Parasha Vayéhi 12. Du samedi 11 janvier 2020.

Publié le 10 Janvier 2020

Parasha Vayéhi 12. Du samedi 11 janvier 2020.

Transmettre ce qui est bien.

 

 

La parasha Vayéhi c’est la transmission.

Jacob bénit ses fils et les fils de Joseph.

 

Sur chaque tête des fils de Jacob repose la prophétie, chacun d’eux aura un devoir d’héritage à transmettre aux générations qui viendront jusqu’au Messie.

 

Sur Joseph:

Il est ainsi devenu le berger, le rocher d'Israël.

Les bénédictions de ton père s'élèvent qu'elles soient sur la tête de Joseph.

 

Joseph reçoit l’héritage maternel.

Des bénédictions des mamelles et du sein maternel.

 

Dans les textes cachés Joseph représente le yesod qui est l’appareil génital.

 

 

Sur Judah

Genèse 49:10…..

……..Le sceptre ne s'éloignera point de Judah, ni le bâton souverain d'entre ses pieds, Jusqu'à ce que vienne le Schilo, Et que les peuples lui obéissent……..

 

La traduction hébraïque traduit par : le bâton souverain sera entre ses jambes; (appareil génital).

 

Judah reçoit l’héritage paternel.

 

De ces deux lignées sortira le Messie.

 

Le Messie fils de l’homme et le Messie Roi de gloire.

 

C’est pourquoi cette parasha nous enseigne sur les engendrements.

L’héritage  ancestral qui transmet la génétique du Messie.

La rédemption aux travers des engendrements.

Le Messie fils de Joseph qui est fils de l’homme en chair qui est Yeshoua le Messie.

Et le Messie fils de David (lignée de Judah) qui sera Roi quand son royaume sera reconstruit par toutes les âmes qui se seront scellé à lui par la Torah.

C’est cette représentation de Benjamin le seul des fils à être née sur la terre d’Israël, la terre mère qui nourrit de sa Torah qui est l’union entre les deux. Benjamin représentation de la Torah qui sera comme un loup.

Un loup parmi les brebis car il devra défendre à tout prix la Torah, être juste avec les justes et loup avec les loups jusqu’à que tout Israël s’unisse par la Torah.

 

Jacob ne finit pas de prononcer ses bénédictions car il sait que ses fils vont partir en exil dans le monde en diaspora exposé à toutes les tribulations.

Mais il les bénit afin que la transmission même si elle prend des chemins détournés ne s’arrête pas jusqu’à l’avènement final.

 

La Haftarah confirme par les paroles de David juste avant sa mort sur son fils Salomon. Lui disant soit fort ne te laisse pas faire par les méchants ceux qui voudront te détourner de la Torah et soit bon avec ceux qui te soutiendront.

Garde bien la Torah exécute tous les commandements car les bénédictions te suivront si tu restes fidèle à la Torah.

 

Si toute l’histoire d’Israël se joue dans cette parasha qui révèle le Messie Yeshoua Fils de l’homme née d’une femme nous savons que c’est Yeshoua née de Myriam et que la fin de l’histoire sera la Jérusalem céleste qui descend formé de toutes les âmes unis par la Torah qui formeront le temple du Messie roi de gloire.

 

Mais il nous faut aussi comprendre à travers le texte que pour notre génération il y a des choses personnelles à assimiler.

 

Cette parasha fait allusion aux générations futures qui ont pour but une amélioration personnelle à chaque étape de chaque génération qui doivent se perfectionner pour atteindre un niveau de spiritualité de plus en plus pur, plus évoluer pour préparer le royaume sanctifié.

 

Nos ancêtres, pères ou mères, nous transmettent des valeurs bonnes et moins bonnes c’est en cela que nous devons avancer par la Torah en apprenant ce qui convent de faire ou ne pas faire.

Comme il est parlé dans cette parasha de l’engendrement il est bon de se poser la question si par nos parties génitales nous n’avons pas reçu un mauvais héritage, si par exemple il y a eu de la perversité il est bon de soumettre cela à Dieu afin d’en être délivré pour que cet héritage ne se poursuit pas sur nos enfants et aussi pour nous perfectionner sur les valeurs de sainteté. Mais aussi sur tous les autres points faibles de notre personnalité qu’il faut rectifier afin de ne plus transmettre aucune malédiction sur la génération à venir car les choses se reproduisent.

 

 

Souvent on fait des fautes, des péchés plus ou moins graves, que l’on n’arrive pas à maitriser. Souvent on est victime de certaines personnes qui ont fait de nos vies de graves dégâts causant des traumatismes importants.

On peut être victimes de violences, de viols, l’abondons, de pauvretés, d’accidents…..

Et toute notre vie en sera perturbée, des dépressions, angoisses, spasmophilies, détresses intérieures, boulimies ou anorexiques, addictions aux substances, aux achats, aux jeux ….. tous ça c’est la conséquence de souffrance enfouies.

C’est comme Joseph qui du jour au lendemain c’est retrouvé jeté dans une citerne, vendu, maltraité, accusé a tort, privé de sa famille; ce Joseph qui a hurlé comme un fou dans cette situation terrible; sans pouvoir se défendre.

 

Mais Joseph a terminé en beauté car il était dans le plan de Dieu.

 

La vie difficile a pour but de nous rendre sensible, une hypersensibilité qui est une vraie force pour s’approcher, entendre Dieu, et servir Dieu.

 

C’est cela la vie de Joseph, il pleure à chaque fois car il est très très sensible et c’est cela qui le rend magnifique aux yeux de Dieu. Il se cache devant ses frères mais pas devant Dieu il n’a pas honte d’être aussi sensible.

Pour arriver à cette sensibilité il a fallu beaucoup de cassure, de coup de bâton,  d’humiliation, beaucoup de cris.

 

C’est ce que veut nous dire cette parasha, la souffrance permet de développer la sensibilité qui permet d’écouter Dieu et d’êtres attentifs aux autres.

Alors si on est encore dans la souffrance il faut saisir notre guérison par la compréhension de la cause de nos souffrances.

Nos persécuteurs ont été là pour être notre force, ils nous ont aidé à accomplir le plan de Dieu. Et quand on a compris on peut les  bénir, le pardon est alors accessible et notre guérison est proche.

 

Mathieu 5:44

Mais moi, je vous dis: Aimez vos ennemis, bénissez ceux qui vous maudissent, faites du bien à ceux qui vous haïssent, et priez pour ceux qui vous maltraitent et qui vous persécutent,

 

 

Notre sensibilité peut nous servir pleinement et positivement et utilement pour servir Dieu. Car Dieu veut faire de nous des justes qui nourrissent de la vérité de Yeshoua qui est la Torah vivante à nos enfants et à toutes les personnes qui nous écoutent; la sensibilité nous aide à être à l’écoute des autres et leur apporter l’aide dont’ils ont besoin.

Parler de la Torah et de Yeshoua n’est possible que si notre âme c’est transformée en hypersensibilité qui nous fera agir avec exactitude dans toutes nos actions qui servent Dieu.

 

Apres la mort de Jacob les frères de Joseph s’inquiètent car ils ont peur que Joseph se venge mais Joseph leur fait comprendre qu’ils n’ont rien à craindre car ce qu’il est devenu c’est grâce à eux, il pleure et les rassure.

 

Joseph leur dit: Soyez sans crainte; car suis-je à la place de Dieu? Vous aviez médité de me faire du mal: Dieu l'a changé en bien, pour accomplir ce qui arrive aujourd'hui, pour sauver la vie à un peuple nombreux. Soyez donc sans crainte; je vous entretiendrai, vous et vos enfants. Et il les consola, en parlant à leur coeur.

 

Comprendre c’est se libérer des souffrances, se transformer   et devenir utile pour le plan de Dieu, et transmettre de bonnes choses.

 

Que notre coeur soit libéré de toutes rancœurs envers ceux qui nous ont fait souffrir car ils ont participé à notre avancement.

Que tous nos persécuteurs soient bénis et pardonner.

Que la paix soit sur eux comme sur nous et que la main de Dieu soit sur nous pour nous faire aller vers son plan et que nous transmettions à nos héritiers le meilleur de nous-même.

 

Lecture de la parasha: Genèse: Chapitre 47 verset 28 à chapitre 50 verset 26.

Lecture de la haftarah: 1 Rois: Chapitre 2 verset 1 à 12.

Lecture messianique: Actes 7: 21,22. Hébreux: 11: 21,22. 1 Pierre: 1: 1 à 25.   

 

Shabbat shalom

 

L.B

Rédigé par Lydia.B

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article