Parasha Toldot : 6. Du samedi 30 novembre 2019.

Publié le 29 Novembre 2019

Parasha Toldot : 6. Du samedi 30 novembre 2019.

CHARNEL N°5.

 

La parasha Toldot veut dire descendance, transmission.

Rebecca la femme d’Isaac est enceinte de jumeau; Jacob et Esaü, qui dans son ventre se battent.

 

Cette dualité évoque l’histoire de l’homme, sa nature charnelle contre sa nature spirituelle.

 

 

Jacob  s’est battu contre son frère dès le ventre de sa mère car Jacob voulait sortir le premier, mais Esaü le plus fort a gagné, et toute sa vie Jacob fut en lutte contre son frère à savoir qui dominera sur l’autre.

 

Jacob c’est le côté Esprit, spirituel que nous avons et Esaü  notre côté charnel.

Notre Jacob c’est définir notre destin en devenant croyant en essayant de donner le meilleur de nous-mêmes, renoncer à ce que le corps demande à ce qui est plaisant et attirant ce que le monde nous propose, s’éclater, s’habiller comme la mode le dicte, sortir aller ou on veut, faire ses petites magouilles, consommer des substances, voir tous les films, écouter n’importe quelle musique, sexe, vivre sans s’occuper des autres ni de Dieu  etc, tout ce qu’a envie de faire Esaü.

Et notre Esaü un peu spirituel veut nous éloigner de la Torah.

 

En vérité c’est pas facile car en nous notre côté Esaü veut profiterez de la vie, tel que le monde nous l’offre.

 

C’est pourquoi il est recommandé de s’entourer de personnes qui ont les mêmes convictions  pour s’encourager les uns avec les autres.

Faire partie d’un groupe, petit ou grand c’est former un petit temple qui sera une force pour l’Esprit, cela nous aidera à former notre petit temple intérieur.

 

 

La fonction la plus importante qu’il y avait dans le temple c’était le service des encens.

Le Cohen apportait deux fois par jour la ketoret ( encens). La préparation de l’encens cache un très grand secret.

 

Pour fabriquer le parfum il fallait très précisément 11 ingrédients,

Ces 11 ingrédients lorsqu’ils brulaient ensemble formaient une odeur agréable à Dieu. Une odeur de sainteté, de pureté.

 

10 de ces ingrédients avaient une douce et bonne odeur mais un encens le « helbena » sentait très mauvais  mais quand ils brulaient tous ensemble l’helbena avait le pouvoir de sublimer les 10 autres essences il faisait ressortir le meilleur de ces parfums, qui devenaient très forts pour devenir une merveilleuse odeur comme un parfum de grand prix.

 

Il faut que le mauvais de nous se manifeste  pour que l’on découvre  notre Esaü pour que nous puissions lutter contre le mal qui est en nous et faire sortir le meilleur.

 

Les péchés qui dominent se mettent à l’évidence pour être dominé.

Beaucoup de gens luttent contre leur Jacob  ils préfèrent nier l’existence de Dieu  pour ne pas avoir  à lutter contre leurs mauvais penchants, et continuer à vivre comme ils veulent.

 

Le croyant a su lutter contre son Esaü et sa lutte durera toute sa vie.

 

Dieu nous a donné un cadeau pour nous aidé à lutter contre tous nos mauvais instincts  c’est le don de la Torah qui contient toute l’aide dont nous avons besoin pour lutter contre notre mal.

 

 

Dans notre parasha Jacob s’empare de la bénédiction car elle lui appartient c’est pour cela qu’il usera de ruse en se revêtant de peaux de chèvres ou (chevreaux). Cette ruse pour accomplir le plan Divin.

Cette correspondance on la retrouve dans le temple qui était recouvert de 11 peaux de chèvres ou de (chevreaux).

Ce 11 nous apprend que comme  les 11 peaux de chèvres  qui couvraient le temple, et les 11 encens  ont le pouvoir de protection.

 

Le secret de l’encens  c’est la prière de la Ketoret chaque mot de cette prière cache un sens véritable très puissant qui nous protège dans notre lutte  de nos mauvais penchants car la ketoret fait circuler la bonne odeur dans notre temple  et lorsque cette harmonie se diffuse elle éloigne les forces du mal qui  influencent notre côté obscur.

Rabbi Shimon Bar Yo’Haï dit: « Que si les personnes savaient l’importance de la ketoret devant Dieu elles prendraient chacun des mots de la ketoret  et les mettraient sur la tête comme une couronne d’or ».

 

La ketoret peut éloigner les mauvais instincts.

La prière de la ketoret comporte 365 mesures si on prend toutes les mesures des 11  encens ce qui fait comprendre que chaque jour cette prière est utile.

 

C’est pourquoi les sages depuis des siècles enseignent qu’il faut dire la ketoret avant les prières habituelles comme si on disait les mots secrets qui empêchent de nuire à la montée des prières.

La prière de l’encens  est un puissant lien avec Dieu.

Les sages approuvent le fait de lire la ketoret devant une menorah.

Notre force c’est la prière,  c’est la repentance, c’est le désir de changer; et le reste c’est par la foi en Yeshoua que l’on obtient c’est Lui qui combat nos mauvais instincts charnels.

 

Mais Toldot c’est la transmission de notre savoir comme Sarah, à Rebecca, à Rachel et Léa qui ont transmis les valeurs que Dieu approuve, comme des étincelles  qui transmettent les prières  pour que ce monde change.

 

 

La parasha nous transmet aussi ce grand mystère, qui concorde avec ce que nous venons de lire;

 

La mort de Yeshoua approchait quand une femme pécheresse renversa sur la tête de Yeshoua un parfum d’une grande valeur. Un de ses disciples, Judas Iscariot, celui qui devait le livrer, dit: Pourquoi n'a-t-on pas vendu ce parfum trois cents deniers, pour les donner aux pauvres.

 

  Yeshoua leur dit cette femme a fait une chose qui plaît à Dieu car elle a voulu préparer ma sépulture et m’embaumer et toujours on racontera cela en  mémoire ce que cette femme a fait.

 

 

 

Marc 14:1,

La fête de Pessa’h et des pains sans levain devait avoir lieu deux jours après. Les principaux sacrificateurs et les scribes cherchaient les moyens d'arrêter Yeshoua par ruse, et de le faire mourir. Car ils disaient: Que ce ne soit pas pendant la fête, afin qu'il n'y ait pas de tumulte parmi le peuple.

 

Comme Yeshoua était à Béthanie, dans la maison de Simon le lépreux, une femme entra, pendant qu'il se trouvait à table. Elle tenait un vase d'albâtre, qui renfermait un parfum de nard pur de grand prix; et, ayant rompu le vase, elle répandit le parfum sur la tête de Yeshoua. Quelques-uns exprimèrent entre eux leur indignation: A quoi bon perdre ce parfum? On aurait pu le vendre plus de trois cents deniers, et les donner aux pauvres. Et ils s'irritaient contre cette femme. Mais Yeshoua dit: Laissez-la. Pourquoi lui faites-vous de la peine? Elle a fait une bonne action à mon égard; car vous avez toujours les pauvres avec vous, et vous pouvez leur faire du bien quand vous voulez, mais vous ne m'avez pas toujours. Elle a fait ce qu'elle a pu; elle a d'avance embaumé mon corps pour la sépulture. Je vous le dis en vérité, partout où la bonne nouvelle sera prêchée, dans le monde entier, on racontera aussi en mémoire de cette femme ce qu'elle a fait.

 

Judas Iscariot, l'un des douze, alla vers les principaux sacrificateurs, afin de leur livrer Yeshoua. Après l'avoir entendu, ils furent dans la joie, et promirent de lui donner de l'argent. Et Judas cherchait une occasion favorable pour le livrer.

 

-Car il faut toujours que le mauvais sorte pour faire sortir le bien.

La prière est reçu comme une reconnaissance à la Royauté du Messie Yeshoua. Comme une repentance d’avoir nié son existence.

 

Afin que nous puisions apporter des prières de bonne odeur il faut que nous luttions pour faire sortir le mal de nous pour que le bon soit libéré. Et marcher dans l’obéissance.

 

Yeshoua dira: maintenant que tu as reconnu ton péché, que tu te répands de ta faute Va! et ne pêche plus!

 

Être un disciple de Yeshoua c’est être obéissant comme Jacob obéissait à l’instruction de ses parents(à la fin de la parasha) en suivant les consignes  qui pouvait lui donner la force de vaincre ses faiblesses.

 

Alors comme nous l’enseigne les maîtres de la Torah, par la prière de la ketoret qui par l’élection de ses mots reproduit une protection de nos actions.

Nous aide par la foi à combattre notre chair, car l’affection de la chair c’est la mort tandis que l’affection de la vie spirituelle c’est la vie.

Car l’affection de la chair est inimitié contre Dieu parce qu’elle ne se soumet pas à la loi de Dieu or ceux qui vivent selon la chair ne sauraient  plaire à Dieu. Vivre selon l’Esprit c’est vivre avec la Torah qui vit au travers de Yeshoua dans tous nos actes et nos comportements. Car l’Esprit du ressuscité Yeshoua ne peut vivre que si la loi est vivante par l’action. Ainsi nous ne sommes pas redevable de la chair  mais si par les actions de la loi  nous vivons par l’Esprit qui fait mourir les envies de la chair, nous  sommes appelé fils de Dieu  héritiers de la promesse. De même l’Esprit nous aide dans nos faiblesses.

L’Esprit nous donne de comprendre la Torah et d’obéir.

Et même si on ne comprend pas tout c’est par la foi qu’on lit la ketoret qui est dans la Torah, car l’action produit une protection, dont nous avons besoin tous les jours pour vivre loin des péchés.

 

 

 

 

 

Prière de la ketoret Exode 30: 34 à 38.

 

L'Eternel dit à Moïse: Prends des aromates, du baume, de l'ongle odorant, du galbanum, et de l'encens pur, en parties égales. Tu feras avec cela un parfum composé selon l'art du parfumeur; il sera salé, pur et saint. Tu le réduiras en poudre, et tu le mettras devant le témoignage, dans la tente d'assignation, où je me rencontrerai avec toi. Ce sera pour vous une chose très sainte. Vous ne ferez point pour vous de parfum semblable, dans les mêmes proportions; vous le regarderez comme saint, et réservé pour l'Eternel. Quiconque en fera de semblable, pour le sentir, sera retranché de son peuple.

 

Lecture de la parasha: Genèse: Chapitre 25 verset 19 à chapitre 28 verset 9.

Lecture de la haftarah: Malachie: Chapitre 1 verset 1 à chapitre 2 verset 7.

Lecture messianique: Romains: Chapitre 9 verset 6 à16.

 

 

 

Shabbat shalom

 

 

Rédigé par Lydia.B

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article