Parasha Bechalah du samedi 8 février 2020.

Publié le 7 Février 2020

Parasha Bechalah du samedi 8 février 2020.

La mélodie du bonheur.

 

La parasha Bechalah’ qui veut dire en Français:  « Lorsqu’il laissa partir », retrace les moments les plus prodigieux de l’histoire biblique. Et ce shabbat est appelé Shabbat Du Chant.

 

Par le bâton tenu dans la main de Moïse Dieu souffla toute la nuit sur les eaux de la mer des joncs, pour créer un passage sans eau afin que les israélites puissent passer en toute sécurité. Alors que toute l’armée égyptienne qui était à leur poursuite voulut faire pareil, Dieu referma la mer sur eux et furent tous exterminés.

Après ce grand  miracle les enfants d’Israël eurent un élan de foi extraordinaire et crurent à Moïse, Moïse ordonna au peuple de chanter !

Suivie de Myriam la prophétesse qui prit dans sa main le tambourin  et toutes les femmes sortirent après elle avec des tambourins pour chanter à l’Eternel.

 

Ce qui confirme avec notre haftarah quand Deborah la Prophétesse et juge d’Israël entonna un chant de victoire en l’honneur de L’Eternel suite à la grande victoire que Dieu leur avez donnée sur les ennemis qui étaient venu les attaquer.

 

Dans toute la bible sont recensés 10 cantiques de victoires.

 

Ces dix chants importants dans l'histoire d'Israël, dix occasions où l’ expérience de la rédemption trouva son expression dans la mélodie et les paroles. Dans  (Esaïe 30, 29), le Cantique de la Mer (Exode 15, 1-21), le Chant du puits (Nombres 21, 17-20), le chant de Moïse quand il eut accompli l'écriture de la Torah (Deutéronome 32, 1,4; le chant par lequel Josué arrêta le soleil (Josué 10, 12-13), le chant de Deborah (Juges 5), le chant du roi David (Samuel II 22), le chant d'inauguration du Beth Hamikdache (Psaumes 30) et le Cantique des Cantiques du Roi Salomon, exprimant l'amour entre le marié Divin et son épouse Israël.

Le dixième chant, sera le Chir ‘Hadach, le « nouveau chant » de la rédemption ultime, une rédemption qui sera entière et absolue, une rédemption qui annihilera toute la souffrance, l'ignorance, la jalousie et la haine de la surface de la terre. Une rédemption qui prendra de telles proportions que l'impatience qu'elle suscite et la joie qu'elle apporte requièrent un « chant nouveau », un vocabulaire musical tout à fait original, pour pouvoir capturer la voix de l'ultime aspiration de la Création.

 

Le chant de la victoire n’est pas un simple chant!

Le chant de la victoire c’est la voix de l’âme!

 

Si la langue est la plume du coeur,

la mélodie est la plume de l’âme!

 

La vibration vocale de l’homme correspond à 10 rythmes où 10 pouls, qui coïncident avec les 10 degrés de l’âme.

Le chant est le langage de l’âme c’est par la musique et les paroles du chant avec ses vibrations qu’exprime son ressenti envers Dieu.

 

Nous tous possédons une fréquence fondamentale.

Les chants de notre âme se nomment « NIGOUN » c’est l’expression de la joie que vit a cet instant notre âme. C’est une reconnaissance particulière une projection d’amour envers le créateur. Les gammes utilisées sont la louange directe vers Dieu.

Une célébration de prière intense!

 

Si la musique est bonne pour glorifier Dieu, il faut se douter que toutes les musiques ne sont pas bonnes. Car tous les tempos n’ont pas tous une bonne vibration spirituelle.

La musique et le chant étant directement connecté à l’émotionnel ont  fait  vite de se laisser emporter par l’illusion du charme mélodieux ou des paroles nous rappelant quelques ressemblances vécues.

 

Les chants que l’on aime expriment l’état de notre âme.

Nous savons que l’âme se manifeste par les symptômes de maladies du corps mais c’est uniquement par le chant qu’elle s’exprime audiblement.

 

Maintenant il est un terrain peut explorer et difficile de contrarier c’est celui de la grande musique classique qui a donné toutes les notes, les sons et les octaves, ces musiques intemporelles des grands maîtres comme: Vivaldi, Bach, Haendel, Mozart, Beethoven, Chopin, Wagner, Brahms, TchaÏkovski …….

Même si ces grands maitres ont donné des partitions reconnues mondialement il faut se poser la question si elles plaisent à Dieu!

Car il faut savoir que la plupart de ses grands compositeurs ne pouvaient composer que lorsqu’ils étaient sous prise de drogues et artifices, et d’autres étaient comme on dirait aujourd’hui atteint d’un certain autisme, Mozart et Beethoven et d’autres étaient atteints de surdités importantes et tous ont quasiment mal fini.

Sur quelles fréquences de diapason étaient leurs âmes pour composer leurs oeuvres?

Et beaucoup dans le grand public amateur de ces musiques classiques vont  écouter ces concertos pour avoir des transes?

Hitler était un grand fervent de Wagner et d’autres, et il est dit que ses plus grandes décisions les plus terribles pour l’extermination des juifs étaient durant ses transes à l’écoute de ses musiques?

 

On osera espérer que toutes les musiques ne soient pas des transports d’allégresse vers les forces diaboliques.

Notre génération connaît les plus atroces vibrations musicales diaboliques, de tous les temps.

 

Les musiques religieuses n’expriment pas toutes la gloire de Dieu! On peut chanter pour notre plaisir mais ce qui est dangereux dans les chants que l’on adresse à Dieu c’est que c’est une expression négative qui est émotionnelle et pas l’expression de l’âme, comme le gospel, chants chrétiens, aura des musiques Zen.

Et bien sûr les musiques métal, aux acoustiques électriques.

Les chants hébreux même avec les traductions qui sont des louanges sont à la gloire De Dieu qui citent ses qualificatifs comme Adonaï, Elohim, ou d’autres qualificatifs exprimant son Nom sont des Nigoun.

 

Ce que notre parasha veut nous dire c’est que le « Nigoun » c’est la joie qu’exprime l’âme c’est le contentement de l’âme qui est régénérée,  la joie est manifestée comme de sons rythmés et cadencés comme des petits souffles qui parlent à Dieu de son ravissement.

 

La mélodie de la joie c’est les larmes de joie c’est alors une oraison extraordinaire que de pleurer de Joie pour Dieu, c’est le plus haut niveau d’expression de l’âme.

 

Le tambourin en hébreu se dit Toph ou Tophaph  qui veut dire se frapper la poitrine  comme un battement de coeur qui se réjouit, le roi David dansait et se frapper la poitrine pour exprimer son immense contentement devant Dieu lorsque l’Arche fut arrivé au temple.

Cette allusion fait référence aux dix niveaux d’âme qui sont remplis de l’extase de Dieu. Un aboutissement de l’homme rempli de Dieu libéré de toutes souillures.

 

Mais quand ce niveau d’âme n’est pas atteint ce qui est le cas  pour presque tout le monde entier, exprimant son ressentit vers un regret de l’égypte, DIEU ayant pourvu pour ce problème en envoyant la manne.

La manne c’est la nourriture du ciel que Dieu dispense à la terre la portion journalière de Torah qu’il faut ingurgité afin de se rassasier de l’instruction divine.

La Torah est formée de 54 parasha pour une année. Chaque parasha hebdomadaire comporte 7 portions, distinctement séparé, qu’il convient de lire et méditer une portion chaque jour et donc le vendredi 2 portions ces portions méditer durant les jours de la semaine apporte la nourriture que l’âme réclame journalièrement. Cette discipline nous garde contre cet Amalek qui veut nous éloigner de Dieu en nous détournant de la Torah.

 

Les bibles chrétiennes ne sont pas dotées de ce portionnage, les bibles hébraïques ou la « Bible juive complète » comportent les sectionnages journaliers.

( Si intéresser pour ceux qui n’ont pas les portions je peux les transmettent).

 

La manne est aussi la mise à l’épreuve du Shabbat!

Six jours tu travailleras le septième jour tu te reposeras. Cette recommandation fut une façon que Dieu nous donne en lui montrant notre confiance, notre reconnaissance et notre obéissance, que nous manifestons en gardant ce jour qui est sanctifié pour nous mettre à part du monde.

Cette recommandation mandatée à perpétuité reste et restera jusqu’à la fin du monde.

Le messie Yeshoua nous a recommandé d’honorer le Saint shabbat dès la tombée de la nuit du vendredi soir jusqu’au lendemain dès les premières étoiles, car Il a dit faites ce que moi je fais, marcher comme moi je marche. Avec ces préceptes nous marchons à ses côtés car nous voulons manifester que nous voulons vaincre nos ténèbres pour être Saint et faire un temple en nous qui soit digne de le recevoir.

Afin de pouvoir entonner ce dernier cantique.

Apocalypse 15: 3 à 8; cite ce dixième cantique:

 

Et ils chantent le cantique de Moïse, le serviteur de Dieu, et le cantique de l'agneau, en disant: Tes oeuvres sont grandes et admirables, Seigneur Dieu tout-puissant! Tes voies sont justes et véritables, roi des nations!

 

Qui ne craindrait, Seigneur, et ne glorifierait ton nom? Car seul tu es saint. Et toutes les nations viendront, et se prosterneront devant toi, parce que tes jugements ont été manifestés.

 

Après cela, je regardai, et le temple du tabernacle du témoignage fut ouvert dans le ciel. Et les sept anges qui tenaient les sept fléaux sortirent du temple, revêtus d'un lin pur, éclatant, et ayant des ceintures d'or autour de la poitrine. Et l'un des quatre êtres vivants donna aux sept anges sept coupes d'or, pleines de la colère du Dieu qui vit aux siècles des siècles. Et le temple fut rempli de fumée, à cause de la gloire de Dieu et de sa puissance; et personne ne pouvait entrer dans le temple, jusqu'à ce que les sept fléaux des sept anges fussent accomplis.

 

 

 

Que nos chants soient la véritable expression de nos âmes remplies de reconnaissance et d’amour pour le Seigneur.

Que Dieu nous pardonne d’avoir chanté des louanges spirituelles n’engageant pas notre amour envers le véritable créateur.

Que notre joie soit une manifestation de reconnaissance envers Dieu; que nos shabbat soit un chant de louange pour notre Seigneur.

 

Shabbat shalom
L.B

 

Rédigé par Lydia.B

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article