Parasha Chelah' Lekha du samedi 20 juin 2020.

Publié le 19 Juin 2020

Parasha Chelah' Lekha du samedi 20 juin 2020.

Mission imposible!

 

 

Cette semaine la merveilleuse parasha Chelah’ Lekha veut nous élever vers un raisonnement libérateur!

 

Moïse envoie 12 espions à Canaan. Ils sont de retour 40 jours après pour faire un rapport de ce qu’ils ont vu.

Deux hommes seulement ont bien compris leur mission.

Les dix autres ont mal interprété ce qu’il leur était demandé.

 

Leur mission, juste évaluer Canaan!

Ce fut pour les 10 Mission impossible, et pour Josué et Caleb Mission possible!

 

Ces 10 ont vu et ont décidé que c’était trop dangereux et ont exposé leurs décisions devant tout le peuple. C’est ce qui déplut à l’Eternel.

 

Mais Josué et Caleb ont bien compris qu’il fallait juste rapporter des preuves du pays, c’est pour cela qu’ils portèrent à deux une énorme grappe de raisin, une grenade, et une figue.

 

Ces fruits tellement gigantesques témoignés que c’était comme au pays des géants. les fruits étaient en conséquence de la taille des habitants.

 

La mission d’espionnage avait pour but de réunir un maximum d’informations sur le pays afin d’en évaluer les dangers.

Sans décider de ce qu’ils devaient faire i

Ces 12 espions formés par l’élite de sécurité du camp n’étaient pas tous prêts pour rentrer dans le pays de la promesse.

 

Cela nous fait penser à nous quand nous avons un problème, on veut chercher une solution radicale.

Alors que ce que Dieu attend de nous c’est que l’on prie, en lui expliquant tous les détails de notre problème et qu’on Le laisse faire jusqu’au bout.

C’est cette confiance collaboratrice que Dieu veut nous apprendre.

 

Il y a les problèmes de la vie et les problèmes spirituels mais en fait les deux sont très liés!

 

-Une petite histoire vrai pour illustrer le propos.

C’est l’histoire du Rabbin Hirsh Haltein qui avait très mal au dos, il trainer ses douleurs depuis longtemps, aucun traitement ne faisait vraiment d’effet. Son médecin ainsi que d’autres médecins qu’il avait consultés étaient formels; il faut opérer, mais lui refuser catégoriquement une intervention chirurgicale. Ce qu’il voulait c’était un moyen simple et naturel pour guérir!

En dernier recours le Rabbin Altein alla consulter le docteur Avraham Seligson.

Celui-ci l’écouta attentivement et lui prescrivit une simple pommade à base de plante naturelle. Et ces lombaires se solidifièrent et sa guérison durant toute sa vie!

 

L’histoire c’est que le docteur Avraham Seligson avait compris que le Rabbin Hirsh Haltein cherchait un miracle, il espérait en Dieu.

Avraham seligson dit:  « Le Rabbin Haltein cherchait tout simplement un réceptacle à travers lequel se manifesterait le miracle, j’ai donc prescrit une simple préparation de plante.

 

 

Pourrait-on avoir la même attitude face à nos problèmes, ouvrir un réceptacle pour s’attendre à un miracle?

 

C’est quoi un réceptacle?

Un réceptacle c’est une dimension de foi, comprendre que sur terre pour transformer le spirituel en matériel il va falloir faire une action de foi pour que Dieu agisse, pour provoquer le miracle!

Le réceptacle spirituel est comme un vase, une coupe remplit d’angoisse, de crainte, de peur, et de le donner à Dieu pour qu’Il le vide et le remplisse de son Esprit de Puissance, de Victoire et de Force.

Ce qui se passe c’est que l’action doit se mêler à la foi. L’action c’est aussi par la prière sans dire comment il faut faire juste exposer le problème, élever le problème, faire monter le problème à une dimension supérieure.

 

Caleb et Josué ont apporté du raisin, une grenade, et une figue démesuré, à la taille du problème des géants guerrier qui étaient maitres des lieux.

 

 

Le raisin représente le miracle messianique, le Messie sur terre, le vin du shabbat, le sang du Messie Yeshoua, c’est le symbole de la paix.

 

La figue représente aussi la paix et la fertilité, comme une maintenance en vie, une régénérescence qui se perpétue qui se régénère sans s’arrêter.

 

C’est pourquoi les prophètes ont souvent annoncé que sous la vigne et le figuier ils seront ensemble en paix et en protection.

 

La grenade en hébreu c’est rimon qui provient du mot Romemout qui veut dire magnificence dans le sens qui s’élève en hauteur, beauté magnifique destinée à  s’élever. La grenade fait aussi référence à la mémoire qui n’oublie pas.

 

Josué et Caleb ont ramené du raisin de la figue et une grenade pour montrer que dans le pays où Dieu veut nous conduire il y a la paix,  la protection et la splendeur du Messie.

 

 

Le nom de la parasha Chelakh lekha     donne en guematria la même égalité que Mashiach « Le Messie » qui est élevé par l’étude de la Torah; Le Messie peut s’atteindre par l’élévation de la pratique de la Torah.

 

La figue: symbole de la fertilité que procure la Torah qui nous régénère et nous maintient en vie.

La vigne qui s’accroche avec ses sarments pour donner du raisin qui est le sang du Messie.

La grenade qui est l’Esprit qui nous élève si par la foi en Yeshoua on s’accroche à la Torah.

Voilà ce qu’ont rapporté Caleb et Josué,

Comme une prophétie qui se dévoile pour ceux qui entendent les prophéties .

« L’Esprit de Dieu qui nous élève par notre foi et notre confiance en Yeshoua si on s’accroche à la Torah, pour toujours ».

 

 

Cette parasha avec ses codes allusifs termine par l’obligation shabbatique.

Le shabbat c’est la vie de L’Esprit de Dieu en nous qui manifeste notre foi et notre confiance pour tous les aspects de notre vie, nos joies et nos soucis. Shabbat s’est laissé Dieu agir c’est ouvrir un réceptacle pour laisser Dieu agir.

C’est le soir de Shabbat que l’on dit tout à Dieu.

 

On remercie le Seigneur pour tous les bienfaits, toutes les bonnes choses que Dieu nous a accordé, pour les miracles qu’Il a faits, toutes les faveurs qu’Il a nous accordé, pour les guérissons, les réussites scolaires ou professionnelles, durant la semaine passée, ETC…

 

Puis on remet la semaine qui vient, on fait nos demandes avec précision, nos attentes, nos soucis, nos besoins, et nos bénédictions pour la famille et pour les personnes qui nous ont été favorables pour la semaine qui vient, ETC…..

 

Le texte fait mention : d’un homme qui doit être mis à mort parce qu’il avait ramassé du bois le jour du shabbat.

 

L’ homme c’est Adam, qui viendrait de Adama ( c’est celui qui s’élève de la terre), comme un arbre.

« Arbre » en hébreu qui se traduit par  « ILAN ».

L’arbre est un homme.

Ces racines c’est la partie caché, enfouie son inconscience mais c’est là que son étincelle divine se manifeste.

Le tronc c’est la partie apparente de l’homme, sa vie ses actions.

Les feuilles représentent le niveau des attentes de l’homme, ses aspirations, ses ambitions, ses réflexions.

 

L’arbre c’est le symbole  spirituel; là où tout a commencé en Eden.

L’arbre représente la croissance d’un être humain,

Le juste est comparé à un olivier, un palmier, à un cèdre du Liban.

 

Deutéronome: 20,19. Version hébraïque.

….Oui l’arbre des champs c’est l’homme lui-même!…

  

 

 

L’homme vivant c’est celui qui pousse comme un arbre sans rien décider tout seul, juste attendre que Dieu envoie la pluie, le soleil ; le vent, et  une bonne terre.

Comme un homme qui ne s’attend qu’à Dieu être arrosé par son Esprit et grandir dans la paix et la confiance quoi qu’il arrive.

L’homme « arbre » comme un réceptacle qui s’ouvre à Dieu pour recevoir et donner le meilleur de (ses fruits) de lui-même, un réceptacle pour que Yeshoua y demeure, un réceptacle pour que la Torah s’y remplisse.

 

Un homme mort c’est comme un bois mort qui est par terre!

Un homme sans Dieu, sans Yeshoua sans Torah est un bois mort.

C’est pourquoi le texte exprime cette pensée!

 

Un homme vivant c’est-à-dire qui fait shabbat, ne doit pas aller le jour du shabbat « avec les hommes mort », car le bois qu’on ramasse est un bois mort.

 

Il n’est pas interdit d’aller avec les non croyant le reste de la semaine mais le jour du shabbat on ne doit pas aller de façon volontaire dans certains lieux, dans certains parcs, dans certains endroits.

 

Shabbat s’est sacré, c’est le rituel du vin et du pain mais; cette parasha nous rappelle aussi que lorsque l'on prépare le pain de shabbat il faut prélever « La Terouma » (un petit bout de la pâte cru) et la mettre à part. Cela pour nous confirmer que le jour du shabbat on se met à part on se consacre à la vie du Vivant qui vit en Nous Yeshoua mais on ne va pas avec les morts qui ne respect pas les commandements que Dieu nous demande de garder.

 

Ce magnifique texte se termine par des recommandations qui nous rappelle de ne jamais oublier toutes ses lois car notre vie en dépend

Nombres 15:37,41.

-« L'Eternel dit à Moïse: 38Parle aux enfants d'Israël, et dis-leur qu'ils se fassent, de génération en génération, des franges au bord de leurs vêtements, et qu'ils mettent un cordon bleu sur cette frange au coin de leurs vêtements. 39Quand vous aurez ces franges, vous les regarderez, et vous vous souviendrez de tous les commandements de l'Eternel pour les mettre en pratique, et vous ne suivrez pas les désirs de vos coeurs et de vos yeux pour vous laisser entraîner à l'infidélité. 40Vous vous souviendrez ainsi de mes commandements, vous les mettrez en pratique, et vous serez saints pour votre Dieu. 41Je suis l'Eternel, votre Dieu, qui vous ai fait sortir du pays d'Egypte, pour être votre Dieu. Je suis l'Eternel, votre Dieu ».

 

Puissions-nous être des espions dont toutes les missions soient possibles, pour vivre notre vie avec des fruits abondants et succulents des raisins, des figues et des grenades « la foi en Yeshoua, la pratique de la Torah et la fidélité pour toujours », car si nous comprenons alors la promesse qui nous est faite c’est que notre Canaan  c’est notre guerre intérieure pour nous libérer de nos démons, afin que nos réceptacles se vide pour que Dieu y prenne toute la place et qu’au moment voulu nous puissions arrêter d’errer pour rentrer à la maison dans l’Eden. Là où le Père  nous a préparé une place pour l’éternité.

 

 

Shabbat shalom

L.B

 

 

Lecture de la parasha: Nombres : Chapitre 13 verset 1 à chapitre 15 verset 41.

Lecture de la haftarah: Josué : Chapitre 2 verset 1 à 24.

Lecture messianique: Hébreu : Chapitre 3 verset 7 à 19.

 

 

 

Rédigé par Lydia.B

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article