Parasha Vayikra du samedi 28 mars 2020.

Publié le 27 Mars 2020

Parasha Vayikra du samedi 28 mars 2020.

L’antivirus au covid 19.

 

Cette semaine nous commençons le livre du Lévitique, en ce temps très spécial ou la face du monde est changé, rien ne serra vraiment comme avant cette épidémie au covid 19.

Mais nous savons que la Torah est vivante, qu’elle rythme chaque jour de notre vie, et chaque parasha nous enseigne au bon moment.

Cette semaine la parasha Vayikra expose les différents  korbanot offrandes de sacrifices pour le temple afin que les péchés soient pardonnés.

Mais nous savons que ces korbanot ont été remplacés par nos prières car par un seul sacrifice du Messie Yeshoua nous pouvons avoir accès devant Dieu comme à travers un voile.

 

En ce temps si perturbé nous avons besoin de reconnaitre que seul Dieu peut nous aider à stopper ce COVID 19.

 

Le covid 19 c’est un dérivé du coronavirus de type COV.

Le COV est un composé organique volatil soit d’origine naturelle par un évaporement gazeux sortie du fond de la terre ou par certains types de végétations, qui sont plus ou moins biodégradables par UV ou par l’azote. C’est le COV biotique.

Le COV peut être aussi une pollution chimique c’est le COV anthropique. Mais ils ont en commun cette diffusion dans l’air et se propagent très rapidement s’ils touchent une souche de contamination et s’aggravent si la souche peut atteindre le système immunitaire des humains, c’est ce qui a donner ce COVID 19.

 

Ces pollutions sont des avertissements de la terre.

Les hommes se sont  pris pour Dieu; ils ont détourné le principe de la nature, avec outrance ils n’ont pas respecté la création de Dieu.

Ces dernières années la terre nous avertit par ses quatre éléments; Les ouragans, les inondations, le feu et la terre avec cette épidémie; Dieu avait ordonné le repos de la terre chaque shabbat tout doit s’arrêter laisser la terre tranquille et les Sept shabbat annuels des fêtes qui peut-être auraient influencé la colère de Dieu si tout le monde auraient décidé de les respecter.

 

Dans notre parasha les offrandes que nous portons c’est tous nos péchés que nous apportons sur l’autel.

C’est par Yeshoua que nous sommes pardonnés. Car Yeshoua a porté nos péchés jusque dans les profondeurs de la terre là où les plus terribles noirceurs se cachent.

Yeshoua est descendu dans les régions inférieures de la terre, dans les lieux  les plus obscurs pour nous délivrer. Il a combattu pour nous nos plus sales ambitions, nos actes les plus sordides, nos copinages aves les démons; nos bassesses les plus souillées, nos phantasmes les plus tordus, la même ou notre conscience ne veut pas aller voir, tous nos accouplements nocturnes dont on a même pas idées.

 

Ces révélations magnifiques qui sont liés à Yeshoua et font références à une lettre de l’alphabet hébraïque qui est la lettre « QOF » qui est la 19 eme lettres de l’alphabet  hébreu,

« QOF 19 »

Cette lettre QOF 19 va nous dévoiler ce qu’elle veut dire.

Le  QOF veut dire: « La lumière dans l’obscurité » ou « Le soleil dans la nuit ».

A travers cette lettre tirée de l’hébreu se traduit la délivrance, elle exprime les profondeurs impénétrables là où seul Yeshoua peut aller. Les profondeurs de notre être. Là ou nos instincts les plus bas emprisonnes nos valeurs de « kedousha » sainteté.

Elle exprime les circonstances les plus noires et difficiles de notre vie.

Cette lettre vient nous dire que c’est la lumière qui vient purifier toutes les zones sales de notre être et peuvent être rendues pures si nous croyons que Yeshoua est le fils de Dieu.

 

QOF est lié à Yeshoua le MESSIE. Il vient dans cette nuit noire révéler la lumière, Il vient sortir les sombres desseins de notre vécu car l’ennemi à travailler à ensevelir nos fautes  afin qu’ont les oublies et qu’elles ne parviennent pas à notre conscience pour qu’on ne puisse pas demander pardon.

 

QOF nous enseigne le respect du corps le notre et pas souiller le corps d’un ou d’une autres.

Le QOF c’est le temps qui permet d’épurer le fruit du mal.

Le QOF c’est la puissance qui délivre de la nuit ou dans ses nuits des reines et des rois se promènent cherchant avec qui s’accoupler.

 

Yeshoua est la puissance qui libère dans ces ténèbres,Il

efface les cicatrices du mal  et place sa lumière là où il y avait la noirceur.

Au plus profond de notre corps de chair il fait remonter la résurrection Il est le Sauveur.

 

Il purifie notre corps afin que notre corps soit son corps.

Et c’est ce que renferme le secret de la Torah, car lorsque l’on a donné son coeur à Dieu qu’Il nous a purifié jusque dans les coins les plus sales de notre personne c’est par la Torah que l’on reste propre, c’est cela la vérité cette vérité la plus occultée.

 

C’est cela que l’on doit savoir car notre condition change dès que Yeshoua vient dans notre vie, il ne faut pas laisser la maison vide maintenant quelle est propre il faut rester sanctifier par notre nouvelle vie, une vie remplie de Torah. Sans la loi c’est le désordre dans notre être ça serait difficile de vivre sans les règles de la Torah qui nous apprend la valeur de nos corps selon Dieu, avec ses prescriptions.

C’est par elle que nous sommes maintenu pur.

 

 

La lettre QOF dans la tradition hébraïque est liée à un sens négatif qui apporte le positif.

 

Cette lettre se dessine comme le chas de l’aiguille. Une porte étroite qui nous fait comprendre qu’il faut revenir à l’essentiel de la vie laisser le superflu. QOF c’est la destruction des illusions.

 

Et en guematria la lettre QOF a pour valeur 100.

Et 1OO c’est ce qui nous relie à Dieu. C’est  le symbole de la prière.

C’est les 100 bénédictions qui en l’absence du temple nous fait accéder à Dieu. C’est le thème de notre parasha.

 

Nous avons un antivirus au COVID 19 c’est le QOF 19

Yeshoua vient nous guérir de nos blessures,  Il vient nous délivrer de nos désirs les plus difficiles à maitriser.

 

Cette parasha qui nous prépare à la Pâque dans un désir de revenir aux fondements des écritures, de revenir à la source  de la création revenir à la forme primitive de l’assemblée de Yeshoua qu’Il a fondé sur les écritures de la Torah.

 

Il est mort et a pris nos souffrances mais Il nous a dit de garder Ses  commandements  et Ses shabbat et Ses fêtes. Il nous a prévenu que les temps et les dates seraient changés. Mais Il a  donné un temps où ses disciples reviendraient par le repentir, un temps difficiles pour crier à Dieu, demander son pardon. Recherchons la sanctification de la Torah sans laquelle personne ne le verra.

 

Il nous a dit : encore une fois j’ébranlerai la terre, mais aussi le ciel  en ces mots.

C’est pourquoi acceptons notre Seigneur Yeshoua  montrons-lui notre reconnaissance en se présentant comme des enfants obéissants par un culte qui lui soit agréable comme Lui nous l’a enseigné. Rejetons les cultes que les hommes orgueilleux ont inventés pour leurs profits.
Le monde chrétien a été duper, Constantin l’empereur en l’an 325 a fait un édit  pour changer les cultes de Yeshoua en dimanche et les fêtes en idolâtrie en des dates différentes. Il a changé le quatrième commandement, le Shabbat sachant que c’est le plus important.

(simple à vérifier).



Le monde est ébranlé les chrétiens sont mis en cause comme une secousse qui vient  réveiller pour  dire qu’il est temps de prendre une dose de
QOF 19  un comprimé qui guérit les âmes.

 

Revenir au fondement revenir par le repentir aux fondations du monde.

Obéir aux Saints shabbat et aux fêtes qui honorent Yeshoua.

Bientôt c’est la Pâque la commémoration de Yeshoua  cette nuit ou il est descendu dans les profondeurs de la terre. Dieu avait dit au peuple rester chez vous ne sortez pas de vos maisons car c’est le temps de la délivrance.

Le 8 avril c’est la Pâque biblique préparez-vous, que vos coeurs portent la marque du sang de Yeshoua; Dieu verra qui est à son rendez-vous, et l’ange de la mort ne passera pas.

Le 12 avril c’est paque institué par Constantin l’empereur avec son dieu-soleil. Ces le dieu de la mort.

 

La terre envoie des  messages, Dieu est en train de parler au monde entier, beaucoup de chrétiens se posent les bonnes questions, ils sortent en masse des lieux de culte dominicaux;

Mais ceux qui veulent rester populaires Dieu va endurcir leurs coeurs. Ecoutez l’appel de Dieu. C’est un temps de semence, et la moisson est proche.

 

Shabbat shalom

L.B

Parasha Vayikra du samedi 28 mars 2020.

Lecture de la parasha : Lévitique: Chapitre 1 verset 1 à chapitre 5 verset 26.

Lecture de la haftarah: Esaïe: Chapitre: 43 verset 21 à chapitre 44 verset 23.

Lecture messianique: Romains: 8:1 à 13. Hebreux: 10: 1 à 14. et 13: 10 à16.

 

 

Lecture pour la semaine qui vient shabbat du 4 avril avec la parasha: Tsav.

Lévitique:

Dimanche:6/1,11.

Lundi:6/12,7/10.

Mardi:7/11,38.

Mercredi:8/1,13.

Jeudi:8/14,21.

Vendredi:8/22,29. ET 8/30,36.

 

Bonne semaine.

Shavoua Tov.

Rédigé par Lydia.B

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article