de la terre, suivie par des critiques du peuple qui finit par mourir. Aaron intervient et la catastrophe s’arrêta.

Pour stopper toutes contestations chacune des tribus apportèrent un bâton de bois sec gravé de son nom, au lendemain le bâton sec d’Aaron avait bourgeonné, fleurit et fructifier, alors que les autres étaient resté sec.

 

Ce fut par ce signe que L’Eternel confirma son choix pour le service d’Aaron et de ses fils qui restèrent aux sacrifices.

Et Dieu imposa au peuple une dîme qui devra être remise aux Lévites  et à Aaron et ses descendants à perpétuité comme une alliance de sel qui ne devra jamais s’arrêter.

Ainsi les serviteurs du temple ne devaient jamais manquer de rien.

 

 

Dans cette parasha Coré est animé d’un désir de pouvoir qui attise sa jalousie vis-à-vis de ses cousins, Moïse et Aaron. Ce qui le poussait à médire d’eux.

 

Quand on est jaloux de quelqu’un on trouve toujours du mal à dire sur cette personne et on trouve toujours des personnes qui veulent entendre des médisances pour les répéter et les amplifier et ces personnes trouvent encore d’autres personnes pour continuer de lancer des rumeurs et des critiques pour alimenter des complots.

 

Ainsi Coré parlant à Dathan, Abiram et On qui à tous formèrent un clan de 250 personnes qui elles-mêmes attirèrent 14 7OO qui  tous  finir par mourir par la colère de Dieu. Ça fait du monde qui critique Moïse!  Car ils voulaient se moquer de Moïse.

 

Coré et sa clique étaient des personnages clinquants, ils faisaient partie de la noblesse. Ils  étaient attirés par tout ce qui brille, l’argent, et le prestige qu’il en donne.

 

Rabbi Eléazar Hakapar enseigne que la jalousie, le désir, et l’honneur sortent l’homme de sa conscience vers le bien, car en cherchant à satisfaire ses envies égoïstes, il en arrive à passer à coté de la réalité sacrifiant le respect et l’amour dès ses proches. Ces désirs sont un signe d’immaturité.

Cette immaturité les pousse à convoiter les biens d’autrui en créant la discorde au sein même de la famille ou cercle amical.

 

Alors l’homme intelligent ne gaspille pas son temps en querelles de jalousie et en faisant de la médisance car il sait que sa vie le rapproche chaque jour de Dieu mais que l’idiot qui est jaloux s’éloigne de plus en plus de Dieu lorsqu’il dit du mal d’une personne qui est de plus un mensonge.

C’est là que commence la sagesse qui fait naitre la crainte de Dieu.

 

La jalousie est provoquée par le mécontentement de sa vie.

 

Les Coré « s » étaient au service des encens ce qui fait référence à la prière.

Les parfums d’encens doivent être apportés devant Dieu en ayant un coeur pur. Comme nos prières.

 

Ils enviaient le service des sacrificateurs car les sacrificateurs recevaient les dîmes et les offrandes!

 

Le texte de la parasha confirme que l’amour de l’argent conduit en enfer.

Ces Coré  « s » furent englouties au centre de la terre! Ces nobles bourgeois estimer la valeur d’une personne  à l’argent qu’ils possèdent.

Leur statut social évaluait leurs niveaux de vie.

 

Celui qui aime l’argent n’est jamais rassasié.

 

Notons que la vraie richesse n’est pas dans ce que nous possédons mais bien dans l’usage que nous en faisons.

C’est alors que la richesse devient un problème. Car si la vie nous a donné d’être riche  et que c’est dur, voire impossible de donner de notre argent aux pauvres, vaut mieux alors être pauvre. Car le riche avare se détourne de Dieu.

 

 

Lazare le riche fut envoyé en enfer non pas parce qu’il était riche mais parce qu’il était avare. Yeshoua n’a jamais dit que Lazare était un mauvais riche mais la condamné car son argent n’a servi qu’a lui seul.

 

L’amour de l’argent nous conduit à nous détourner de Dieu.

 

1 Timothée 6/9,10.

 

Mais ceux qui veulent s'enrichir tombent dans la tentation, dans le piège, et dans beaucoup de désirs insensés et pernicieux qui plongent les hommes dans la ruine et la perdition. 10Car l'amour de l'argent est une racine de tous les maux; et quelques-uns, en étant possédés, se sont égarés loin de la foi, et se sont jetés eux-mêmes dans bien des tourments.

 

 

 

La haftarah joint à notre parasha confirme que la colère de Dieu s’est élevé quand les enfants d’Israël se détournèrent de la Torah car ils oublièrent la loi que Moïse avait donnée sur l’argent.

Alors le peuple implora Dieu en lui demandant pardon de l’avoir abandonné au profit  de l’argent car ils ont adoré  les Bealim et les Astaroth qui font référence aux dieux de l’argent et de la richesse.

 

 

Maintenant il faut comprendre que le sens allusif du texte nous fait comprendre que dans nos prières, il ne faut jamais demander de l’argent.

Car si on demande de l’argent à Dieu c’est comme si on s’adressait à Mammon le dieu de l’argent.

Pourquoi?

Car c’est une loi de la Torah!

 

Car Dieu a dit: faites moi connaitre vos besoins!

En ce sens que quand nous prions nous ne demandons pas de l’argent précisément pour acheter ce dont nous avons besoin ou payer des factures, mais nous faisons juste part de nos besoins à Dieu. Qui lui seul pourvoira comme il faudra.

L’Eternel a promis que nous ne devons manquer de rien déjà dans ce qui nous est essentiels pour vivre, et si nous nous soumettons à sa loi de lui faire confiance il donnerai  même le superflu.

 

La parasha termine avec ces paroles qui est une loi à perpétuité une alliance de sel qui ne s’arrêtera jamais que Dieu pourvoira à ses serviteurs qu’ils auraient le meilleur des  biens de la terre.

Car c’est Dieu qui décide!

 

Deutéronome 29: 5.

 

 

Je t'ai conduit pendant quarante années dans le désert; tes vêtements ne se sont point usés sur toi, et ton soulier ne s'est point usé à ton pied;

Luc:12/22,32.

 

YESHOUA dit ensuite à ses disciples: C'est pourquoi je vous dis: Ne vous inquiétez pas pour votre vie de ce que vous mangerez, ni pour votre corps de quoi vous serez vêtus. 23La vie est plus que la nourriture, et le corps plus que le vêtement. 24Considérez les corbeaux: ils ne sèment ni ne moissonnent, ils n'ont ni cellier ni grenier; et Dieu les nourrit. Combien ne valez-vous pas plus que les oiseaux! 25Qui de vous, par ses inquiétudes, peut ajouter une coudée à la durée de sa vie? 26Si donc vous ne pouvez pas même la moindre chose, pourquoi vous inquiétez-vous du reste? 27Considérez comment croissent les lis: ils ne travaillent ni ne filent; cependant je vous dis que Salomon même, dans toute sa gloire, n'a pas été vêtu comme l'un d'eux. 28Si Dieu revêt ainsi l'herbe qui est aujourd'hui dans les champs et qui demain sera jetée au four, à combien plus forte raison ne vous vêtira-t-il pas, gens de peu de foi? 29Et vous, ne cherchez pas ce que vous mangerez et ce que vous boirez, et ne soyez pas inquiets. 30Car toutes ces choses, ce sont les païens du monde qui les recherchent. Votre Père sait que vous en avez besoin. 31Cherchez plutôt le royaume de Dieu; et toutes ces choses vous seront données par-dessus. 32Ne crains point, petit troupeau; car votre Père a trouvé bon de vous donner le royaume.

 

 

Construisons notre vie en agissant avec intelligence et sagesse sachant que Dieu serra toujours avec nous quoi qu’il arrive même si des temps très difficile s’annoncent. Il est réconfortant de savoir que Dieu pourvoira à notre parnassa pour nos enfants et pour toutes nos familles. Ne soyons pas jaloux de ceux qui sont riches, car la jalousie nous fait perdre notre conscience.

C’est pourquoi la parnassa est une loi éternelle pour tous ceux qui conduisent leur vie dans la sainteté de la loi et de la foi.

La parnassa c’est se nourrir, se vêtir, se loger et pour le plus c’est Dieu qui voit si on est capable de faire bon usage de l’argent.

Sachant que c’est l’amour de l’argent qui nous détourne de Dieu nous devons n’avoir aucune crainte de manquer  car notre richesse c’est de croire que Dieu nous a laissé sa Torah pour nous enseigner comment agir avec discernement et nous  avons l’espérance d’une vie future  meilleure car Yeshoua nous a sauvé.

 

 

Shabbat shalom

L.B

 

 

 

Lecture de la parasha: Nombres: Chapitre: 16 verset 1 à chapitre 18 verset 32.

Lecture de haftarah: 1 Samuel: chapitre 11 verset 14 à chapitre 12 verset 22.

Lecture messianique: 2 Timothée: Chapitre 2 verset 8 à 21. Jude: Chapitre1 à 25.

Rédigé par Lydia.B

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article