Parasha 4 Vayéra; du samedi 16 novembre 2019.

Publié le 15 Novembre 2019

Parasha 4 Vayéra; du samedi 16 novembre 2019.

La foi est l’espérance.

 

La parasha vayéra commence par: L’Eternel se révéla à lui (Abraham).

Nous avons vu dans la parasha précédente qu’Abraham avait quitté son environnement familial pour aller à la rencontre de Dieu. Puis il partit mais une période de grande famine le contraignit à aller en Egypte.

Les textes bibliques qui font référence à la famine expriment toujours la famine spirituelle, le manque de Dieu.

 

Abraham et surtout son neveu Loth cherche à manger.

Loth n’ayant pas encore trouvé Dieu.

 

La famine est toujours une grande souffrance, de cette souffrance de manque de Dieu dégénère souvent  un comportement qui éradique le bon sens,  tel que la recherche de spirituelle entraine une nourriture de substitution  dans la voyance, l’astrologie et toutes les sciences divinatoires, jusqu’à chercher du surnaturel dans tous ce qui est paranormal et pire encore les mauvaises qualités de comportement  qui mène à une déchéance de sa nature par les pratiques sexuelles abominables pour chercher toujours plus loin le monde supérieur  et atteindre un niveau de nirvana et bien sûr la recherche de substances d’alcool de drogues ou de toutes autres dépendances.

 

L’âme sous alimenter provoque dépression, mal être, attitude zombique. Cet état n’est malheureusement pas détectable dans notre conscient  car l’âme sous-alimentée est comme vidé d’énergies, et ne peut pas nous protéger des influences mauvaises.

 

La peur et la crainte de manquer de cette nourriture nous mettent en danger car entouré de ses forces mauvaises qui tenteront d’insinuer par la pensée la peur et la crainte pour nous manipuler. Car la peur et la crainte de manquer sont l’opposé de la foi.  Les forces mauvaises considèrent l’homme comme inférieur,  primaire et donc manipulable quand il est sans Dieu, vont agir de façons intelligentes pour nous éloigner de Dieu. C’est la démonstration que décrit la vie de loth quand il choisit Sodome et Gomorre pour s’installer. Ainsi l’homme se met en danger car le but de ses forces mauvaises c’est l’extinction de la race humaine car les humains sont des êtres d’origine Divine semblables à Dieu. Le Diable veut l’extermination des humains. Dieu veut que les humains remplissent la terre. Mais la remplisse  par la foi en Dieu. Les êtres humains sans Dieu sont esclaves des forces négatives et peuples le monde.

 

Abraham à cherché Dieu dans le monde chaque étape de sa vie était pour la recherche de Dieu. De lieu en lieu il l’a cherché mais c’est assis tranquille sous les chênes de Mamré  que Dieu s’est révélé à lui. Abraham fit rentrer chez lui les trois êtres célestes (anges). Ces trois êtres sont les 3 lumières divines qui ouvrent le canal pour recevoir la présence de Dieu dans notre tente intérieure.

 

L’âme cherche  alors sa nourriture préférée celle qui donne la vie.

 

L’âme s’alimente des 22 lettres hébraïques par lequel toute la Torah fut écrite, en codage divin selon la science suprême divine comportant une écriture de plusieurs niveaux. Les lettres hébraïques sont des codes qui viennent réveiller notre neshama (âme) qui va faire que notre subconscient parle à notre conscient(notre pensée) c’est une ingénierie divine .

L’ingénierie divine est basée sur la pensée.

 

L’Egypte c’est la manipulation de notre pensée qui est séquestrée par cette armée qui travaille sur nous pour créer un esclavage mental.

 

-Rabbi Siméon a dit: « Malheur à l’homme qui dit que la Torah est un simple recueil d’histoires.

Les mots de la Torah  sont des mots suprêmes  et des sublimes secrets.

Les récits de la Torah ne sont que ces vêtements. Si la Torah ne s’en habille pas nous ne pourrions pas la supporter ».

 

Les incrédules de ce monde ne voient que le récit de la Torah.

David dans le psaume 119:18 dira « Dessille mes yeux pour que je contemple les merveilles de ta Torah.

C’est-à-dire ce qui est caché sous le vêtement de la Torah.

On retrouve cette allusion dans notre parasha avec Agar qui ne connaissant pas Dieu pleure et Dieu entend ses pleures et ceux de l’enfant et Lui dessille les yeux pour voir la source d’eau inépuisable.

 

Dieu dessille les yeux d’Agar pour lui faire découvrir les richesses et les profondeurs de la Torah.

   

Comme David ou Agar ils veulent découvrir Dieu au-delà de ce qu’ils peuvent percevoir Ils désirent recevoir la foi.

La foi c’est voir ce qui ne se voit pas!

 

 

Il y a le vêtement qui se montre à tous et il y a les incrédules qui, à la vue d’un homme revêtu de son habit qui est la partie la plus visible, ne voient pas plus en lui que cet habit.

 

Il en est de même pour la Torah elle a  un corps: ce corps est formé des préceptes de la Torah appelés Goufey torah (les corps de la Torah) ce corps est revêtu d’habits qui sont les récits qui se rapportent à ce monde.

Les incrédules de ce monde ne voient que le vêtement qui est le récit ils ne voient pas plus que cela, et ne méditent pas sur ce qui se trouve sous le vêtement.

Mais ceux qui croient en la Torah acquiescent des connaissances qui ne s’arrêtent pas au vêtement mais voient aussi le corps.

 

Sur l’ensemble de la Torah qui forme 5 livres, 5845 versets,

soit 304 805 lettres hébraïques,  on y trouvera  ce que l’on cherchera.

 

Le récit d’Abraham nous ouvre les puits des secrets de la Torah.

Abraham est le père de la foi. Il est l’exemple pour nous de l’homme de foi par excellence, C’est par la foi qu’il quitta sa famille et sa patrie, c’est par la foi qu’il conçut son fils Isaac à l’âge de 100 ans, c’est par la foi qu’il ligota son fils Isaac pour l’offrir en sacrifice selon que Dieu lui avait demandé, car il pensait que Dieu aller le ressusciter.

 

L’épreuve de la foi n’est pas sans difficulté, il nous arrive de penser qu’on a assez de foi pour passer au-dessus des épreuves; mais c’est autre chose quand on voit que le problème persiste ou que la guérison tarde; ou ne vient pas.

Qu’en est il de notre foi? Qu’est-ce que la foi?

La foi c’est comme un puits dont plusieurs se disputent l’acquisition.

Celui qui l’acquiert ne manquera jamais d’eau (foi).

Celui qui acquiert la foi profonde ne pourra plus se laisser manipuler sur ses pensées par les doutes et les craintes.

Il sera transformé, ses pensées ne seront plus obstruées par le doute.

La foi c’est une ouverture en nous qui prend sa place pour y déloger les squatteurs.

L’écriture hébraïque dévoile que Mamré là où était Abraham quand il méditait sous les arbres de Mamré  veut dire transformation de la tête.

Abraham a laissé entrer la lumière divine pour que ses pensées ne soient plus sous l’influence de ces propres pensées. Car la pensée étant créatrice ce que nous pensons nous arrive, la peur et la crainte produit dans la matérialité la maladie, les problèmes, et le manque. C’est le résultat du manque de foi.

 

Abraham nous apprend comment avoir la foi qui déplace les montagnes.

 

La lecture de la haftarah nous confirme que c’est par la foi que la veuve alla chercher le prophète pour qu’il règle son problème de dette, puis c’est par la foi que la femme alla chercher l’homme de Dieu pour que son fils ressuscite.

 

La foi s’acquiert on doit en faire l’acquisition !

L’acquisition de la Torah c’est ce l’approprier comme fondement absolu. Ainsi la foi vient de ce qu'on entend, et ce qu'on entend vient de la parole du Messie.

Esaïe a prophétisé: Qui a cru à ce qui avait été annoncé?

Ceux qui annoncent de bonnes nouvelles!

Dans les bibles il est écrit : allez annoncer  la bonne nouvelle du salut !

 

La bonne nouvelle du salut désigne en hébreux l’annonce du Messie par la Torah!

Le salut éternel de Yeshoua implique la Torah.

 

 

Ce qui est décrit dans hébreu 11 : C’est qu’Abraham voyait le salut éternel, il voyait la cité céleste par la rédemption du Messie caché dans les mystères de la Torah à venir.

 

Abraham s’alimente des lettres de la Torah car les lettres sans le vêtement lui dévoile le Messie Yeshoua.

 

Abraham s’est acquis la foi en se nourrissant de la Torah qu’il recevait par l’Esprit.

Chaque lettre, chaque verset, chaque livre se connecte à la pensée divine qui relie notre pensée.

 

Le rôle du Messie c’est d’être le super aliment qui nous guérisse de  nos carences alimentaires spirituelles la rédemption c’est la fin de la famine.

Mais c’est par l’acquisition de la Torah que l’on a la foi.

 

Car ceux qui s’approprient la Torah par obéissance et sa pratique découvrent le corps du Messie Yeshoua qui donne la vraie foi.

 

Abraham dit « me voici » en hébreu « Hinéni » cette affirmation pour dire devant Dieu je suis prêt à te suivre et faire ce que tu me diras de faire, nous rappelle que si l’on s’engage à dire devant Dieu « me voici » pour te servir cela implique une adhésion à la Torah non juste comme un récit historique mais avec la foi que Dieu nous dessille les yeux afin de comprendre et d’accepter que les lumières du Messie Yeshoua viennent nous éclairer pour que la foi comme à Abraham puisse nous donner de voir la patrie céleste à laquelle la promesse nous  a été destiné. Car il attendait la cité qui a de solides fondements, celle dont Dieu est l'architecte et le constructeur. Comme la foi  d’Abraham qui fut l’ assurance des choses qu'on espère, une démonstration de celles qu'on ne voit pas.

 

Seigneur hinéni « me voici » je veux te connaitre encore plus en esprit et en vérité, je veux que tu m’augmentes la foi pour que je puisse comprendre ma part des mystères de ta Torah pour te servir utilement tous les jours de ma vie.

 

 

shabbat shalom

 

Lecture de la parasha: Genèse: Chapitre 18 verset 1 à chapitre 22 verset 24.

Lecture de la haftarah: 2 Rois: Chapitre 4 verset 1 à 23 + jusqu’au 37.

Lecture messianique: Hébreux: Chapitre 11 verset 8 à 19. Et Romains: Chapitre 4 verset 1 à 25.

 

 

L.B

 

 

 

Rédigé par Lydia.B

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article