Parasha du samedi 5 janvier 2019 : parasha Vaéra /14.

Publié le 4 Janvier 2019

Parasha du samedi 5 janvier 2019 : parasha Vaéra /14.

Le coeur de l’homme.

 

La parasha Vaéra nous communique beaucoup d’éléments pour notre avancement spirituel.

Cette épopée de l’Egypte c’est tous nos attachements aux dieux, cultes, fêtes contre Dieu d’Israël.

La sortie d’Egypte est la base de notre foi.

Dans ce texte Dieu se présente au peuple au mont Sinaï comme Celui qui les fait sortir d’Egypte.

Cette identité de Dieu sera pour le judaïsme le point essentiel de la foi.

-« Je suis le Dieu qui vous est fait sortir d’Egypte » sera repris dans les prières, comme aux jours des fêtes bibliques  pour que chacun se souvienne de Dieu.

Cette commémoration a pour principe de prévenir qu’un éventuel Pharaon venu d’Egypte  pourrait venir nous surprendre dans notre tiédeur spirituelle.

Notre ténacité et notre fidélité à la Torah nous préservent de l’esclavage.

 

Les pharaons n’ont ni âges ni civilisations qui déterminent une époque ou une histoire,  ils peuvent resurgir à tout moment en nous tant ils sont imprégné dans le coeur de l’homme.

 

Comprendre notre sortie d’Egypte c’est admettre que la représentation de pharaon c’est notre coeur  dans une Egypte ce monde corrompu.

Le coeur ou l’âme de l’homme  a été dépossédé, dépouillé, de ses facultés, à la fois maitre de nous-même et à la fois esclave  de notre mal qui nous sépare de Dieu.

 

L’hébreu ici c’est la représentation du coeur de l’homme qui s’ouvre à la conscience et à la connaissance de Dieu.

 

L’esclavage  c’est la domination ou l’aliénation des hommes ou d’un peuple  asservit devenu étranger à son identité originelle. Les siècles de dures servitudes ayant entrainé  la modification de l’ADN de l’homme qui l’a rendu oublieux de la connaissance  de Dieu.

 

L’homme spirituel est devenu l’homme de la terre.

Mais cet homme de la terre est appelé à être Dieu pour faire grandir en lui le fils de l’Homme Yeshoua.

 

L’homme se fait Dieu. Et Dieu se fait homme en Yeshoua pour nous libérer de notre ignorance inconsciente.

 

Reconstituer le corps de Yeshoua en nous c’est constituer le corps de gloire du Messie. Nous sommes des Dieu en devenir.

Psaumes 82:6.

Vous êtes des Dieu ! vous êtes tous des fils du très -haut !

 

Dieu dit à Moïse : Je te fais Dieu pour Pharaon.

Moïse le berger d’Israël qui est pour toutes les générations l’emblème de la Torah sera pour tous les croyants du monde jusqu’à la fin des temps le représentant des valeurs de Dieu que nous devons garder et les communiquer aux autres.

 

Moïse exerça son pouvoir autoritaire en tenant devant pharaon le bâton. Cet emblème du bâton nous donne une révélation importante.

Bâton en guematria hébraïque est 54 et ce 54 correspond aux 54 parasha de la Torah que nous lisons en une année.  Ces 54 lectures couvre la totalité de la Torah.

 

C’est ainsi que l’on comprend que l’autorité que Dieu nous donne c’est par la puissance de l’étude de la Torah que nous pouvons envisager notre sortie d’Egypte envisager notre liberté pour avoir la délivrance.

Dieu inflige les 10 plaies pour que le coeur de l’homme accède à la réparation possible de son état.

Face à face avec lui-même, un face à face avec ses problèmes, devant ses responsabilités, ses orgueils, ses engagements, ses lâchetés, ses complaisances, ses désirs impurs, ses ambitions, ses actions, ses faiblesses, ses égoïsmes.

Mesure pour mesure !

Les 10 mesures d’attributs que l’homme possède, s’opposent aux 10 attributs de Dieu.

Ce corps de l’impureté contre le corps de la sainteté.

 

Notre sortie d’Egypte pour guérir les plaies de notre âme  et nous donne l’accès à connaitre Dieu pour aller l’adorer.

Les 10 plaies d’Egypte font référence au pouvoir pharaonique à l’égard d’Israël et à la possibilité de se repentir de nos comportements injurieux, et méchants.

 

Cette Parasha nous décrit les 7 premières plaies qui font référence à des dieux Egyptiens:

1 Le sang: les offrandes.

2 Les grenouilles: l’engendrement des démons.

3 Les poux: l’intelligence malsaine.

4 Les bêtes: l’orgueil. Etre au-dessus de Dieu.

5 La peste: la séduction et l’envoutement (chants et danses).

6 Les ulcères: les écritures contre la loi de Moïse.

7 La grêle: Les faux miracles et fausses guérisons.

 

Ces références qui sont en nous depuis des décennies transmises et retransmises par les liens génétiques.

 

C’est la notre parasha

Une magnifique leçon de repentance nous est donné pour que notre coeur de pharaon se change pour le coeur de Dieu.

1 Pour toutes nos offrandes de louanges et de finances adresser à des dieux étranger.

2 Pour l’engendrement des démons par nos impuretés sexuelles.

3 Pour la propagation d’enseignement sans Torah.

4 Pour l’institution du calendrier des fêtes démoniaque.

5 Pour les paroles sorcières et prières sorcières.

6 Pour les cultes  à d’autres dieux.

7 Pour les impositions des mains pour fausses guérissons et faux miracles.

 

Toutes ces choses où l’on se dit au premier regard que l’on n’est pas concerné mais pourtant on est tous concerné à des degrés different suivant nos engagements antérieurs dans des lieux de culte sans véritables connaissances de Dieu.

On pourrait penser que l’on vit pour Dieu et toutefois adorer un faux Dieu.

Et tout le but de ce commentaire se résume:  Si on connaît le vrai Dieu on connaît celui qui a donné sa vie pour nous dans la nuit de Pessa’h LA Pâque que seule la Torah nous révèle l’identité et la date de la célébration de la mort du Messie Yeshoua. Qui nous a fait réellement sortir de notre Egypte intérieur dominer par notre égo de pharaon.

 

 

Prière :

Pardon car je me suis laissé entrainé par mon orgueil et mon égo pour avoir prier, adorer, louer, enseigner, fêter, propager, mis ma foi en un dieu étranger à Ta vérité étranger à la Torah étranger à Yeshoua.

 

Car Je reconnais maintenant que le messie est Yeshoua qui ma fait sortir de l’Egypte Qu’il est mort pour mes péchés et ma délivré de l’esclavage des démons que je servais autrefois.

Pardon pour avoir fêté pâque sous le mandat de Constantin et institué par l’église chrétienne.

 

Je viens devant le trône de la grâce pour suivre l’autorité de Yeshoua  par ma soumission à la Torah.

 

Je m’engage maintenant à fêter les fêtes bibliques représenter dans le calendrier d’Israël, car c’est la vérité qui me rend libre.

Que mes paroles prononcées de ma bouche soit  enfin ma vraie liberté. Que tout le mal que j’ai fait me soit pardonné et que je puisse transmettre à mon tour la véritable délivrance de Yeshoua.

Car tu m’as fait miséricorde et tu ne m’as pas endurci le coeur.

Et pardonne-moi pour toutes les fois où j’ai résisté à ta volonté.

Je veux maintenant m’instruire des parasha de chaque semaine. Car je reconnais que c’est l’autorité de Yeshoua que je manifeste en moi.

 

 

Shabbat shalom

 

 

Lecture de la parasha : Exode : Chapitre 6 verset 2 à chapitre 9 verset 35.

Lecture de la haftarah : Ezechiel : Chapitre 28 verset 25 à chapitre 29 verset 21.

Lecture messianique : Romains : Chapitre 9 verset 14 à 24.

 

 

 

L.B

 

  

 

Rédigé par Lydia.B

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article