Parasha du samedi 6 avril 2019. Parasha Tazria 27.

Publié le 5 Avril 2019

Parasha du samedi 6 avril 2019. Parasha Tazria 27.

Rempli de Dieu !

 

La parasha  Tazria décrit les détails de certaines lois qui sont particulièrement difficiles à saisir. Elles font partie de ces lois appelées « houkim où décrets dont le sens nous échappe complètement.

 

Tazria traduit littéralement par « lorsqu’elle ensemencera ».

Le premier niveau d’interprétation traite sur l’impureté après un accouchement donc la loi prescrit de respecter le temps de purification.

Puis la parasha décrit toutes sortes de maladies de peaux contagieuses jusque sur les murs et les tissus.

Mais comme la parasha Tazria se combine avec la parasha Mestora que nous liront la semaine prochaine qui traite justement de ses conséquences relatives aux lois d’impureté nous lirons les commentaires sur les conséquences que nos bonnes ou mauvaises actions qu’ont fait apparaitre sur le corps toutes sortes de lésions internes ou externes.

 

Donc pour cette parasha  le deuxième niveau d’interprétation métaphorique sur la manière d’exposer les choses dont les Sages ont reçus et nous ont transmis de génération en génération nous éclaire sur les secrets les plus cachés de la Torah.

La femme fait référence à la dimension féminine de la création. C’est-à-dire a l’aspect récepteur du monde.

 

Le monde est ensemencé « Tazria » par Dieu.

Dieu déverse en permanence son Esprit sur le monde.

Dieu c’est le principe masculin, Dieu donne, libère de Sa présence dans l’être humain.

L’ être humain est un principe féminin qui reçoit, c’est un contenant qui est ensemencé et fait grandir ce qui est ensemencé en lui !!!!

L’être humain à l’image d’une matrice féconde  et donne au monde ce qu’il fait naitre de lui.

 

L’idée c’est de comprendre que l’on a le choix d’être ensemencé soit à partir de la Torah en mettant en pratique ses principes soit d’être ensemencé selon les principes du monde opposer à la Torah en se rabaissant à un niveau qui laisse aller ses pulsions corporelles.

 

Le but étant d’élever le corps vers la spiritualité car le corps est le vecteur nécessaire et indispensable pour atteindre une totale adhésion avec Dieu.

On comprend alors que se nourrir avec les aliments purs selon les prescriptions de la Torah ou de ne pas faire avec son corps des choses impures n’est pas simplement un mode de vie, mais c’est prioritairement  d’élever le corps vers la sainteté  il s’agit donc de la vraie sanctification.

  est la fonction de cette âme que Dieu a déposée « ensemencer » en nous.

 

Tous les commandements doivent être vus comme des moyens d’élever le corps pour reconnaitre  que tout n’a qu’une seule source le Dieu qui donne la vie.

Ainsi toutes les actions de l’homme dans ce monde n’auraient pour but que d’élever en permanence la matérialité vers la spiritualité.

Toutes nos actions dans chaque domaine de nos vies  doivent continuellement s’inspirer  de la Torah.

 

Ce qui vaut aussi sur le plan collectif. Lorsque le peuple de Dieu a le désir d’atteindre cette dimension de la vraie sanctification alors le peuple est appelé « Knesset » « l’assemblée d’Israël ».

La vrai Keïla d’ Adonaï. L’assemblée des enfants de Dieu est un terme également féminin.

Cette dimension de la Keïla  est la plus haute dimension du corps  un corps féminin ensemencer par le divin semblable à la dimension d’unité entre les deux.

 

Le cantique des cantiques entièrement fondé sur l’Amour réciproque entre Dieu et son peuple.

Le Grand Maître Rambam  le prend comme référence à l’enseignement  comment  doit être l’amour de Dieu et notre amour pour Lui. Un Amour si puissant que l’âme de l’homme est lié à Dieu comme des amoureux qui pensent sans cesse l’un à l’autre. Le cantique des cantiques est le texte qui parle le mieux et le plus poétique de cet Amour entre Dieu et son assemblée.

D’un point de vue métaphysique  c’est l’amour qui porte le peuple de Dieu qui doit être fécondé « Ensemencer » c’est-à-dire que si le peuple de Dieu aime et désir si fort la présence de Dieu il sera ensemencé  et donnera naissance  par cette union  à Son esprit qui grandit en nous.

 

Les enseignants traduisent ses textes par le désir si fort du peuple  que l’enfantent sera la naissance du messie. En désirant de tout son coeur de toute son âme et de toute sa force  que la rédemption finale se réalisera.

 

C’est cette réalité qui a du mal a se concrétiser car la vraie différence entre quelqu’un qui aime prie ou croit en Dieu pour que sa vie soit bien harmonisée et celui qui Adore en Esprit et en vérité pour seulement l’amour de Dieu et c’est cela que veulent dire les enseignants Dieu se révèle dans sa Torah a ceux qui crient leur amour pour Dieu pour avoir cette union qui les liera pour toujours.

 

 

Un parallèle avec la lecture de notre haftarah qui nous donne les réponses !.

 

 

2 Rois 4 ; 42,44;

 

Son serviteur répondit: Comment pourrais-je en donner à cent personnes? Mais Elisée dit: Donne à ces gens, et qu'ils mangent; car ainsi parle l'Eternel: On mangera, et on en aura de reste. Il mit alors les pains devant eux; et ils mangèrent et en eurent de reste, selon la parole de l'Eternel.

 

Mathieu :14;17 à 20.

   

Mais ils lui dirent: Nous n'avons ici que cinq pains et deux poissons. Et il dit: Apportez-les-moi. Il fit asseoir la foule sur l'herbe, prit les cinq pains et les deux poissons, et, levant les yeux vers le ciel, il rendit grâces. Puis, il rompit les pains et les donna aux disciples, qui les distribuèrent à la foule. Tous mangèrent et furent rassasiés, et l'on emporta douze paniers pleins des morceaux qui restaient.

 

Ces versets sont interprétés comme étant la réponse que Yeshoua donne aux vrais Adorateurs de Dieu.


Yeshoua prit les 5 pains ! Ces 5 pains font référence à la Torah car la Torah est formée par 5 livres.

Yeshoua pris les 2 poissons ! Ces 2 poissons font référence aux 2 tables des commandements.

 

La révélation de ce texte prouve que Yeshoua donnait les instructions au peuple de suivre la Torah et les commandements Il voulait que tous comprennent que c’est seulement cela qui ensemence le corps de l’homme pour l’élever vers Dieu.

 

Yeshoua nourrissait des foules par l’enseignement de la Torah  et tous étaient guéris de leur maladie.

 

Ce que Dieu attend de nous c’est un amour si fort que nous soyons prêts à poursuivre notre vie en se conformant à la Torah pour que notre union soit indestructible face à toutes les tentations que l’ennemi va placer devant nous pour nous tenter de suivre une autre voie;

La Torah est notre garantie c’est notre certificat d’amour c’est le scellement de notre union.

 

Notre cri d’amour pour ce shabbat Tazria c’est l’ensemencement de l’amour de Dieu en nous.

 

 

Ô MON DIEU JE CRI VERS TOI CAR JE VEUX QUE TU VIENNES EN MOI JE TE DONNE MON AMOUR ET MA VIE JE T’AIME DE TOUT MON COEUR, DE TOUTE MON ÂME ET DE TOUTE MA FORCE NOURRIT MOI DE TA TORAH,REMPLI MOI DE TOI JUSQU’A QUE JE SOIS RASSASIÉ ET QUE JE PUISSE AUSSI DONNER AUX AUTRES DE TES DELICES ET JE SERAI GUERIS AU NOM DE YESHOUA.

 

Shabbat shalom.

 

Lecture de la parasha : Le Lévitique : Chapitre 12 verset 1 à chapitre 13 verset 59.

Lecture de la haftarah; 2 rois : Chapitre 4 verset 42 à chapitre 5 verset 19.

Lecture messianique :  Luc : Chapitre 2 verset verset 21 à 23 et chapitre 5 verset 12 à 16.

 

 

L.B

 

Rédigé par Lydia.B

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article